Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Budget: Marceau est déçu et en colère après une «attaque frontale» d'Ottawa

    Le budget fédéral génère enthousiasme et déception

    21 mars 2013 19h16 |La Presse canadienne | Canada
    Nicolas Marceau a déploré qu'Ottawa force Québec à verser 70 millions en formation pour avoir accès aux sommes qu'Ottawa lui retire.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Nicolas Marceau a déploré qu'Ottawa force Québec à verser 70 millions en formation pour avoir accès aux sommes qu'Ottawa lui retire.
    Le dernier budget fédéral est une attaque directe dont le Québec souffrira particulièrement, a déclaré jeudi le ministre des Finances Nicolas Marceau. M. Marceau a exprimé sa colère et sa déception face aux modifications au fonds de formation de la main d'œuvre et à la fiscalité des fonds de solidarité.

    Lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale, le ministre a déploré qu'Ottawa force Québec à verser 70 millions en formation pour avoir accès aux sommes qu'Ottawa lui retire.

    M. Marceau a aussi souligné que l'abolition graduelle des crédits d'impôts dont bénéficiaient les investisseurs cotisant à un fonds de travailleurs aura un impact très important au Québec.

    Selon le ministre des Finances, sur 355 millions économisés par Ottawa, 312 millions proviendront des crédits qui étaient versés au Québec.

    M. Marceau a aussi déploré qu'Ottawa ait choisi de mettre en place un fonds de 1 milliard pour le secteur manufacturier de l'Ontario alors que le budget fédéral ne réserve que 92 millions pour la foresterie.

    En livrant ses commentaires, M. Marceau a souligné que les conservateurs fédéraux n'ont que cinq députés au Québec.

    «C'est plus qu'un abandon, a-t-il laissé tomber. S'ils nous laissaient tranquille, on serait bien content, mais on n'est pas rendus là. Ils ne nous laissent pas tranquille; ils nous attaquent.»

    Selon le ministre, parce que leur gouvernement s'appuie sur d'autres régions canadiennes, les conservateurs n'ont pas hésité à prendre des décisions qui touchent durement le Québec.

    «C'est vraiment une attaque plus spécifique contre le Québec, il faut le réaliser, les impacts vont être beaucoup plus importants au Québec qu'ailleurs, a-t-il dit. Les fonds de travailleurs, essentiellement, ça se trouve au Québec, des ententes qui fonctionnent pour la formation de la main d'oeuvre, ça se trouve au Québec.»


    Le patronat satisfait

    Les réactions ont été nombreuses et diverses, jeudi, après la présentation du budget fédéral 2013 par le ministre des Finances, Jim Flaherty, à Ottawa.

    Ce nouveau budget a semblé satisfaire le Conseil du patronat du Québec, particulièrement en ce qui concerne l'atteinte de l'équilibre budgétaire toujours prévu en 2015-2016, des investissements importants dans les infrastructures (47 milliards sur 10 ans), et le prolongement de l'amortissement accéléré pour le secteur manufacturier.

    Les changements importants apportés au programme fédéral de formation de la main-d'œuvre suscitent un enthousiasme modéré de la directrice de la recherche Norma Kozhaya, qui dit vouloir attendre de connaître les impacts sur les mécanismes québécois de formation avant de se prononcer plus en profondeur. La province devrait voir sa part du 500 millions de ce programme maintenue à 116 millions, mais l'argent vient maintenant avec des conditions.

    La Fédération canadienne des municipalités (FCM) a quant à elle salué la décision du gouvernement Harper d'indexer le transfert de taxe sur l'essence — qui doit procurer 9 milliards de plus au Fonds permanent de la taxe sur l'essence sur une période de 20 ans —, en plus d'accueillir avec soulagement la nouvelle entente sur le financement des infrastructures. Le choix d'évaluer l'efficacité de ce programme d'ici cinq ans suscite par ailleurs l'appui de la fédération.

    Du côté de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS), toutefois, on dénonce avec force la poursuite de l'objectif du retour à l'équilibre en 2015-2016. Le déficit annoncé est supérieur de 8 milliards à ce qui était prévu il y a un an, et plus important de 2 milliards par rapport à la somme indiquée dans la dernière mise à jour économique.

    Main d'œuvre: l'opposition en colère

    La nouvelle formule d'Ottawa pour la formation de la main d'œuvre est «un système de commandite conservateur», qui risque de mettre le feu aux poudres avec Québec, déplorent les partis d'opposition.

    Pour eux, le nœud du dernier budget fédéral est la proposition du gouvernement Harper de changer toute la donne au sujet de la formation des travailleurs.

    Jusqu'à maintenant, Ottawa versait 500 millions aux provinces qui se chargeaient de la formation. Maintenant, l'argent transmis aux gouvernements provinciaux demeure, mais viendra avec des conditions. Le fédéral versera un maximum de 5 000 $ par travailleur, uniquement à condition que le provincial et l'employeur participent dans la même mesure.

    Tous les partis d'opposition ont dénoncé cette ingérence du fédéral dans un champ de compétence provincial.

    Pour Thomas Mulcair, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), l'opération ne vise rien de moins qu'à «estampiller le chèque de formation avec la feuille d'érable canadienne» et aura pour conséquence d'accroître le fardeau financier des provinces.

    Le fédéral veut régler son problème de déficit sans se préoccuper de ce qu'il envoie dans la cour des provinces, juge pour sa part le chef libéral par intérim Bob Rae.

    Le chef bloquiste Daniel Paillé dénonce par ailleurs le fardeau bureaucratique qui sera ajouté par le nouveau système aux petites et moyennes entreprises (PME), qui n'auront peut-être pas les employés pour remplir la paperasse requise et profiter des subventions.

    Du côté des investissements fédéraux dans les infrastructures, le chef néo-démocrate souligne que même si Ottawa annonce 47 milliards en nouvel argent, la réalité est moindre parce que l'argent investi est étalé sur 10 ans, sans indexation pour tenir compte de l'inflation.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel