Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Assurance-emploi - Qui est le fraudeur?

    26 février 2013 |Jean-Robert Sansfaçon | Canada
    D’un côté, il y a le chômeur inconnu qu’on soupçonne de frauder l’assurance-emploi ; de l’autre, le sénateur pas du tout inconnu qui abuse du système en réclamant des allocations de logement auxquelles il n’a pas droit. Lequel de ces deux citoyens sera défendu publiquement par le premier ministre du Canada ?

    Interrogé depuis des semaines au sujet des 30 000 $ d’allocations de logement perçues malgré le fait qu’il habite Ottawa et non l’Île-du-Prince-Édouard où il possède une résidence secondaire, le sénateur conservateur Mike Duffy répond finalement qu’il a commis « une erreur ». Et même s’il s’engage à rembourser les sommes réclamées en trop (il ne dit pas s’il remboursera la totalité), il affirme ne rien devoir à l’État et agir ainsi dans le seul but de consacrer son énergie à son travail de sénateur.


    Devant tant d’arrogance de la part d’un sénateur, comment réagit M. Harper ? « Le gouvernement n’a aucun doute quant à la capacité du sénateur Duffy de représenter l’Île-du-Prince-Édouard », déclare le bureau du premier ministre.


    Dans un tout autre dossier, celui de l’assurance-emploi, Le Devoir a mis la main sur le formulaire d’évaluation de performance des fonctionnaires du ministère des Ressources humaines qui prouve que ceux-ci doivent « réaliser une moyenne de 485 000 $ en économies annuelles pour le programme ». Pourtant, jusqu’à ce jour, la ministre responsable, Mme Diane Finley, avait toujours nié l’existence d’objectifs individuels de récupération d’argent par ses fonctionnaires.


    Voilà qui aide à comprendre que des inspecteurs se présentent désormais, au hasard, chez des chômeurs pour vérifier s’ils répondent à toutes les exigences du programme. Ottawa veut ainsi récupérer 400 millions de dollars par année, dont 30 % au Québec.


    Comment réagit le premier ministre à ces visites impromptues qui s’apparentent à du harcèlement ? « Chaque année, des centaines de millions de dollars sont identifiés ou perdus avec des requêtes fausses, frauduleuses ou inappropriées », dit M. Harper.


    Un sénateur conservateur, c’est un notable, une personne respectable, un ami. Quand on a été choisi par le premier ministre lui-même pour siéger à la Chambre haute, on ne peut pas être un bandit, et les écarts de conduite ne sont rien de plus que des gestes compréhensibles ou, au pire, des erreurs.


    Les choses sont différentes si on est chômeur au Québec ou en Acadie. Alors surgit l’exigence pour le gouvernement conservateur de défendre l’intégrité du système en faisant la chasse à tous ces fraudeurs de l’assurance-emploi qui habitent des régions ayant élu des ennemis du régime.


    Personne ne niera l’existence d’individus qui abusent des programmes gouvernementaux et l’importance de punir les fraudeurs. C’est vrai de l’assurance-emploi, mais c’est aussi vrai des programmes de remboursement de dépenses des députés et des sénateurs, ou encore des programmes d’aide aux entreprises. Cela ne justifie pas le harcèlement d’individus sur qui ne pèse aucun soupçon sérieux. A-t-on déjà lâché les chiens dans le monde des entreprises qui réclament à qui mieux mieux des crédits d’impôt à la recherche ? Pourquoi le sénateur Duffy n’a-t-il pas encore été démis de ses fonctions et son collègue, le sénateur Brazeau, privé de salaire après avoir fait, lui aussi, de fausses déclarations de logement en plus d’être accusé de violence conjugale ? Tant d’hypocrisie !

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel