Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    L’anti-libéral

    6 mai 2013 |Chantal Hébert | Canada
    Il n’y a pas que l’électorat que le nom de famille de Justin Trudeau ne laisse pas indifférent. Dans les rangs conservateurs, ceux qui connaissent bien Stephen Harper croient qu’il ne pourra pas résister à la tentation de se mesurer contre un Trudeau en 2015. Dans les calculs du premier ministre, le désir de terrasser un rival au nom célèbre pourrait compter autant sinon plus que le défi d’obtenir un quatrième mandat consécutif.

    Des prédécesseurs conservateurs de M. Harper, comme Brian Mulroney ou Joe Clark, étaient fiers de porter une étiquette qui n’était pas libérale. Ils étaient déterminés à démontrer qu’elle était garante d’un meilleur produit politique. Mais ils n’étaient pas gênés pour autant de faire fructifier une partie de l’héritage libéral. En matière de politique étrangère par exemple, ils considéraient que ceux qui disaient qu’ils marchaient sur les traces de Lester B. Pearson leur faisaient un compliment.


    Personne ne dira jamais la même chose du premier ministre Harper, dont la politique étrangère est en rupture avec un demi-siècle de tradition canadienne. Cette rupture tient finalement moins à sa vision géopolitique qu’à son code génétique politique.


    Avant d’être un homme de droite, le chef conservateur actuel est un « anti-libéral ». Cette définition est à la clé de son comportement. Le règne de Pierre Elliott Trudeau a largement façonné sa personnalité politique. Il veut en être l’antithèse. Sa bête noire libérale lui inspire de plus vives passions que des figures cultes du mouvement conservateur, comme l’ancienne première ministre britannique Margaret Thatcher.


    Si Stephen Harper aime tant la monarchie, c’est notamment parce que les libéraux de Pierre Trudeau ne l’aimaient pas beaucoup. S’il dépense tant d’énergie à mettre l’histoire militaire du Canada au premier plan, c’est qu’elle ne les intéressait pas tellement. Et s’il se méfie davantage des intellectuels que des idéologues, c’est, entre autres choses, parce que les libéraux ont toujours eu le réflexe inverse.


    ***


    On dit souvent au sujet du chef conservateur qu’il est un grand stratège, mais il y a quelque chose de plus viscéral que rationnel dans sa volonté d’éradiquer le Parti libéral et son oeuvre du paysage canadien.


    Il suffit pour le croire de prendre acte de l’énergie que met le gouvernement actuel à passer sous silence des anniversaires comme celui de la Charte des droits et libertés ou encore, plus récemment, de la décision infantile du premier ministre de ne pas passer de coup de fil à Justin Trudeau pour le féliciter pour sa victoire au leadership. (Il avait trouvé le temps d’appeler Pauline Marois lors du scrutin du 4 septembre.)


    Depuis sept ans, l’allergie épidermique du gouvernement Harper à l’égard de pans autrement consensuels de l’héritage libéral l’éloigne de l’électorat plutôt que d’éloigner les Canadiens des valeurs libérales. Pour bon nombre d’électeurs - y compris des conservateurs -, le premier ministre jette le bébé avec l’eau du bain.


    Ces dernières semaines, cette allergie a amené à donner le feu vert à la diffusion de publicités grinçantes (et agressantes !) contre Justin Trudeau. Jusqu’à présent, les attaques conservatrices ont eu un effet boomerang, et c’est l’image de Stephen Harper et de son parti, plutôt que celle du nouveau chef libéral, qui a été égratignée.


    Ce n’est pas le message, selon lequel Justin Trudeau ne serait pas à la hauteur de la tâche de premier ministre, qui est mal ciblé, mais plutôt le moment psychologique - alors que l’électorat était d’humeur à laisser la chance à un coureur qu’il a regardé grandir - qui était mal choisi.


    Un Stephen Harper à la tête plus froide aurait compris que, dans une bataille d’image, son auréole de premier ministre était son principal atout par rapport à Justin Trudeau et que l’éclat de ladite auréole importait davantage que la boue dont il était déterminé à éclabousser son adversaire.


    Expérience faite, il aurait également su qu’au fil des deux années qui séparent encore le Canada des prochaines élections générales, un chef d’opposition a amplement le temps de renaître des cendres dans lesquelles s’acharne à l’enterrer prématurément le parti au pouvoir.


    Contrairement à Stéphane Dion ou à Michael Ignatieff dont il pouvait être important de casser l’élan rapidement dans le contexte du calendrier serré d’un Parlement minoritaire, Justin Trudeau ne pose pas de menace immédiate aux conservateurs.


    Dans le match Harper/Trudeau, le chef libéral a néanmoins remporté la première manche. Selon un sondage réalisé par Harris/Decima pour La Presse canadienne la semaine dernière, le PLC s’est taillé une avance de sept points dans les intentions de vote. Si le rêve de Stephen Harper de défaire un Trudeau se transforme en cauchemar d’ici 2015, sa manie de tirer sur tout ce qui porte une étiquette libérale y aura été pour beaucoup.


     

    Chantal Hébert est columnist politique au Toronto Star.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel