Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Coalition de lutte contre l'antisémitisme: le Bloc se retire

    10 mars 2010 |Hélène Buzzetti | Canada
    Ottawa — Le Bloc québécois a décidé hier de se retirer de la Coalition parlementaire canadienne de lutte contre l'antisémitisme parce qu'il juge celle-ci «biaisée» en faveur d'Israël et contre les Palestiniens.

    La Coalition parlementaire canadienne de lutte contre l'antisémitisme (CPCCA, de son acronyme anglais) est une coalition de parlementaires provenant de toutes les formations politiques représentées à Ottawa. Du moins jusqu'à hier. Le Devoir a appris que les deux députés bloquistes qui y siégeaient ont décidé de la quitter.

    Le CPCCA a entrepris une «commission d'enquête» pour dresser le portrait de l'antisémitisme au Canada. Des témoins ont été invités, dont le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Jason Kenney. Le Bloc québécois, déplorant le fait que la plupart provenaient du même horizon et partageaient le même point de vue, a proposé d'entendre deux groupes différents.

    «On trouvait que la liste des témoins proposée présentait un seul côté de la médaille, explique le whip du Bloc québécois, Michel Guimond. On voulait que ce soit beaucoup plus modéré.» Il a demandé à entendre la Fédération canado-arabe, qui avait soumis un mémoire et demandé une audience, ainsi que le groupe Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient. Le comité, présidé par le conservateur Scott Reid, n'a pas donné suite à cette requête.

    Michel Guimond assure que le retrait des bloquistes doit être compris comme un «désaveu». Le parti veut prendre ses distances alors que la coalition préparera sous peu son rapport. «On considère que la coalition est teintée, partisane et présente un seul côté de la médaille. Nous, on désirait une approche beaucoup plus modérée, plus consensuelle et toujours dans l'optique de trouver la paix.»

    On se rappellera qu'Ottawa a coupé les vivres à la Fédération canado-arabe l'an dernier, après que celle-ci eut traité le ministre Kenney de «pute professionnelle» pour son appui indéfectible à l'État d'Israël.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.