Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Sondage Léger Marketing-Le Devoir-The Gazette - Trudeau sauverait les libéraux

    Le député semble le seul à pouvoir bouleverser l’échiquier politique fédéral

    8 décembre 2012 |Guillaume Bourgault-Côté | Canada
    Avec Justin Trudeau comme chef du Parti libéral du Canada, la formation passerait ainsi d’une marginale troisième place dans les intentions de vote au premier rang, sur un pied d’égalité avec les conservateurs.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Avec Justin Trudeau comme chef du Parti libéral du Canada, la formation passerait ainsi d’une marginale troisième place dans les intentions de vote au premier rang, sur un pied d’égalité avec les conservateurs.
    Lire le sondage La politique fédérale au Canada et la course à la chefferie du Parti libéral du Canada (pdf)
    Gaffes ou pas gaffes, le Canada aime Justin Trudeau. Et le député-boxeur apparaît bel et bien comme le seul prétendant au leadership libéral capable de bouleverser l’échiquier politique fédéral, et ce, d’un océan à l’autre, révèle un sondage national Léger Marketing.

    Avec M. Trudeau comme chef du Parti libéral du Canada (PLC), la formation passerait ainsi d’une marginale troisième place dans les intentions de vote au premier rang, sur un pied d’égalité avec les conservateurs. Le bond de 13 points que sa présence provoquerait se ferait surtout au détriment des néodémocrates de Thomas Mulcair (-6 points de pourcentage), mais aussi des conservateurs de Stephen Harper (-4 points).


    Le sondage mené en ligne pour Le Devoir et The Gazette auprès de 1500 Canadiens cette semaine indique que les conservateurs recueillent actuellement 35 % des intentions de vote au fédéral, cinq points devant le NPD. Les libéraux dirigés par Bob Rae suivent avec 18 %, et les Verts d’Elizabeth May sont quatrièmes avec 9 %. Par rapport aux résultats de l’élection de mai 2011, les conservateurs ont perdu cinq points que récupèrent les Verts. Les deux autres formations ne bougent pas.


    Si l’on place la variable Trudeau dans l’équation, tout change. Les libéraux obtiendraient 31 % si le député de Papineau était leur chef, indique le sondage. Les conservateurs auraient le même score, et le NPD retrouverait la troisième place qu’il a longtemps occupée avec 24 % d’appuis.


    L’effet Trudeau se ferait sentir un peu partout au Canada : avec lui comme leader, le parti serait premier dans les Maritimes, à égalité au Québec (avec le NPD et le Bloc québécois) et en Ontario (avec les conservateurs) et deuxième dans les Prairies (où les trois grands partis sont pratiquement à égalité). Dans l’Ouest, la remontée libérale serait importante (+ 9 points en Alberta et autant en Colombie-Britannique), mais insuffisante pour changer le portrait d’ensemble.


    Justin Trudeau est pour le moment le seul candidat à la succession de Michael Ignatieff qui entraîne un effet positif, parmi la dizaine de prétendants déclarés. L’ancien astronaute et actuel député Marc Garneau ne nuirait pas au PLC, note-t-on, mais il ne lui permettrait pas de faire de gain notable nulle part. Quant à l’ex-députée Martha Hall Findlay, sa présence ferait chuter les intentions de vote pancanadiennes de six points.


    « Pour le moment, ce n’est qu’une mesure de la notoriété des gens, estime Sébastien Dallaire, directeur de recherche chez Léger Marketing. La course commence à peine, les candidats sont peu connus en général, les idées n’ont pas été débattues. Il n’y a rien de joué. »

     

    Politique sans politiques


    Surtout pour Justin Trudeau, ajoute-t-il. « Il est très connu, il attire beaucoup d’attention. Mais le message qu’on a, c’est que les électeurs veulent en savoir plus sur lui. Ils ne sont pas nécessairement convaincus qu’il est prêt. Beaucoup de choses restent à définir. C’est une vedette politique dont on ne connaît pas les politiques. »


    M. Dallaire fait référence à une section du sondage où l’on voit que les Canadiens demeurent partagés sur les compétences de Justin Trudeau. On le pense qualifié, mais pas nécessairement prêt (voir tableau ci-dessous).


    Mais de manière générale, la perception des Canadiens est excellente. Une personne sur deux (49 %) a une bonne opinion de Justin Trudeau, contre 21 % de « mauvaise opinion ». Seuls 6 % des répondants ne savaient pas qui il était (notoriété de 70 %). Au Québec, il fait encore mieux avec 56 % de bonne opinion et 26 % de mauvaise.


    Quand on leur demande s’ils estiment que Justin Trudeau ressemble à Pierre Elliott Trudeau (comme politicien), les répondants sont partagés : 40 % pensent que oui, mais 31 % le trouvent plutôt « différent » de l’ancien premier ministre, dont l’héritage est largement salué au pays (56 %).


    Par ailleurs, le sondage montre que les Canadiens sont majoritairement insatisfaits du gouvernement Harper et de l’état de plusieurs dossiers (environnement, démocratie, gestion des finances, services sociaux). Pour chaque enjeu, près de 55 % des répondants se sont dits insatisfaits. Seule « l’image du Canada dans le monde » obtient un résultat positif, avec 52 % de satisfaction.


    Le sondage a été réalisé en ligne auprès de 1500 personnes du 3 au 6 décembre. Les répondants proviennent de partout au Canada. Le sondage est non probabiliste, mais un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 2,5 % dans 19 cas sur 20, calcule Léger Marketing.

    ***
     

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel