Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Syrie : le Canada double son aide humanitaire

    31 janvier 2013 |Marie Vastel | Canada
    Le ministre de la Coopération internationale Julian Fantino
    Photo: La Presse canadienne (photo) Adrian Wyld Le ministre de la Coopération internationale Julian Fantino
    Ottawa – Le ministre de la Coopération internationale a annoncé l’octroi de 23 millions de dollars supplémentaires en aide humanitaire pour la Syrie, doublant ainsi la contribution canadienne versée depuis un an dans ce pays ravagé par une guerre civile.


    Le ministre Julian Fantino a expliqué, depuis le Koweït où il participait à une conférence internationale sur la Syrie, que les fonds canadiens viendront apporter nourriture, eau, abris et soins médicaux aux Syriens. Jusqu’à quatre millions d’entre eux ont besoin d’aide humanitaire, dont deux millions qui se sont déplacés à l’intérieur des frontières du pays en raison des conflits, tandis que 700 000 autres ont fui vers les États voisins, selon le ministre qui citait le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies.

    « Le Canada ne les abandonnera pas, et n’abandonnera pas les gouvernements des pays voisins qui ont généreusement offert refuge aux milliers de personnes qui ont fui les violences en Syrie », a souligné M. Fantino. Avec la somme annoncée mercredi, l’aide humanitaire versée depuis un an en réponse au conflit syrien atteint maintenant 48,5 millions.

    Mardi, M. Fantino confirmait l’octroi de 13 millions de dollars supplémentaires en aide humanitaire au Mali, dont le Nord est tombé aux mains d’insurgés islamistes. En marge d’une rencontre internationale en Éthiopie, le ministre canadien s’était toutefois abstenu de participer aux efforts de la communauté internationale, qui a amassé 450 millions $US pour financer les opérations militaires menées dans le pays. Ottawa n’a pas non plus financé d’opérations armées en Syrie.

    « Nous savons tous que cette aide humanitaire n’est pas suffisante ; une solution politique au conflit [syrien] qui perdure doit être atteinte », a reconnu M. Fantino hier. Ni son bureau ni ceux du ministre des Affaires étrangères John Baird ou du premier ministre Stephen Harper n’ont toutefois précisé le type d’engagements complémentaires que pourrait prendre Ottawa pour répondre aux conflits syrien ou malien. Mais tous ont réitéré que le gouvernement canadien n’enverrait pas ses troupes armées dans des zones de combat.

    Le chef néodémocrate, Thomas Mulcair, a salué ces contributions humanitaires, même s’il souhaiterait que le Canada verse plus d’argent encore.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel