Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Maclean's et la corruption

    Ignatieff dénonce le Quebec bashing

    28 septembre 2010 |Guillaume Bourgault-Côté | Canada
    Ottawa — Pour le chef libéral Michael Ignatieff, pas de doute: le dossier du magazine Maclean's sur la corruption au Québec n'est rien d'autre que du «Quebec bashing».

    «Il faut critiquer la corruption dans la vie publique, a commenté brièvement M. Ignatieff lors d'un point de presse tenu hier matin. Mais l'important, c'est de le faire partout au Canada. Dire que le problème n'existe qu'au Québec, comme c'est suggéré dans l'article, je crois que c'est du Quebec bashing, et je n'aime pas le Quebec bashing.»

    Après avoir lu en détail les deux articles du magazine qui dépeint le Québec comme étant la province la plus corrompue du Canada, le député néodémocrate Thomas Mulcair s'est quant à lui dit «extrêmement déçu» du travail de Maclean's. En rappelant un autre dossier «provocateur» du magazine — sur Montréal, durant les élections municipales de 2009 —, M. Mulcair a affirmé que Maclean's est «en train de faire des généralités qui réconfortent les gens qui ont déjà des préjugés contre le Québec».

    Après avoir démonté les arguments factuels de l'article principal, M. Mulcair s'est livré à une charge comme la chronique qui l'accompagne, pour finalement conclure que «ce qui était jadis une grande revue au Canada est devenu quelque chose de purement sensationnaliste et minable».

    Depuis sa parution vendredi, le dossier de Maclean's a fait couler des rivières d'encre. La classe politique a notamment été unanime à dénoncer le portrait qu'on y fait de la province et la relation sous-entendue entre le nationalisme québécois et la corruption.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.