Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le négatif passe toujours mieux…

    Hors Québec, la majorité éprouve de la fierté à l’égard de la dualité linguistique, qu’elle voit comme une valeur canadienne clé

    29 juin 2013 |Graham Fraser - Commissaire aux langues officielles, Réponse au texte de Luc-Normand Tellier publié dans Le Devoir, le 27 juin 2013 | Canada
    Les cours d’immersion connaissent une popularité qui ne se dément pas.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Scott Dunlop Les cours d’immersion connaissent une popularité qui ne se dément pas.
    Réponse au texte de Luc-Normand Tellier publié dans Le Devoir, le 27 juin 2013
    Le professeur Luc-Normand Tellier a écrit un texte qui se veut à la fois un cri de coeur et une réponse aux commentaires désobligeants d’un chroniqueur parus dans The National Post. Selon lui, les propos du chroniqueur sont un reflet de l’opinion majoritaire du Canada anglais. Permettez-moi de répondre.

    D’abord, je crois qu’il est inapproprié de juger que les commentaires d’un chroniqueur représentent ceux de la majorité. The National Post publie une variété d’articles sans toutefois prétendre qu’ils soient représentatifs de l’opinion majoritaire. Parfois, les éditorialistes et les chroniqueurs sont fiers d’être à la fois minoritaires et directs dans l’expression de leurs points de vue. On pourrait donner bien des exemples de chroniqueurs, très admirés à l’extérieur du Québec, qui ne partagent pas les opinions ayant offusqué M. Tellier.


    Néanmoins, je reconnais qu’il est très facile de décrire négativement les relations entre les anglophones et les francophones au Canada. Le journaliste Normand Lester l’a fait, comme bien d’autres. Plusieurs moments tristes de l’histoire constituent une version du passé qui est largement acceptée chez les francophones : le rapport du lord Durham, la pendaison de Louis Riel, le règlement 17, qui a mis fin à l’enseignement en français en Ontario, les crises de la conscription pendant les deux guerres mondiales, et j’en passe. Ces faits sont réels ; on ne peut pas les nier.


    Mais il y a d’autres faits, souvent oubliés. Moins de dix ans après la sortie du rapport Durham, lord Elgin a de nouveau fait du français une langue officielle d’usage à l’Assemblée ; John A. Macdonald a fait en sorte que le français soit protégé au Parlement et dans les tribunaux ; un groupe de Canadiens anglais s’est formé pour faire campagne contre le règlement 17. Je pourrais multiplier les exemples.


    Il y a actuellement d’autres faits qui contredisent les affirmations de M. Tellier en ce qui concerne les attitudes des Canadiens anglais envers le Québec et le fait français. Bon an mal an, il y a 300 000 jeunes anglophones qui font leurs études en français et qui suivent des cours d’immersion, partout au pays. En Colombie-Britannique, il faut faire la file toute la nuit devant les bureaux des commissions scolaires pour inscrire des enfants à des programmes d’immersion. Ce contingentement signifie clairement que l’offre ne répond pas à la demande.


    L’une des ONG les plus dynamiques au Canada est le regroupement de parents Canadian Parents for French. Cette organisation appuie constamment l’enseignement du français et exerce une pression constante sur les commissions scolaires et les ministères d’éducation pour qu’il y ait une meilleure qualité d’enseignement et une augmentation de l’offre des cours d’immersion.


    Le Rouge et Or de l’Université Laval n’a pas fait que des gagnants de la Coupe Vanier, il a également fait des champions de la langue française. Justin Morrow, athlète du sud de l’Ontario, ne parlait que l’anglais lorsqu’il est arrivé à Québec. À la fin de ses études, il était membre d’une équipe championne, diplômé et bilingue. Il est également devenu un infatigable promoteur du fait français en fondant l’organisation Canadian Youth for French.


    Malheureusement, le pessimisme passe mieux que l’optimisme. Le succès est invisible et l’échec, évident. Je crois que le courant de pensée que M. Tellier a identifié est minoritaire, bien qu’il existe. La majorité éprouve de la fierté à l’égard de la dualité linguistique, qu’elle voit comme une valeur canadienne. Elle est également fière du Québec, qu’elle considère comme un élément important de l’identité du pays.

     

    Graham Fraser - Commissaire aux langues officielles

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel