Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    «Ça a détruit ma carrière, et ma vie»

    Celle qui a révélé l’existence des quotas à l’assurance-emploi déplore le sort réservé aux dénonciateurs

    24 octobre 2013 |Guillaume Bourgault-Côté | Canada
    Congédiée pour inconduite, Sylvie Therrien ne pourra recevoir de prestations d’assurance-emploi.
    Photo: Sylvie Therrien Congédiée pour inconduite, Sylvie Therrien ne pourra recevoir de prestations d’assurance-emploi.

    Pour un journaliste, c’était une source privilégiée. Pour le gouvernement, c’était plutôt une taupe à attraper. Et Sylvie Therrien s’est fait prendre. La fonctionnaire des services d’intégrité de l’assurance-emploi a été officiellement congédiée cette semaine pour avoir révélé au Devoir l’existence des quotas imposés aux enquêteurs. Elle déplore aujourd’hui le sort réservé aux dénonciateurs.



    « J’ai agi pour l’intérêt du public et j’en paie un prix immense, dit-elle. C’est horrible à vivre : pendant, et surtout après parce que personne ne veut donner d’emploi à une dénonciatrice. Ça a détruit ma carrière, et ma vie. »

     

    Le verdict est tombé mardi. Emploi et développement social Canada a définitivement révoqué la cote de fiabilité (ou sécurité) de Sylvie Therrien, cote obligatoire pour tout travail appelant la manipulation de « renseignement et de biens protégés ». Fin des opérations. À 53 ans, Mme Therrien se retrouve sans emploi, coupable d’avoir fait part aux médias d’une situation qu’elle jugeait inacceptable.

     

    À la fin janvier 2013, c’est Sylvie Therrien qui a transmis au Devoir les premières informations démontrant que les enquêteurs des services d’intégrité sont soumis à des quotas de prestations à couper de l’ordre de 485 000 $ par année. Le montant apparaît noir sur blanc dans le formulaire d’évaluation du travail de ces fonctionnaires. Après avoir nié l’existence des quotas, le gouvernement a reconnu qu’il y avait des « cibles » de réductions. Les informations transmises par Sylvie Therrien étaient en tous points véridiques.

     

    L’affaire a fait grand bruit un peu partout au Canada. D’autres sources ont pris le relais, et le dossier de l’assurance-emploi est demeuré chaud tout l’hiver et le printemps. En mars, le gouvernement a lancé une enquête interne pour trouver l’origine des fuites. Employée de la division de l’Ouest de Service Canada (elle demeure à Vancouver), Sylvie Therrien a été épinglée à la mi-mai. Sanction immédiate : suspension sans solde.

     

    Elle n’a pas touché de salaire depuis le 13 mai, mis à part des prestations de maladie (pour stress et anxiété) qui venaient à échéance la semaine dernière. Comme elle a été congédiée pour inconduite, Mme Therrien ne pourra recevoir de prestations d’assurance-emploi.

     

    Enquête large

     

    On lui reproche donc d’avoir violé la Politique de communication du gouvernement du Canada et le Code de conduite du ministère des Ressources humaines. N’étant pas une personne autorisée par le ministère, elle ne pouvait transmettre à un média des informations protégées et pour usage interne seulement.

     

    Dans son enquête, Service Canada (son employeur) a notamment calculé le nombre de fois où Sylvie Therrien a visité le site Internet du Devoir. Ses courriels ont été passés au peigne fin. On a fait des recoupements entre des notes qu’elle s’envoyait et des citations qui sont apparues dans le journal, de même qu’avec des questions envoyées par Le Devoir aux représentants médias de Service Canada.

     

    La nouvelle de son congédiement n’a pas surpris Sylvie Therrien cette semaine. Elle avait choisi de se dévoiler publiquement cet été (à la CBC), en espérant que ses aveux pourraient permettre de recentrer sa défense sur une question de principe.

     

    « J’ai dénoncé l’existence des quotas parce que ce système va à l’encontre de mes valeurs éthiques et de ma conscience, dit-elle en entretien. Avant d’en parler aux médias, j’en ai parlé en interne. Je ne comprenais pas ce qu’on faisait : le but n’était pas de trouver des fraudeurs, c’était d’en créer. On nous forçait à couper, comme si tout prestataire était un voleur et un criminel. Je n’en dormais pas. »

     

    Mais parler de ces questions en interne ne l’a pas aidée, dit-elle. « Je suis devenu un paria, une cible », affirme Sylvie Therrien. Dans un message envoyé en mai, une de ses supérieures lui dit : « Je vous ai avertie que vous ne pouvez plus faire de références négatives au gouvernement et à ces programmes. »

     

    Dénonciateurs

     

    Aujourd’hui, Sylvie Therrien s’interroge. « Le gouvernement a été élu en 2006 en promettant de protéger les dénonciateurs. Mais il n’y a aucune protection dans les faits. »

     

    La Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles existe bel et bien, mais elle ne s’applique pas à des cas comme celui de Mme Therrien. Le bureau du Commissariat à l’intégrité du secteur public précisait mercredi que la loi protège les fonctionnaires qui contestent à l’intérieur de l’appareil étatique, pas ceux qui communiquent avec les médias. Et il faut que les actes dénoncés soient répréhensibles - essentiellement illégaux - pour se qualifier.

     

    Ce qui n’a pas de sens, dit le député néodémocrate Yvon Godin. « On congédie quelqu’un qui a dit la vérité. Il y a des quotas. Ils existent. La seule raison pour laquelle on lui fait perdre son emploi, c’est parce que ça ne plaît pas au gouvernement. » M. Godin dit que les « fonctionnaires ont un devoir de loyauté envers le gouvernement, mais pas au point de mentir ».

     

    À partir d’aujourd’hui, c’est l’Alliance de la fonction publique du Canada (dont la présidente, Robyn Benson, a qualifié Sylvie Therrien d’« héroïne ») qui prend le dossier en main pour tenter de faire casser la décision. Mais le processus de contestation sera long - jusqu’à deux ans.

     

    Quand on lui demande si elle regrette son geste, Sylvie Therrien hésite avant de répondre. « J’ai vraiment l’impression de vivre en marge de la société depuis que j’ai avoué que c’était moi, dit-elle. Je dirais à n’importe qui d’y penser à deux fois avant de le faire, surtout que je n’ai pas l’impression que ça a changé grand-chose. Mais en même temps, oui, je le referais. Parce qu’il y a des choses inacceptables dans la vie et qu’on doit être capable de les dénoncer. »

     

    N’empêche : « Le prix à payer est terriblement élevé. »

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel