Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Recherche et sauvetage - Les activités de l'Est seront regroupées à Halifax

    9 juin 2011 |Alec Castonguay | Canada
    Le gouvernement Harper a l'intention de fermer les centres de recherche et sauvetage de Québec et de Saint John's, à Terre-Neuve. Ces centres, qui traitent les appels de détresse, sont la responsabilité de Pêches et Océans Canada. Les activités seront concentrées à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Les bateaux et les hélicoptères qui assurent les sauvetages resteront toutefois dans la région de Québec et de Saint John's.

    Cette décision administrative découle de la révision des dépenses exigée dans les ministères en 2010. Elle ne concerne donc pas les compressions à venir afin d'équilibrer le budget une année plus tôt que prévu.

    Pêches et Océans Canada doit économiser 56,8 millions de dollars et a décidé de rationaliser les centres d'appels pour la recherche et le sauvetage dans l'est du pays. À Saint John's comme à Québec, une douzaine d'emplois seraient éliminés.

    Négliger les régions


    Le Nouveau Parti démocratique a mené la charge hier aux Communes, affirmant que les conservateurs négligent les régions et privent les citoyens d'un système local efficace. «Les gens à Halifax, oui, vont rendre de bons services dans leur région, mais ne vont pas nécessairement rendre de bons services en Gaspésie et ne vont pas nécessairement rendre de bons services à Terre-Neuve», a dit le député néodémocrate de la Gaspésie, Philip Toone, dans un français difficile. «On veut que les gens qui connaissent bien la région et qui savent immédiatement quelle sorte de services il faut rendre puissent y travailler. On parle de sauver des vies ici, ce n'est pas rien.»

    Le gouvernement affirme que ces compressions n'auront aucun effet sur les services aux citoyens en détresse. «On a reçu un mandat fort des Canadiens pour mettre en oeuvre notre programme et réduire le déficit», a soutenu le ministre de Pêches et Océans Canada, Keith Ashfield. «La décision de fermer ces centres d'appels va sauver de l'argent sans avoir d'impact sur la sécurité des gens. Les services seront encore bilingues. Les nouvelles technologies permettent de fournir la même qualité de service à distance. Les bateaux et les hélicoptères de sauvetage existants resteront où ils sont actuellement.»

    Le député néodémocrate de St. John's South-Mount Pearl, à Terre-Neuve, Ryan Cleary, affirme toutefois que la vie des gens «est en danger» parce que la rapidité de la réponse ne sera plus aussi grande. «C'est une décision dangereuse», a-t-il dit.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel