Jubilé de la reine - Pas de médailles pour Ahuntsic

Maria Mourani<br />
Photo: Clément Allard - Le Devoir Maria Mourani

Les citoyens d'Ahuntsic devront travailler plus fort que ceux des 307 autres circonscriptions du Canada s'ils veulent obtenir une des 60 000 médailles du jubilé de la reine: leur députée, Maria Mourani, n'a «aucunement l'intention» de participer à la distribution d'un «symbole de colonisation».

En théorie, chaque député et sénateur du Parlement devrait distribuer 30 médailles du jubilé au cours de l'année, selon les directives mentionnées dans la Gazette du Canada de samedi. Cette allocation représente une «occasion unique d'honorer des individus qui consacrent temps et efforts à bâtir» une société plus juste, soutenait le bureau du gouverneur général dans une lettre transmise aux députés le 15 décembre.

Sauf que Maria Mourani se moque bien de ces récompenses. Alors, non seulement retournera-t-elle la médaille qui lui est réservée d'office (comme à tous les députés), mais elle refuse aussi que la moindre médaille du jubilé soit octroyée par son bureau de circonscription. «Je suis souverainiste, je suis républicaine, ce sont mes valeurs et les gens le savent. Alors, je ne collaborerai pas pour donner ces médailles», indique-t-elle en entretien.

Ce faisant, la députée du Bloc québécois va un pas plus loin que son propre parti. La semaine dernière, le chef Daniel Paillé indiquait au Devoir que les quatre députés de la formation retourneront leur médaille, mais il promettait du même souffle qu'ils allaient répondre aux demandes des citoyens qui souhaiteraient être décorés. «On est député de toute la circonscription et de tous les électeurs, disait-il. Si un citoyen fait une demande, on va la transmettre.»

Mme Mourani affirme qu'elle n'était pas présente au caucus où cette décision a été prise. «J'étais malade. Mais nous allons en rediscuter [aujourd'hui]», a-t-elle indiqué.

La députée ne craint pas que son geste pénalise ses électeurs — qui peuvent par ailleurs s'adresser à d'autres députés ou aux partenaires non gouvernementaux s'ils souhaitent être honorés. «Je leur offre de faire des demandes avec eux pour obtenir la médaille de l'Assemblée nationale. C'est une récompense nettement plus significative pour les Québécois», dit Mme Mourani, qui estime que le gouvernement Harper fait preuve de «démesure» pour célébrer les 60 ans de règne d'Élisabeth II.

Hier, le ministre du Patrimoine, James Moore, a défendu auprès de La Presse canadienne les sommes consacrées au jubilé (7,5 millions), en les mettant notamment en relation avec «les 100 millions dépensés pour le 400e anniversaire de la ville de Québec».
20 commentaires
  • Airdutemps - Inscrite 8 février 2012 07 h 26

    Comparaison boiteuse

    La compraison du ministre Moore est boiteuse. Il était tout à fait normal de dépenser 100 millions $ pour les fêtes du 400e, puisque les authentiques fondateurs du Canada ce sont les « de souche » de langue et de culture françaises.

    Il me semble bien que la Reine n'est apparue dans le décor canadien qu'en 1763, soit un siècle et demi plus tard.

    ll faudrait aussi se rappeler que les fondateurs de ce pays ont toujours refusé de prêter serment à la Reine, malgré tous les efforts faits par la couronne d'Angleterre et ses complices canadiens. D'ailleurs, le Québec n'a pas signé la constitution de 1982.

    Une autre tentative fédérale pour occulter l'Histoire de la Nouvelle-France.

  • lise bélanger - Abonnée 8 février 2012 07 h 31

    Colonisés

    Chère Mme Mourani,

    Merci pour votre courage, nous ne sommes pas des sujets de sa majesté comme les canadiens, du moins il est normal de ne pas se considérer comme tel.

    Compte tenu de notre situation de colonisé, qui est bien réelle, compte tenu du fait que nous nous battons afin d'obtenir la pleine possession de notre état québécois, il est normal de ne pas participer à la remise des médailles du jubilé de la reine qui nous rappelle notre assujetissement.

    Cela fera peut-être comprendre à ceux qui n'ont pas conscience de l'existence d'une réelle nation québécoise et française que oui nous existons et pour devenir un pays pas pour continuer à n'être qu'un groupe soumis aux dictats d'une majorité méprisante pour tout ce qui concerne le fait français en Amérique.

    Vous n'avez aucune obligation légale ou morale de participer à cette distribution de médailles, j'appuie entièrement votre attitude et non celle de M. Paillé.

  • dany tanguay - Inscrit 8 février 2012 07 h 45

    Bravo....

    Félicitations Mme Mourani, ce pays ne veut pas de québecois de langue française, ils nous aiment seulement si nous leur parlons en anglais. C'est encore plus clair depuis que ce gouvernement conservateur est au pouvoir qu'ils feront tout pour nous faire chi..........

  • Albert Descôteaux - Inscrit 8 février 2012 08 h 59

    Contradictions....

    Madame Mourani se contredit. Bien difficile de savoir à quoi s'en tenir avec elle. En effet, on lit au début de l'article:

    "Sauf que Maria Mourani se moque bien de ces récompenses."

    Plus loin, elle dit:

    «Je leur offre de faire des demandes avec eux pour obtenir la médaille de l'Assemblée nationale. C'est une récompense nettement plus significative pour les Québécois».

    Alors, si madame Mourani se moque des récompenses et est conséquente, elle ne devrait perdre son temps et l'argent des contribuables pour les médailles du Québec.

    Ah, tous pareils ces politiciens: ça dit une chose du côté droit de la bouche, et une autre du côté gauche.

  • Loraine King - Inscrite 8 février 2012 09 h 21

    Comparaison fort juste, M. Moore

    Le Québec n'est pas le nombril du Canada. On peut se bercer des illusions de l'histoire et du présent mais le fait est qu'Elizabeth II est reine du Canada depuis 60 ans. Que le gouvernement fédéral dépense 100 millions pour marquer le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec et 7 millions pour le jubilée est tout à fait juste par rapport à l'importance des évènements.

    J'ai remarqué hier en première page du Globe and Mail une photo du Gouverneur Général remettant une médaille à un petit garçon infirme. L'enfant avait un sourire radieux. Que Madame Mourani refuse de donner pareille chance aux citoyens de sa circonscription est une triste réalité et démontre bien que si la Reine elle n'a aucun pouvoir sur les citoyens, les députés eux n'ont aucun remords, voire sont fiers quand ils traitent leurs concitoyens comme s'ils étaient leur propriété. Cette élue qui représente tous les citoyens, pas seulement ceux qui partagent sa vision politique, n'a aucun respect pour la liberté d'opinion des citoyens qu'elle représente. La petite politique dicte ses gestes plutôt que les droits des citoyens.

    Que Dieu protège la reine, le symbole apolitique de l'état au Canada.