Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Idle No More - Harper doit s’inspirer des accords québécois, clame Mulcair

    Le premier ministre a «dormi au gaz» au sujet de la question autochtone, affirme le chef du NPD

    18 janvier 2013 |Marie Vastel | Canada
    « Le modèle “ nation à nation ” a produit des résultats. C’est une situation gagnante pour tout le monde », a plaidé Thomas Mulcair, en marge d’une réunion de deux jours de son caucus qui a débuté jeudi à Ottawa.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Sean Kilpatrick « Le modèle “ nation à nation ” a produit des résultats. C’est une situation gagnante pour tout le monde », a plaidé Thomas Mulcair, en marge d’une réunion de deux jours de son caucus qui a débuté jeudi à Ottawa.

    Ottawa — Le mécontentement de la communauté autochtone au pays est dû à l’« inaction » de Stephen Harper dans ce dossier, selon Thomas Mulcair. Et le chef du Nouveau Parti démocratique affirme qu’Ottawa doit s’inspirer du modèle québécois en permettant aux communautés amérindiennes de profiter elles aussi du développement des ressources naturelles au pays.


    À l’instar de l’ancien premier ministre québécois Bernard Landry, qui vantait cette semaine la paix des braves signée avec les Cris pendant son passage à la gouverne du Québec, Thomas Mulcair croit lui aussi qu’il faut s’en inspirer pour calmer les tensions entre Ottawa et les communautés autochtones.


    « Le modèle “ nation à nation ” a produit des résultats. C’est une situation gagnante pour tout le monde », a plaidé le chef néodémocrate, en marge d’une réunion de deux jours de son caucus qui a débuté jeudi à Ottawa.


    La solution pour calmer les tensions du gouvernement fédéral avec les peuples autochtones, c’est de prendre modèle sur la Convention de la Baie-James et du Nord québécois et sur la paix des braves. Ces deux accords ont été négociés avec les autochtones, leur permettant d’être associés au développement des ressources naturelles sur leurs terres et leur octroyant un droit aux retombées économiques.


    « Le paradoxe, l’ironie, c’est que M. Harper mise tout sur le développement des ressources, mais il n’a jamais compris que régler les questions autochtones fait partie de la capacité de notre pays de résoudre les problèmes des ressources. Il faut qu’il mette les deux ensemble, sinon l’histoire va le faire pour lui », a affirmé M. Mulcair. Il croit que toute la révolte traduite par le mouvement Idle No More et les manifestations qui se succèdent résulte du fait que le premier ministre a « dormi au gaz » après avoir pris des engagements formels au sommet tenu avec les représentants des Premières Nations il y a un an.


    Affirmant joindre lui-même la parole aux actes afin de démontrer l’importance qu’accorde son parti au dossier, M. Mulcair a par ailleurs annoncé qu’il avait créé un nouveau poste de porte-parole aux affaires intergouvernementales autochtones pour son député d’Abitibi -Baie-James -Nunavik -Eeyou, Romeo Saganash.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel