Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les Canadiens iront aux urnes le 2 mai

    Les libéraux rejettent l'idée d'une coalition

    26 mars 2011 13h15 | La Presse canadienne | Canada
    Ottawa — Pour la quatrième fois en sept ans, les Canadiens devront se choisir un gouvernement, un choix qui s'exprimera le 2 mai prochain. Le premier ministre sortant, Stephen Harper, en a fait l'annonce ce matin, après sa rencontre à Rideau Hall où il a demandé au gouverneur général de dissoudre le Parlement.

    M. Harper a été acculé au pied du mur, vendredi, lors d'un vote historique l'obligeant à déclencher des élections.
     

    Faisant front commun, les partis d'opposition ont imposé leur majorité aux Communes pour adopter une motion de censure trouvant le gouvernement coupable d'outrage au Parlement, une première dans l'histoire canadienne.
     

    Les électeurs auront donc cinq semaines pour décider à qui ils accorderont leur confiance. Ils ont par contre déjà commencé à entendre les arguments des partis.

    Pas de coalition pour les libéraux

    Stephen Harper a brandi la possibilité d'une coalition «broche-à-foin» des partis d'opposition. Plus encore, il a été jusqu'à affirmer que le chef libéral Michael Ignatieff a un «agenda caché» et ne cherche qu'à prendre le pouvoir en formant une coalition, et ce, même si les Canadiens élisent un gouvernement conservateur minoritaire.


    Pourtant, ce matin, le chef libéral a écarté tout scénario de coalition dans le prochain Parlement avec le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique.
     

    Mais Michael Ignatieff ne ferme pas la porte à une collaboration, au cas par cas, avec les autres partis si sa formation politique remporte les élections.Dans un communiqué de presse publié aujourd’hui, le chef libéral ajoute que le parti qui remporte le plus de sièges le jour du scrutin devrait être celui qui formera le prochain gouvernement.
     

    En clarifiant cette question avant même le lancement officiel des hostilités, M. Ignatieff souhaite sans aucun doute s'enlever une épine du pied.
     

    Dans le communiqué de presse, M. Ignatieff précise qu'il exclut « catégoriquement » toute coalition ou entente formelle avec le Bloc québécois

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel