Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La pièce de un cent ne sera plus frappée au Canada

    29 mars 2012 18h27 |La Presse canadienne | Canada
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir
    L’humble «sou noir» est en voie de disparaître des poches des Canadiens, victime de l’inflation.

    Le budget fédéral déposé cet après-midi indique que la Monnaie royale canadienne cessera de frapper la pièce d’un cent à partir de l’automne prochain.

    Le budget soutient que les coûts de frappe du sou noir ont crû à 1,6 cent, ou 11 millions par année. Son pouvoir d’achat a chuté à un vingtième de sa valeur originale.

    Le ministre des Finances, Jim Flaherty, a fait valoir que la pièce d’un cent ne représentait plus qu’une «nuisance» pour les entreprises.

    Les documents déposés à Ottawa affirment que certains Canadiens considèrent aussi que la pièce d’un cent est davantage une nuisance qu’une pièce utile au commerce.

    Ainsi, le sou noir ira rejoindre le billet papier de 1$ ou de 2$.

    Cours légal

    Les sous noirs continueront d’avoir cours légal, mais à mesure qu’ils disparaîtront de la circulation, les prix devront être arrondis à la hausse ou à la baisse.

    Si les consommateurs ont des sous noirs, ils pourront les utiliser. Les paiements avec cartes de débit ou crédit ou par chèques pourront aussi se détailler au sou près. Mais si le consommateur paie comptant et n’a pas en mains les pièces d’un cent, le total sera arrondi à la hausse ou à la baisse. Par exemple, un prix de 1,02 $ serait changé pour 1 $, alors qu’un montant de 1,03 $ serait arrondi à 1,05 $.

    En ce qui a trait aux contenants, boîtes et sacs de sous noirs attendant dans de multiples tiroirs à travers le pays, le gouvernement suggère aux gens d’en faire don à des organisations de bienfaisance.

    Le budget fédéral soutient que les expériences dans d’autres pays qui ont laissé tomber les pièces de peu de valeur laissent croire que l’arrondissement des prix sera équitable et sans impact sur l’inflation.

    La pièce d’un cent reçoit des tirs nourris depuis des années. Le député néodémocrate Pat Martin avait notamment déposé des projets de loi d’initiative parlementaire pour la retirer de la circulation.

    Des ajustements... linguistiques

    La disparition du sou noir devrait avoir peu d’impact sur l’économie, mais nécessiter certains ajustements dans les habitudes des gens.

    Les friandises à un sou? Un vestige du passé. Les jeux d’arcades aux sous noirs? Déjà évaporés.

    Et certains dictons disparaîtront sans doute aussi. Plus personne ne sera sans le sou, ou prêt de ses sous. Et qui pourra encore se targuer de ne pas être compliqué pour un sou.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel