Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Gouvernement Harper - Incontrôlable

    Josée Boileau
    15 décembre 2011 |Josée Boileau | Canada | Éditoriaux
    Quand on se calme — et il est très difficile de le faire comme l'a vécu hier Justin Trudeau, qui n'a pu qu'exploser de colère devant la désinformation à laquelle se livrait le ministre de l'Environnement Peter Kent —, il faut bien constater le phénomène. Il n'y a pas de limites à la suffisance conservatrice, et pas de façon de la contrôler.

    Là où l'arrogance conservatrice commence à faire son effet, c'est de voir comment, insidieusement, on se met à la prendre au sérieux. Il fallait lire comment certains grands médias canadiens ont accueilli la décision du gouvernement Harper de se retirer de Kyoto, en pesant sobrement le pour et le contre, en évoquant de nouveaux modèles à suivre pour que le Canada réduise ses émissions de gaz à effet de serre. Croit-on vraiment que ce gouvernement souhaite devenir actif dans la recherche de solutions au réchauffement climatique? Ou qu'il souhaite avoir un apport aux grandes préoccupations de cette planète?

    Revenons sur terre. Son retrait de Kyoto a une cause idéologique — le refus d'accepter l'existence même du réchauffement climatique — et électoraliste — ne pas nuire à l'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta, bastion conservateur. Toute autre analyse n'est que du vent. La dynamique à l'oeuvre, par contre, vaut la peine d'être étudiée car elle indique bien le modus operandi des années à venir.

    Sur la scène internationale, par exemple, le Canada ne compte plus... et s'en fout royalement. Les explications données l'an dernier par des acteurs de la scène internationale pour expliquer le fait que le Canada non seulement n'avait pas obtenu le siège qu'il convoitait au Conseil de sécurité de l'ONU mais qu'il était arrivé au troisième rang, derrière l'Allemagne et le Portugal, sont aussi valables pour Kyoto.

    On reprochait alors au gouvernement Harper de traiter les enjeux internationaux de manière partisane, dans l'unique but de marquer des points électoraux au Canada. Comme le disait un diplomate, le Canada est maintenant perçu comme un pays qui n'est pas indépendant, qui n'est pas nuancé et qui est le moins constructif autour d'une table de négociations. Le retrait de Kyoto vient confirmer cette perception (tout comme, autre exemple, son attitude face à l'arrivée de la Palestine à l'UNESCO).

    Le Canada est devenu un pays nuisible, dont on n'attend plus qu'il fournisse des soldats là où on se bat. Dans un monde où les relations interétatiques sont devenues cruciales, il s'agit là d'un effrayant recul.

    En interne, c'est aussi la forme qui l'emporte sur le fond. Les conservateurs se moquent tellement des institutions et de la vérité que toute réfutation, pour avoir du poids, ne peut prendre que des formes outrancières. Par exemple, les conservateurs font circuler faussement, dans sa circonscription, que le député libéral Irwin Cotler quitterait la politique. Cette manoeuvre vise à déstabiliser un parlementaire, ce que reconnaît le président des Communes. Mais celui-ci décide malgré tout de ne pas sévir. Et contre qui le pourrait-il? Même le premier ministre, par son silence, avalise de telles grossièretés.

    De même, quand le ministre Peter Kent reproche à l'opposition de ne pas avoir été présente à Durban alors que c'est le gouvernement qui a bloqué cette participation, il faut bien que quelqu'un le dise qu'il y a là mensonge. Mais les règles parlementaires font en sorte que c'est la vilenie qui passe, pas sa dénonciation. Et c'est le dénonciateur, ici Justin Trudeau, qui doit se justifier.

    Pour la démocratie, il y a là danger.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.