Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Afghanistan - Fin de mission?

    9 novembre 2010 |Bernard Descôteaux | Canada
    Les pressions sur le gouvernement Harper pour qu'il prolonge au-delà de 2011 la participation de l'armée canadienne à la mission des Nations unies en Afghanistan n'ont jamais cessé. Elles se sont faites plus intenses ces dernières semaines pour qu'au moins le Canada assure la formation des troupes afghanes jusqu'en 2014. Le refus de moins en moins ferme opposé par Ottawa laisse présager qu'il cédera. N'en soyons pas surpris.

    Le premier ministre Stephen Harper tenait à ce que le Canada s'engage militairement en Afghanistan dans des missions de combat. Cela faisait partie de sa vision du rôle du pays sur la scène internationale dont il veut qu'il soit un joueur actif aux côtés de ses alliés. À deux reprises, il a obtenu l'appui de la Chambre des communes pour cette mission amorcée sous les libéraux. La dernière résolution, adoptée en mars 2008, fixait impérativement à juillet 2011 le retrait des troupes canadiennes.

    Conscient de l'opposition d'un nombre grandissant de Canadiens à cette mission (156 Canadiens y ont perdu la vie jusqu'ici), le premier ministre a répété inlassablement ces dernières années que l'engagement canadien ne serait pas renouvelé, si ce n'est dans le cadre d'une mission civile. Un document préparé par le Conseil privé l'été dernier laissait d'ailleurs croire que celle-ci ne reposerait que sur des interventions diplomatiques et humanitaires, notamment pour aider les enfants, soutenir les droits de la personne et contribuer au respect de la règle de droit. On évoquait un budget de quelque 549 millions de dollars pour la période 2011-2014.

    Que le gouvernement Harper se prépare à changer d'avis n'est pas une surprise puisque, ces derniers mois, les pressions des alliés, et tout particulièrement des États-Unis, se sont faites très fortes. Malgré le fait que l'on compte quelque 120 000 soldats étrangers présents en Afghanistan, la situation sur le terrain demeure très incertaine. Le retrait du Canada serait un contre-signal de leur détermination à vaincre l'insurrection talibane. Une décision sur le rôle futur du Canada devra être prise d'ici quelques jours. Les 19 et 20 novembre aura lieu à Lisbonne un sommet des pays de l'OTAN où sera adopté un calendrier de retrait des troupes étrangères d'ici 2014.

    Ce court délai, que l'on a probablement voulu ainsi, laisse peu de temps pour évaluer la situation et en débattre. De nombreuses questions doivent être précisées, à savoir le nombre de militaires canadiens qui resteront sur place (on évoque un nombre allant de 500 à 1000) et leur rôle précis. Jusqu'ici, la formation de soldats afghans assurée par le Canada comprenait l'accompagnement de ceux-ci dans les combats. En serait-il de même à l'avenir? Quant aux budgets que l'on devait consacrer à l'aide humanitaire, serviront-ils à financer la présence des militaires?

    La question de fond demeure toutefois la pertinence d'une présence militaire canadienne dans ce pays. Tous les pays membres de la mission de sécurité savent qu'il s'agit d'une guerre impossible à gagner. Le président Obama a fixé à 2011 le début du retrait de ses troupes, ce qui est plus de l'ordre du souhait que du domaine du possible puisqu'un minimum de stabilité doit être acquis avant de laisser les Afghans seuls à leur sort. Dans ce contexte, il faut se demander dans quel engrenage le Canada mettra le doigt en prolongeant sa présence, et ce qu'il y gagnera. Ce débat doit se faire aux Communes même, car il concerne tous les Canadiens.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel