Qui sont ces néodémocrates à l'assaut de Québec?

Élaine Michaud
Photo: Élaine Michaud

Un sondage CROP paru hier dans Le Soleil annonce un possible balayage néodémocrate dans la grande région de Québec. Brefs portraits des candidats qui pourraient en bénéficier.

Charlesbourg-H.-St-Charles
Député sortant: Daniel Petit, du PC
Candidate du NPD: Anne-Marie Day

Candidate pour la deuxième fois et militante de longue date, Anne-Marie Day est la seule candidate du groupe à avoir été qualifiée de «ministrable» par Jack Layton lors de sa visite à Québec. Connue pour son engagement dans la cause des femmes, elle dirige un organisme de réinsertion sociale pour femmes, le Centre Étape, et détient une maîtrise en développement régional.

Québec
Députée sortante: Christiane Gagnon, du BQ
Candidate du NPD: Annick Papillon

Députée de Québec depuis 1993, Christiane Gagnon pourrait être délogée par une jeune néophyte de la politique. Bachelière en communication, en droit et en histoire, Mme Papillon travaille à l'Institut de la statistique et réside à Québec depuis 12 ans. Elle souhaite augmenter le nombre de logements sociaux dans son secteur.

Portneuf-Jacques-Cartier
Député sortant: André Arthur, indépendant
Candidate du NPD: Élaine Michaud

Les jeunes femmes bardées de diplômes sont nombreuses parmi les candidats du NPD. Âgée de 25 ans, Mme Michaud a un bac en psychologie, un autre en science politique et elle a entrepris une maîtrise à l'École nationale d'administration publique. Elle s'est prononcée notamment pour des pratiques agricoles plus écologiques et le recours au compost.

Beauport-Limoilou
Députée sortante: Sylvie Boucher, du PC
Candidat du NPD: Raymond Côté

Très enraciné dans le secteur de Limoilou, M. Côté est, avec Anne-Marie Day, le candidat le plus solide du parti dans la région. Ancien président de commission scolaire, il donne du temps dans le secteur communautaire, en plus de son emploi de fonctionnaire chez Services Québec. Hier, on apprenait dans Twitter qu'il avait pris son avant-midi de congé pour aller visiter sa mère à vélo.

Lotbinière-C.-de-la-Chaudière
Député sortant: Jacques Gourde, du PC
Candidate du NPD: Tanya Fredette

Très éloquente, Mme Fredette étudie le phénomène du lobbyisme dans le cadre de sa maîtrise en science politique. Nouvelle venue en politique, elle souhaite notamment améliorer l'offre en transport en commun dans sa circonscription.

Louis-Saint-Laurent

Députée sortante: Josée Verner, du PC
Candidate du NPD: Alexandrine Latendresse

Le Waterloo de Josée Verner dans la région pourrait prendre la forme d'une jeune femme de 26 ans du nom de Latendresse. Diplômée en études russes de l'Université Laval, Mme Latendresse se dit également passionnée d'environnement.

Lévis-Bellechasse
Député sortant: Steven Blaney, du PC
Candidate du NPD: Nicole Laliberté

Dernière candidate à s'être manifestée, Mme Laliberté est une éducatrice en garderie à la retraite. Musicienne à ses heures, elle a notamment produit des disques pour enfants. L'aide aux enfants et aux handicapés lui tient particulièrement à coeur.

Louis-Hébert
Député sortant: Pascal-Pierre Paillé, du BQ
Candidat du NPD: Denis Blanchette

Candidat pour la troisième fois, M. Blanchette est un fonctionnaire de carrière qui travaille pour le gouvernement du Québec depuis 27 ans. Tout comme ses adversaires, ses interventions pendant la campagne ont porté sur la détérioration du pont de Québec et l'aéroport.
8 commentaires
  • lephilosophe - Inscrit 30 avril 2011 08 h 07

    À ceux qui comparent la vague NPD à celle de l'ADQ

    Pour tous ceux qui ne voient dans la vague orange qu'une répétition de celle de l'ADQ, ces petits portraits montrent que nous avons affaire à une toute autre catégorie de candidats. Alors qu'on avait peine à trouver des bacheliers dans l'équipe de Mario Dumont, on voit ici toutes ces jeunes femmes instruites qui portent les couleurs du NPD. Mis à part la candidate dans Berthier, autre histoire montée en épingle pour tenter de freiner la montée du NPD, on peut voir la profondeur de l'équipe de Jack Layton. Alors que les femmes avaient la portion congrue à l'ADQ, ici elles sont les plus nombreuses dans un parti politique au Canada.

    Bernard Gadoua

  • Jean Lapointe - Abonné 30 avril 2011 08 h 23

    Des amateurs.


    Ce sont sans doute des gens bien sympathiques mais des amateurs en politique très probablement.

    Ce serait intéressant de savoir ce qui les a amener à se présenter comme candidats du NPD.

    Ce serait vraiment prendre de gros risques que de voter pour eux ou pour elles.

    Il m'apparaît important de voter comme citoyens qui se veulent responsables et non pas comme simples consommateurs de nouveautés.

    Je me trompe peut-être. Mais comme je ne sais pas qui ils sont, je trouve qu'il serait sage que nous ne prenions pas de chances.

  • I. Belanger - Inscrit 30 avril 2011 09 h 30

    un vent de fraîcheur

    Jeunes ou inexpérimentés, peut-être, mais d'une part, ils ne pourront pas faire pire que ceux déjà en place et d'autre part, ce vent de jeunesse et les nouvelles idées ne peuvent que faire du bien à ce gouvernement de vieux croutons.

  • Simon Blouin - Inscrit 30 avril 2011 18 h 31

    À Jean Lapointe, à propos de vos généralisations

    On ne peut pas les mettre tous dans le même panier! Comment accorder le moindre crédit à vos propos, si vous ne reconnaissez même pas les différences évidentes entre ces candidats!
    Qui ne voit que M. Côté n'a rien à envier à Mme Boucher? Bien sûr qu'il faut voter pour de bons candidats: le fait que vous ne les connaissiez pas montre justement que vous votez à l'aveugle, donc guère de façon plus éclairée que vos imaginaires "simples consommateurs de nouveautés".

  • Rodrigue Guimont - Abonnée 1 mai 2011 08 h 54

    Vers l'inconnu...


    Beaucoup de ces jeunes néophytes en politique ont filtrés avec l’idée de la souveraineté avant de se lancer pour le NPD. Il ne faut pas penser d’emblée qu’ils laisseront (comme les députés libéraux du Québec) leur intelligence et leur conscience sociale au vestiaire lorsqu’ils seront au pouvoir.

    Trop centralisateur, Layton (et son lieutenant québécois Mulcair, ex-libéral) risque beaucoup plus qu’il ne pense. J’ose espérer que ces nouveaux politiciens sauront résister à la ligne de parti si jamais ce parti se montre hostile aux aspirations et aux acquis du Québec.