Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettres - La grande guignolée de M. Harper

    30 décembre 2011 | Jean-Marc Lord - Bécancour, le 28 décembre 2011 | Canada
    Nous avons été nombreux à donner généreusement de l'argent, des denrées ou du temps lors des différentes guignolées des dernières semaines. C'est là l'expression d'une solidarité sociale bien sentie.

    En cette période de guignolée, le premier ministre Harper ne voulait évidemment pas être en reste. En effet, le 1er janvier 2012, le taux de l'impôt des compagnies passe de 16,5 % à 15 %, ce qui paraît minime à première vue. Mais quand on sait que cette nouvelle baisse d'impôt pour les grandes compagnies leur fera économiser, ensemble, plus de 4 milliards $ par année, on comprend que les organisateurs des guignolées se sentent jaloux. Ou peut-être même insultés?

    Car à la différence des guignolées traditionnelles, celle de M. Harper ne vise ni à soulager la pauvreté, ni à exprimer une quelconque solidarité. Cette guignolée «nouveau genre» ressemble plutôt à un cadeau pour bonifier les rendements des actionnaires et propriétaires des grandes compagnies. Et c'est là qu'on peut apprécier le grand sacrifice de M. Harper. Lui qui est prêt à se priver de 4 milliards $ de revenus chaque année, même si son gouvernement est aux prises avec un déficit de plusieurs milliards. C'est donc dire que pour financer cette baisse d'impôt... le Canada devra emprunter 4 milliards $ de plus tous les ans.

    Le Canada est déjà le pays où l'impôt des compagnies (fédéral et provincial combinés) est le plus bas des pays du G7. Pourquoi faudrait-il l'abaisser encore? M. Harper peut-il nous assurer que les 4 milliards $ économisés chaque année par les grandes compagnies seront utilisés pour créer de l'emploi au Canada plutôt que pour aller grossir des comptes en banques dans les paradis fiscaux? Au nom de quelle logique devrions-nous nous endetter davantage collectivement pour permettre à des grandes compagnies de faire plus de profits? Et pourquoi somme toute, sommes-nous encore obligés de faire des guignolées pour soulager la pauvreté dans un pays aussi riche que le Canada?

    Il faudrait expliquer à M. Harper et à tous ceux qui pensent comme lui le véritable sens des mots partage et solidarité. Car une société qui oublie le sens de ces mots et qui se bâtit sur l'enrichissement d'une minorité au détriment de la majorité ne va nulle part... sinon dans un mur.

    ***

    Jean-Marc Lord - Bécancour, le 28 décembre 2011
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel