Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le député du PLQ dans Viau veut succéder à Denis Coderre

    Emmanuel Dubourg a démissionné de son poste de député provincial vendredi

    10 août 2013 | La Presse canadienne | Canada
    Emmanuel Dubourg
    Photo : Jacques Nadeau Le Devoir Emmanuel Dubourg
    Le député libéral de Viau à l’Assemblée nationale, Emmanuel Dubourg, a confirmé vendredi qu’il sera candidat à l’investiture libérale dans la circonscription fédérale de Bourassa, laissée vacante par le départ de Denis Coderre qui, lui, brigue la mairie de Montréal.

    Bien qu’il ne soit pas assuré d’être choisi comme candidat pour porter les couleurs du Parti libéral du Canada, M. Dubourg a du même coup annoncé sa démission immédiate comme député de Viau.

    Le député a expliqué qu’il aurait pu demeurer en poste jusqu’au déclenchement de l’élection complémentaire dans la circonscription fédérale, mais il a estimé que cette façon de faire ne rendrait pas justice aux électeurs de la circonscription de Viau. « Faire campagne pour mon élection au fédéral et continuer à garder ma chaise provinciale ne correspond pas du tout à mes valeurs d’intégrité », a-t-il déclaré.

    M. Dubourg a dit avoir discuté de ses intentions avec le chef libéral, Justin Trudeau, qu’il dit être un ami — les circonscriptions actuelles des deux hommes se recoupent sur le territoire montréalais —, mais il semble que ce dernier ne lui ait rien promis, si l’on se fie aux propos de M. Dubourg.

    « Je lui ai fait part de mon intérêt et il m’a dit : « Il y a d’autres candidats, il y a d’autres personnes intéressées, donc, Emmanuel, c’est ta décision » », a rapporté M. Dubourg, tout en reconnaissant que la décision de quitter son siège provincial dès maintenant était sans lendemain. « Dans toute chose, il y a un risque. Si je ne remporte pas l’investiture, bon, voilà, je n’ai pas de job ! », a-t-il lancé avec le sourire.

    Bataille avec George Laraque ?

    Né en Haïti en 1958, M. Dubourg a représenté la circonscription de Viau à l’Assemblée nationale du Québec depuis 2007.

    S’il devait remporter l’investiture libérale, il affronterait notamment son compatriote George Laraque, le chef adjoint du Parti vert, qui a déjà annoncé sa candidature dans Bourassa, une perspective qui n’effraie pas M. Dubourg, du moins pas sur le terrain politique. « Je ne voudrais pas affronter M. Laraque dans un match de hockey ! Ça, je vais laisser ça à M. [David] Desharnais ou P.K. Subban. Mais là, maintenant, nous sommes en politique, je vais aller dans cette circonscription-là pour défendre les valeurs libérales », a-t-il dit. Membre de l’Ordre des comptables agréés du Québec, M. Dubourg a fait une maîtrise en administration des affaires à l’Université du Québec à Montréal.

    Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a salué le travail de son député par voie de communiqué et l’a remercié de son engagement auprès des citoyens. M. Couillard a par ailleurs précisé qu’il ne se présenterait pas dans le comté de Viau et qu’une assemblée d’investiture aurait lieu pour choisir un nouveau candidat.

    Par ailleurs, le départ précipité de M. Dubourg, moins d’un an après le dernier scrutin général, choque la Ligue des contribuables du Québec. Le député démissionnaire aura droit, sur la base de ses années de service à l’Assemblée nationale, à une généreuse allocation de transition qui pourrait atteindre 102 500 $, selon la directrice générale de la Ligue, Claire Joly.

    En incluant le coût d’une nouvelle élection complémentaire dans Viau, les contribuables devront débourser plus de 600 000 $ pour permettre à M. Dubourg de tenter sa chance.

    La décision de M. Dubourg de quitter son siège si peu de temps après avoir sollicité un nouveau mandat aux électeurs de Viau a de quoi nourrir le cynisme de la population envers la classe politique, a soutenu Mme Joly. « Ça donne l’impression que les gens ne prennent pas leur engagement très au sérieux. C’est un non-respect d’engagement, une rupture de contrat. Il y a un problème d’éthique morale à se faire élire pour quatre ans et de ne pas terminer le mandat », a-t-elle fait valoir.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel