Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Mission au Mali : rien n’est décidé, insiste Harper

    24 janvier 2013 |Marie Vastel | Canada
    Le Canada n’a pas encore décidé de quelle façon il prolongera sa mission de soutien au Mali, mais le premier ministre souhaite que sa décision, lorsqu’elle sera confirmée, fasse consensus.

    Stephen Harper a annoncé la semaine dernière qu’Ottawa prêtait un avion-cargo C-17 aux Français pour transporter de l’équipement lourd et des véhicules d’une base du sud de la France vers la capitale malienne Bamako. Aussitôt, Paris a demandé que le Canada l’aide plus longtemps.


    « Le gouvernement étudie si et comment il prolongera cet engagement de soutien technique à la mission », a insisté M. Harper mercredi, de passage à Cambridge en Ontario. L’ambassade française à Ottawa a quant à elle indiqué qu’elle attendait toujours la réponse du Canada.


    Or, le C-17 qu’Ottawa a prêté à la France il y a une semaine a été libéré de ses fonctions ordinaires pour une durée de trois mois, révélait cette semaine La Presse canadienne. Le gouvernement pourrait par ailleurs prêter un second appareil, un C-130 Hercules pour transporter des charges moins lourdes et des soldats d’autres pays d’Afrique, selon CBC. Ni le bureau de M. Harper ni celui de ses ministres des Affaires étrangères John Baird ou de la Défense Peter MacKay n’ont voulu détailler le plan du gouvernement.


    Quoiqu’il arrive, Stephen Harper a soutenu mercredi que la participation canadienne aux efforts internationaux pour contrer les avancées d’une branche d’al-Qaïda dans le nord-ouest de l’Afrique devra recevoir l’appui des Canadiens et de l’opposition. « Quoi que nous fassions, nous voulons aider d’une façon qui recueille un consensus dans ce pays. En même temps, c’est une grande menace et nous devons faire face à ces menaces, mais nous ne voulons pas d’une mission militaire canadienne », a-t-il en outre réitéré, en qualifiant la mission française de « mission antiterroriste très importante ».


    Le premier ministre a tendu la main à l’opposition cette semaine. Le chef néodémocrate a reçu un appel de M. Harper dimanche, et Thomas Mulcair a indiqué qu’il acceptait de voir le fédéral prêter son C-17 encore quelque temps. Mais M. Mulcair, tout comme son homologue libéral Bob Rae, a en revanche soutenu que les conservateurs devaient consulter le Parlement avant de prendre d’autres engagements. M. Harper aurait promis à M. Mulcair de confier le dossier au Comité parlementaire des affaires étrangères, à la reprise de travaux la semaine prochaine, selon le néodémocrate Paul Dewar, qui veut notamment y discuter de l’aide humanitaire à fournir aux Maliens.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel