Voyage de Paradis chez Marcel Aubut: la commissaire à l’éthique est interpellée

Ottawa — Le ministre Christian Paradis pourrait une nouvelle fois faire face à la commissaire à l’éthique, cette fois pour une histoire de voyage de chasse au chalet de l’ancien propriétaire des Nordiques de Québec, Marcel Aubut.

Le réseau CTV a révélé qu’en 2009, alors qu’il était ministre des Travaux publics, Christian Paradis a séjourné au gîte de M. Aubut. Or, ce dernier tentait à cette époque d’obtenir d’Ottawa du financement pour un nouvel aréna dans la ville de Québec.

M. Paradis serait resté deux jours à ce chalet, mais il assure qu’il avait apporté sa propre nourriture et son équipement personnel.

Questionné par les journalistes à son entrée aux Communes aujourd'hui, M. Paradis a nié s’être placé en conflit d’intérêts. Il affirme s’être rendu au gîte avec sa voiture personnelle et dit avoir assumé sa part des coûts du voyage. Il soutient qu’aucun lobbying n’a été fait à l’occasion de ce voyage. Ni avant, ni après, a-t-il ajouté.

Cette explication est loin de satisfaire l’opposition, qui y voit là une apparence de conflit d’intérêts flagrante.

Les libéraux ont fait parvenir à la commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique, Mary Dawson, une lettre pour lui faire part de leurs préoccupations dans cette affaire. Les troupes de Bob Rae estiment que M. Paradis, aujourd’hui ministre de l’Industrie, a contrevenu à plusieurs articles de la Loi sur les conflits d’intérêts.

Selon cette législation, les députés ne peuvent accepter un cadeau ou autre avantage «qui pourrait raisonnablement donner à penser qu’il a été donné pour influencer le titulaire dans l’exercice de ses fonctions officielles.»

À la sortie d’un comité aujourd'hui, Mme Dawson a confirmé avoir reçu la lettre des libéraux, mais elle n’a pas eu le temps de se pencher sur les détails du dossier.

Interrogée à savoir si elle se souvenait qu’un autre ministre ait déjà fait l’objet d’autant de plaintes que M. Paradis, la commissaire a répondu par la négative. «Probablement pas, non. Je ne m’en rappelle pas», a-t-elle admis.

Une autre infraction

Pas plus tard que la semaine dernière, Mme Dawson a déclaré M. Paradis coupable d’avoir accordé un accès gouvernemental privilégié à l’ancien député conservateur, Rahim Jaffer. Elle étudie actuellement une autre plainte, celle du néo-démocrate Guy Caron, concernant le déménagement d’un centre d’assurance-emploi à Thetford Mines, dans le comté de M. Paradis.

Pour les néodémocrates, il ne fait pas de doute que M. Aubut avait quelque chose de très précis à demander au gouvernement fédéral au moment du voyage de chasse, à savoir une contribution pour la construction de l’amphithéâtre permettant un retour des Nordiques.

Le fait que le gouvernement de Stephen Harper ait finalement décidé de ne pas accorder de financement pour l’amphitéâtre ne rend pas le voyage plus justifiable, croit le député Alexandre Boulerice.

«Il se met les deux pieds dans les plats et puis après ça, il dit: "j’en n’ai pas profité, ils n’ont pas eu le contrat". C’est comme si un brigand disait à un juge "c’est correct, je n’ai pas volé la banque, j’ai juste essayé"», a-t-il illustré.
4 commentaires
  • 123-partez - Inscrit 27 mars 2012 15 h 38

    Le niais et les nigauds

    La dernière fois que l'Honorable ministre a eu un problème d'éthique,il y a seulement quelques jours,le premier ministre est venu à son secours en affirmant qu'il était sans doute de bonne foi,malgré des faits troublants.Il le décrivait donc comme un niais.Cette fois,L'honorable ministre nous prend pour des nigauds,se justifiant de la gratuité du voyage par le fait qu'il a apporté son lunch.S'il pense qu'il y a des nigauds pour avaler cela,la prochaine élection lui réservera une belle surprise.Lorsqu'il sera disponible après celle-ci,sa place au chalet de Marcel Aubut risque fort d'être occupée par un nouveau titulaire .

  • Claude Gélinas - Abonné 27 mars 2012 18 h 37

    Un hôte qui gâte peu ses invités !

    C'est l'un ou l'autre : ou bien le Ministre Paradis est un grand naïf qui ne devrait pas être en politique ou bien il prend les Québécois pour des valises. Affirmer que suite à l'invitation pour discuter affaires de Me Marcel Aubut il s'est vu dans l'obligation de faire ses courses et d'apporter sa nourriture et son équipement personnel. De ce fait, il reconnaît que son hôte est trop pingre pour fournir la nourriture à ses invités, ce qui serait surprenant surtout lorsque discute affaires ! Quant à son équipement, s'il se rèfère à son arme de chasse "enregistré", il est tout à fait normal qu'il apporte son équipement personnel.

    Plus souvent qu'à son tour, le Ministre a le don de se mette les pieds dans les plats, s'enfargeant dans les règles d'éthique et ne comprenant pas qu'une fois élu le devoir de réserve commande qu'il mette une distance entre lui et les lobbysites et ce même s'il
    s'agit de l'amphithèâtre de Québec, un dossier fort constesté.

  • Dominic Lamontagne - Inscrit 27 mars 2012 19 h 04

    On achète pas les conservateurs M. Aubut

    Voici un bel exemple que nous pouvons avoir confiance au conservateur. Il n'y a pas de nouvelle dans cette nouvelle car il n'y a pas eu d'argent pour l'amphithéâtre......

    C'est M. Aubut qui devrait être dénoncé dans cette histoire, mais on aime mieux faire du Conservateur Bashing....

    petit petit petit.....

    • Raymond Lutz - Inscrit 27 mars 2012 21 h 05

      Bin non, c'est eux qui nous achètent, zon tellement de fric.