Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Des fous de Dieu chez les conservateurs

    7 avril 2011 |Hélène Buzzetti | Canada
    Jason Kenney<br />
    Photo: Agence Reuters Jason Kenney
    Lire aussi: Les «deux solitudes» sont plus spirituelles que culturelles
    Ottawa — Taïwan, janvier 2011. Christine Smith (nom fictif) est à bord d'un avion quand soudainement elle se sent mal. La députée libérale fédérale est allergique aux fruits de mer et elle a mangé plus tôt dans un restaurant où flottait une forte odeur de fumet de poisson. Pourtant, ce n'est pas tant le choc anaphylactique de leur collègue qui ébranle les autres députés présents que la réaction des trois élus conservateurs. Non, Mark Warawa, Jeffrey Watson et Blaine Calkins n'ont pas prodigué des soins médicaux. Ils se sont plutôt approchés de la malade, se sont agenouillés, ont apposé leurs mains sur sa tête et ont... entamé des incantations et des prières.

    Cette anecdote est peu connue sur la colline parlementaire, et pour cause. Ceux qui ont été témoins de la scène ont été choqués de ce réflexe religieux contre-productif (l'attroupement nuisait à la respiration de la députée), mais ils hésitent à le dénoncer de peur d'être taxés d'intolérance. La principale intéressée a demandé à ce que son nom ne soit pas utilisé afin de préserver la confidentialité de son dossier médical.

    «Pour être honnête, j'ai eu beaucoup de difficulté à garder mon sérieux, raconte au Devoir un des témoins. C'était tellement aberrant, envahissant et franchement irrespectueux. [...] On n'est pas habitués de voir cela dans notre pays.»

    Il n'en reste pas moins que les députés de l'opposition sont de plus en plus mal à l'aise devant les manifestations de l'influence religieuse sur certains élus conservateurs dans le cadre des travaux parlementaires. Autre exemple: avant le déclenchement de la campagne électorale, le Comité permanent des ressources humaines menait une étude sur le soutien offert par Ottawa aux parents adoptifs. Le 17 février, quatre jeunes adultes adoptés comparaissent pour raconter leur expérience. Le député Maurice Vellacott prend alors la parole pour révéler qu'il a lui aussi été adopté.

    «J'ai aussi une famille biologique affectueuse avec laquelle j'ai vécu toute ma vie. Quand je dis que j'ai été adopté, je veux dire que je l'ai été par un père céleste. Ainsi, même quand je suis loin de mes parents terrestres, dans d'autres régions du monde ou du pays, ma famille indéfectible veille toujours sur moi.»

    M. Vellacott a ensuite évoqué le «lien de la foi». «Il est beaucoup question de l'adoption dans la Bible, un ouvrage que vous aurez peut-être l'occasion de consulter un jour. C'est pour cette raison que je suis très favorable à l'adoption et que je l'appuie entièrement. Dieu le père adopte les humains depuis des milliers d'années, bien avant... Qu'est-ce qui vient en premier, l'oeuf ou la poule, l'humain ou l'adoption divine? Je crois que c'est cette dernière qui précède tout. Pour cette raison, je crois que les membres du comité devraient favoriser l'adoption pour les principes fondamentaux sur lesquels elle repose.»

    Au moins un député siégeant au comité s'est dit «estomaqué» et «choqué». «Nous n'avons pas à mêler religion et État», fait-il valoir.

    Opus Dei

    Alors que l'élection fédérale bat son plein, la question se pose toujours. Par exemple, Nicole Charbonneau Barron, une ancienne porte-parole du mouvement catholique ultraradical Opus Dei, est encore une fois candidate pour le Parti conservateur dans Saint-Hubert-Saint-Bruno.

    La Twittosphère s'est enflammée la semaine dernière lorsque des usagers ont retrouvé un article de 2009 du Globe and Mail racontant que le ministre des Sciences et de la Technologie, Gary Goodyear, refuse de dire s'il adhère ou non à la théorie de l'évolution parce que cela relève de sa «religion».

    La candidate conservatrice dans Compton-Stanstead, Sandrine Gressard Bélanger, fait parler d'elle sur la blogosphère à cause de sa façon d'invoquer «l'univers» pour régler ses problèmes d'argent. «On fait une demande à l'univers, on essaye d'être le plus précis possible dans notre demande et on dit merci à l'univers comme si c'était réglé.»

    Récemment, l'émission Enquête de Radio-Canada a révélé que la militante religieuse Faytene Kryskow a obtenu du député conservateur Rob Bruinooge un laissez-passer de la Chambre des communes lui permettant de circuler librement dans l'édifice du parlement. Seulement 25 laissez-passer du genre sont en circulation. Mme Kryskow dirige 4MyCanada, un organisme prônant le retour aux valeurs traditionnelles au Canada, mais le tout enrobé dans une sauce mystique. Elle organise des prêches publics au cours desquels elle parle en «langues», une succession de sons insensés par lesquels l'Esprit Saint est censé se manifester. L'imposition des mains est fréquente. Mme Kryskow était présente au parlement le 13 mai 2010 pour filmer la conférence de presse de M. Bruinooge lançant la grande manifestation annuelle pro-vie.

    Jason Kenney, l'avortement et le Klu Klux Klan


    D'autres faits émergent à propos de l'actuel ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Jason Kenney. À titre de président du tribunal étudiant de l'University of San Francisco, il a été en 1989-1990 au coeur d'une controverse si grande qu'elle a eu des échos dans la presse régionale.

    Au nom de ses principes catholiques, l'université avait tenté d'empêcher un groupe d'étudiantes en droit de distribuer des dépliants parlant d'avortement. Quand les jeunes femmes ont menacé d'intenter une poursuite judiciaire, l'université a reculé et adopté un code clarifiant les paramètres de la liberté d'expression sur le campus. Jason Kenney attaque sans relâche cette décision parce qu'elle mine les principes catholiques censés animer l'université. Dans un des textes d'opinion qu'il signe dans le journal de l'université, le Foghorn, le futur ministre explique sa position.

    «On doit demander à ces valeureux défenseurs de la "liberté d'expression" s'ils seraient si actifs si c'était le Klu Klux Klan à qui l'université refusait l'accès. Si USF devait accepter ou appuyer les activités d'un groupe dont l'objectif est de légaliser le meurtre prénatal, sur quelle base pourrait-elle refuser une aide similaire à des groupes faisant la promotion du racisme? Sur quelle base refuserait-elle l'implantation d'une cellule Man-Boy Love Association qui demande la légalisation de la pédophilie? Sur quelle base pourrait-elle refuser l'accès à un club fasciste ou une cellule de l'Église de Satan? Seul un relativisme radical qui accorde plus d'importance aux règles qu'à la vérité pourrait justifier d'accepter de telles causes. Une telle approche n'a pas sa place dans une université catholique.»

    Jason Kenney avait lancé une pétition demandant à l'Église de retirer son statut catholique à l'université. Au San Francisco Chronicle qui l'interrogeait sur ses motifs, M. Kenney avait répondu: «Si l'université n'est pas prête à offrir un environnement éducatif cohérent avec la foi catholique, elle devrait cesser de s'appeler "catholique".» Au réseau CNN, M. Kenney avait dit que le groupe «détruit la mission de l'université». L'année précédente, M. Kenney avait tenté d'imposer la prière catholique au début de chaque rencontre du Sénat étudiant, mais l'initiative avait été défaite.

    Au sein même de la direction de l'université, les activités du jeune Kenney et consorts étaient critiquées. Le San Francisco Bay Guardian avait publié en avril 1990 un article détaillant «le siège de la droite à USF». Un ancien professeur, Joseph Soehee, décrivait cette jeunesse illuminée ainsi: «Ils veulent le retour des années 50. Et par années 50, je ne veux pas dire les années 1950, je veux dire les années 1550: obédience, obédience, obédience.»



    Jason Kenney<br />












    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.