Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Fonction publique fédérale - Des coupes au détriment du français

    19 mars 2013 | Hélène Buzzetti | Canada
     Le gouvernement conservateur s’est fixé comme objectif de réduire la taille de la fonction publique de 19 200 postes en trois ans. La moitié de l’objectif a été atteint en un an.
    Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir  Le gouvernement conservateur s’est fixé comme objectif de réduire la taille de la fonction publique de 19 200 postes en trois ans. La moitié de l’objectif a été atteint en un an.
    Les compressions budgétaires assenées par le gouvernement conservateur à la fonction publique fédérale se font au détriment du bilinguisme et du droit des francophones de travailler dans leur langue. Placés devant l’obligation de geler ou de réduire leurs dépenses, les ministères réduisent en effet le nombre de documents internes à faire traduire et demandent aux francophones de rédiger leurs rapports… directement en anglais.

    La situation inquiète à ce point le syndicat représentant (entre autres) les traducteurs de la fonction publique qu’il rencontrera le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, en avril. Le syndicat, l’Association canadienne des employés professionnels, rencontrera aussi les responsables des langues officielles du NPD ce mardi.


    Les services de traduction du gouvernement fédéral sont, en grande partie, assurés par le Bureau de la traduction. Cet organisme est composé d’environ 1500 fonctionnaires fédéraux, mais ce sont les ministères-clients qui le financent, car ils doivent payer chaque fois qu’ils ont recours à ses services. Or, les ministères ont mis la hache dans leurs budgets internes de traduction à cause de l’exercice de rationalisation en cours à Ottawa. Ils font tout simplement traduire moins de documents.


    « Avec les coupures de 5,2 milliards de dollars annoncées l’an dernier, les ministères ont vu leurs capacités de dépenser, dans tous les domaines, sérieusement handicapées », explique Claude Poirier, le président de l’Association canadienne des employés professionnels (ACEP). M. Poirier connaît particulièrement la situation qui prévaut au Bureau de la traduction parce qu’il est traducteur lui-même. « Les langues officielles deviennent une priorité de 5e, 6e, 7e voire de dixième niveau. Ce n’est pas la première priorité. »


    M. Poirier estime que ce sont les traductions du français vers l’anglais qui pâtissent. « Les traducteurs anglophonesn’ont pas beaucoup de travail parce que les ministères demandent à leurs francophones de rédiger en anglais. […] La preuve anecdotique que j’ai, ce sont mes membres un peu partout dans les ministères qui se font dire “On n’a pas d’argent pour faire traduire, alors rédigez directement en anglais”. »


    Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon le ministère des Travaux publics, de qui relève le Bureau, le volume d’affaires est passé de 253 millions en 2010-2011 à 231 millions l’année suivante, soit une baisse de 9 %. Le Rapport des plans et priorités pour 2012-2013 prévoit des revenus d’à peine 191 millions. Si cela se matérialise, alors la réduction sera de 17 % supplémentaire. Le nombre de traducteurs (à l’exclusion des autres travailleurs du Bureau) est passé de 1238 à 1135 en 2011-2012, principalement par attrition. On craint toutefois que la diminution du volume d’affaires n’entraîne des mises à pied.


    Ce Rapport reconnaît cette baisse importante. « Le Bureau de la traduction prévoit une baisse de revenus en 2012-2013 en raison d’une diminution de la demande pour les services detraduction qui fait suite à l’examen stratégique de 2011-2012 », est-il écrit. Cette diminution « est directement liée à la baisse de la demande qui fait suite à la Revue stratégique ».


    Une autre source qui travaille au Bureau de la traduction et qui est bien au fait de la situation soutient que c’est tout le concept de « choix de la langue de travail » qui est miné. « Les francophones travaillent majoritairement en anglais et les documents ne sont plus toujours traduits pour réduire les coûts. […] Les gens au gouvernement fédéral ont tellement peur de perdre leur job ces temps-ci qu’ils ne sont pas susceptibles de se battre pour obtenir les documents en français. » Le gouvernement conservateur s’est fixé comme objectif de réduire la taille de la fonction publique de 19 200 postes en trois ans. La moitié de l’objectif a été atteint en un an.

     

    Concurrence du privé


    Il faut préciser que les ministères fédéraux ne sont pas tenus de faire traduire leurs documents par le Bureau de la traduction. Ils peuvent décider de faire affaire avec le secteur privé. Là encore, la demande semble en baisse. Les comptes publics du Canada indiquent que les services d’interprétation et de traduction achetés au privé par Travaux publics sont passés de 64 millions de dollars en 2010-2011 à 47 millions l’année suivante, pour une baisse de 27 %.


    Le Bureau de la traduction se plaint de la concurrence du secteur privé, dont les tarifs sont moins élevés. Raison ? Le Bureau doit financer une multitude de services de recherche dont ne s’acquitte pas le privé. Il doit par exemple développer la terminologie pour désigner les nouvelles réalités, constituer et mettre à jour la banque de données TERMIUM - accessible d’ailleurs gratuitement en ligne à tous les traducteurs de ce monde - ou encore offrir des services de traduction et d’interprétation dans une multitude de langues autres que l’anglais ou le français. En effet, le Bureau doit offrir les services d’interprétation lorsque des délégations étrangères sont en visite, traduire pour les instances d’immigration les documents d’identité étrangers des demandeurs de statut, etc.


    Le recours au privé, et l’affaiblissement du Bureau de la traduction qui s’ensuivra, fera perdre au Canada un savoir-faire linguistique précieux, estime Claude Poirier. « Le gouvernement est très business. Mais il ne voit pas les conséquences sociales et culturelles de ses décisions, et ça ne le dérange même pas. »

     Le gouvernement conservateur s’est fixé comme objectif de réduire la taille de la fonction publique de 19 200 postes en trois ans. La moitié de l’objectif a été atteint en un an. La situation actuelle inquiète le syndicat représentant les traducteurs de la fonction publique, au point qu’il rencontrera le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel