Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Bureaux des députés fédéraux - Les manifestations contre les mariages gais n'ont pas fait d'étincelles

    8 septembre 2003 |Le Devoir | Canada
    Un mouvement religieux de protestation contre les mariages gais a fait peu d'étincelles hier devant les bureaux des députés fédéraux, alors que les journalistes ont parfois réussi à surpasser les manifestants en nombre.

    C'était le cas notamment devant les bureaux du ministre fédéral de la Justice, Martin Cauchon, et du député Paul Martin, à Montréal. Moins d'une dizaine de personnes ont défilé dans ces circonscriptions pour signifier leur désaccord avec le projet de loi qui permettrait les mariages de conjoints de même sexe.

    Partout au pays, devant les bureaux de comté des 301 députés fédéraux, ces petites manifestations étaient organisées hier par une coalition de groupes religieux.

    Seules quatre personnes ont défilé devant le bureau du candidat à la succession de Jean Chrétien, Paul Martin. Il y en avait neuf chez Martin Cauchon. «Le mariage gai va complètement à l'encontre de Dieu, de ses principes et des raisons pour lesquelles il a créé l'homme et la femme», a expliqué à la Presse canadienne Jackie Bourque, sur le seuil du bureau de M. Cauchon. «Il n'a pas créé Adam et Steve, mais Adam et Ève.»

    Un autre sondage révélait par ailleurs hier que les députés qui se prononceront en faveur du projet de loi pourraient en payer le prix politique. Selon l'enquête SES-Research, 60 % des Canadiens qui s'opposent aux mariages gais entendent voter contre les députés qui appuieront de telles unions.

    Il indique par ailleurs que 47 % des Canadiens sont d'accord avec le projet de loi, et 44 % s'y opposent. L'appui aux mariages gais est supérieur au Québec et en Colombie-Britannique, et nettement inférieur en Alberta.

    Le mouvement de légalisation du mariage gai a commencé lorsque la cour de l'Ontario et de la Colombie-Britannique ont statué que le silence de la loi sur le mariage gai violait la Charte des droits et libertés.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.