Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le «libre-choix» en matière de peine de mort

    Le sénateur Boisvenu s'excuse d'avoir utilisé le mot «corde», mais persiste dans l'idée d'offrir le choix aux meurtriers de se tuer en prison

    3 février 2012 |Hélène Buzzetti | Canada
    Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu estime que les meurtriers irrécupérables devraient avoir le «libre-choix» de se suicider en prison et assure que la population est d'accord avec lui.
    Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu estime que les meurtriers irrécupérables devraient avoir le «libre-choix» de se suicider en prison et assure que la population est d'accord avec lui.
    Ottawa — Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, loin de s'excuser, persiste et signe. Il estime que les meurtriers irrécupérables devraient avoir le «libre-choix» de se suicider en prison et assure que la population est d'accord avec lui. Il regrette seulement d'avoir fait référence à un outil en particulier pour procéder. Deux meurtriers réhabilités déplorent le double langage d'Ottawa.
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel