Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Des Idées en revues - L’influence d’un livre

    6 août 2013 |Robert Laplante | Canada
    Chaque mardi, Le Devoir offre un espace aux artisans d’une revue d’idées afin qu’ils présentent leur perspective sur un sujet qui les préoccupe ou qu’ils traitent dans les pages du dernier numéro de leur publication. Cette semaine, l’éditorial du numéro d’été 2013 des Cahiers de lecture de L’Action nationale (vol. VII, no 3) portant sur le livre de l’historien Frédéric Bastien intitulé La bataille de Londres.

    Non, il ne s’agit pas d’un ouvrage de fiction. On n’y trouve guère l’esprit satirique et la critique de l’indigence intellectuelle qui ont marqué le premier roman québécois. La bataille de Londres, le livre de Frédéric Bastien, a pourtant quelque chose en commun avec le roman [L’influence d’un livre] de Philipe Aubert de Gaspé. La vaniteuse et butée quête d’or de Charles Amand y préfigure peut-être la perverse ténacité d’un Trudeau décidé à tout mettre en oeuvre pour enfermer dans un coffre - sa Charte canadienne si fétichisée - la liberté d’un peuple auquel il a une honte névrotique d’appartenir.

     

    Dans le monde des essais québécois, le travail de Bastien marque un moment charnière : il y a des lustres qu’un ouvrage n’avait eu une telle portée sur le politique. Voilà un essai qui n’éclaire pas seulement une tranche d’histoire, comme on dit familièrement, mais qui en force une relecture radicale.

     

    L’expression « coup d’État », si elle avait déjà été utilisée, avait la plupart du temps été interprétée comme une métaphore, comme une figure très forte pour exprimer une indignation partisane. L’essai de Bastien établit désormais que les faits abolissent les artifices rhétoriques : un coup d’État a bel et bien été perpétré. L’ouvrage frappe dru et ne laisse au démenti que les arguments les plus démagogiques, ceux-là qui laissent aux légitimistes de tout acabit l’odieux soin d’ergoter pour dire que le fait n’est pas la chose puisqu’il y aurait manqué la violence, l’armée, le spectacle autoritariste.

     

    Cirque médiatique

     

    Le cirque médiatique étant ce qu’il est, l’ouvrage est d’ores et déjà dans l’oblique des projecteurs. La canicule prochaine fera le reste. Il ne faut pas s’en étonner. Il faut tout simplement bien comprendre que le véritable travail revient désormais aux lecteurs. C’est à eux qu’il appartient d’éviter que le sort de l’ouvrage ne soit réduit qu’à celui du best-seller jetable. C’est à eux désormais de faire résonner dans l’espace public la tonitruante logique de la démonstration de Bastien. Cet ordre conçu « pour durer mille ans », selon les dires de ce Trudeau-le-Fourbe, est un ordre illégitime. Le Canada de 1982 est une vaste imposture, une insulte à la démocratie. Les institutions qui l’ont rendu possible ne méritent que mépris et dégoût. Les manoeuvres que Bastien décrit et documente donnent à voir ce qu’il en est de ces notables à perruque qui portent toge pour cacher la nudité d’un pouvoir qui confisque l’autorité du peuple. Le chartisme, Bastien le décrit dans une lumière crue, c’est l’affaire d’une élite qui se sert du droit pour détourner et asservir.

     

    […]

     

    L’ordre né de la bataille de Londres est un ordre où la majorité gouverne sans partage, une majorité elle-même instrumentalisée par une élite qui se sert de la Charte pour mieux s’accommoder de la démocratie.

     

    On nous dit que l’ouvrage de Bastien n’a pas trouvé d’éditeur dans la langue du Canada. Rien là de surprenant quand on sait à qui profite le crime. Dès lors qu’il s’agit du Québec, l’establishment intellectuel du Canada n’a jamais de mal à s’accommoder d’une éthique à géométrie variable. On peut le déplorer, s’en désoler. Mais pas s’en surprendre. C’est leur affaire - et c’est une affaire de dominants. La bataille de Londres décrit en fait le dernier moment où les Canadiens français de service ont pris part à l’histoire du Canada. Même sur le devant de la scène, par la suite, ils ne seront plus que les jouets d’un ordre voué à les faire disparaître. Le Canada se fait désormais sans eux, sans nous. Il fait son affaire et peu lui chaut de savoir que les institutions qu’il vénère reposent sur un cloaque.

     

    Une affaire de faux jetons

     

    Voilà ce que le livre de Bastien réintroduit dans le débat politique québécois. Les partisans des « vraies affaires » et du « fruit pas mûr » sont désormais privés d’alibi : ils souscrivent plus ou moins hypocritement à un ordre qui n’a même plus besoin d’eux pour l’essentiel. En effet, le travail de minorisation définitive étant achevé, la politique fédérale au Québec n’est plus qu’une affaire de faux jetons et de rhétorique de la fausse pudeur : cachez-moi ce minoritaire floué que nous ne voulons pas voir !

     

    Telle est la puissance de ce livre. Ou bien il servira à redresser les paramètres du débat québécois ou bien il se dressera comme un monument pour rappeler la fausse conscience et le goût amer d’une lutte fratricide qui pourrait bien marquer la fin prévisible de l’aventure française en Amérique.

     

    Si les livres naissent bien souvent dans la solitude de leurs auteurs, ils vivent toujours dans l’environnement plus ou moins tourmenté de nombreux autres livres. Celui-ci ne fait pas exception à la règle et l’on ne peut le lire qu’en voyant surgir entre les lignes la colère magnifique d’un Marcel Rioux qui, devant le spectacle des faux frères triomphants aux côtés de la reine du Canada, avait cru nécessaire de publier un pamphlet auquel l’essai de Bastien donne une nouvelle pertinence. On commencera l’été du bon pied en goûtant la formidable charge ironique de ce petit bijou intitulé Pour prendre publiquement congé de quelques salauds.













    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.