Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    WikiLeaks - Élections 2008: Harper a été «choqué» par les demandes de Charest

    Des câbles révèlent aussi des analyses faibles de l'ambassadeur américain à Ottawa

    Ottawa — Stephen Harper a été «choqué» que Jean Charest lui fasse parvenir une lettre contenant 15 demandes du Québec lors de la campagne électorale fédérale de 2008, au point de le blâmer pour les résultats de l'élection, révèlent des câbles dévoilés par WikiLeaks.

    La missive est datée du 23 mars 2009 et elle cite Eric Ferguson, conseiller sur les politiques relatives au Québec pour le Bureau du conseil privé. M. Ferguson aurait indiqué à l'ambassade américaine à Ottawa que le refus de M. Harper de répondre à la lettre avait causé des «frictions».

    Selon lui, M. Harper a ainsi «blâmé spécifiquement M. Charest pour l'incapacité des conservateurs à obtenir une majorité lors de cette élection». Les conservateurs avaient raté de 12 sièges leur objectif à ce moment. La campagne avait été difficile au Québec, à cause notamment du dossier des coupes en culture et d'une publicité sur la non-pertinence du Bloc québécois.

    Le même câble souligne que des stratèges du Parti conservateur étaient «irrités» du «manque de talent» de la députation québécoise conservatrice. Avec 10 députés au Québec, Stephen Harper avait dû «donner d'importants ministères à des députés qui [étaient] loin d'être des choix naturels». On citait l'exemple de Maxime Bernier.

    Impact

    Par ailleurs, d'autres câbles suggèrent que l'ambassadeur américain en poste à Ottawa semble avoir quelques difficultés à bien décoder l'impact de certains dossiers.

    Ainsi David Jacobson écrivait-il dans une note envoyée le 19 novembre 2009 que le témoignage du diplomate Richard Colvin concernant les détenus afghans et des allégations de torture ne «devrait pas avoir d'impact majeur sur la politique canadienne domestique ou par rapport à l'Afghanistan».

    Or la controverse a causé énormément de grabuge politique au Canada. Le témoignage de M. Colvin a eu des répercussions prolongées: plusieurs estiment notamment que c'est une des raisons expliquant la prorogation du Parlement par Stephen Harper entre janvier et mars 2010. C'est aussi ce qui fut à la base du conflit qui a obligé le président de la Chambre à réaffirmer la suprématie du Parlement sur le gouvernement, en avril 2010. Les travaux du comité qui a été créé dans la foulée n'ont pris fin qu'au mois de juin 2011.

    De même, M. Jacobson avait estimé que la prorogation du début de 2010 n'allait «pas provoquer beaucoup de contestation, au-delà des récriminations des députés de l'opposition et de la bulle d'Ottawa».

    Le geste du gouvernement n'a pourtant pas passé inaperçu, loin de là: des manifestations ont été organisées, et les partis d'opposition ont exploité à fond l'image d'un Parlement fermé à double tour — ce qui avait à l'époque coûté quelques points d'appui aux conservateurs.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel