Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Que reste-t-il des Caraïbes?

    Où peut-on aller sans craindre de trébucher sur le tronc d’un palmier arraché sur une plage du bassin caribéen? Tour du jardin, fût-il déraciné.

    11 novembre 2017 | Gary Lawrence - Collaborateur | Voyage
    Une des splendides plages de l’archipel de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, une destination qui n’a pas été touchée par les ouragans cet automne.
    Photo: Gary Lawrence Une des splendides plages de l’archipel de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, une destination qui n’a pas été touchée par les ouragans cet automne.

    De mémoire d’homme du voyage, Sam Char n’a jamais vu ça en 30 ans de carrière : trois ouragans à la queue leu leu, dans un très court laps de temps, et pas que des petits. « C’est surtout la violence et la durée d’Irma et de Maria qui ont fait toute la différence cette année », explique le directeur général pour le Québec du Groupe Sunwing, l’un des plus gros joueurs de l’industrie canadienne du voyage.

     

    Tellement forts, ces ouragans, qu’ils ont fait oublier Franklin, Gert et surtout leur grand frère Harvey, bien que ce dernier ait littéralement noyé une partie du Texas et de la Louisiane sous 27 billions de gallons de pluie.

     

    Tellement forts qu’on en a presque oublié la dévastatrice saison 2005, celle-là même où l’irascible Katrina avait fait sauter les digues de La Nouvelle-Orléans.

    Photo: Gary Lawrence L’île d’Aruba est plus connue pour la vélocité de ses vents que pour la férocité des ouragans: située à 25 km des côtes vénézuéliennes, elle figure sous la trajectoire habituelle des mégatempêtes.
     

    Tellement forts, en fait, que les voyagistes québécois ont dû abandonner une destination — Saint-Martin — pour toute une saison. « Ça aussi, c’est du jamais vu pour moi, tout comme le nombre incroyable de vols de rapatriement », explique Debbie Cabana, directrice du marketing de Transat Tours Canada.

     

    Tout aussi fortes furent les images de dévastation relayées à écran que veux-tu sur les réseaux sociaux. De telle sorte qu’alors que le froid s’installe petit à petit au Québec, bien des vacanciers demeurent plutôt frileux quant à leurs intentions de pérégriner vers le Sud.

     

    Retour progressif à la normale

     

    Pourtant, la saison des vacances fait graduellement son nid. « Au moment où on se parle, la situation est déjà revenue à la normale chez nous hormis pour Saint-Martin, que nous offrirons de nouveau en mai 2018 », dit Sam Char.

     

    Chez Vacances Air Canada, c’est presque le même constat. « Nous avons cependant suspendu les vols vers Porto Rico, qui étaient destinés à 97 % au marché des croisières, et à Cuba, nous avons repoussé à Noël le début de la saison à Cayo Santa Maria et à Cayo Coco », explique Guy Marchand, chef de service principal des ventes de ce voyagiste.

     

    Pour sa première saison à Porto Rico, Transat prévoit cependant de reprendre ses vols — essentiellement pour des croisières, ici aussi —, mais à compter du 18 février. À cet égard, les départs des navires de la plupart des voyagistes ont peu ou prou changé puisque plusieurs ports d’attache ont été peu affectés.

    Photo: Gary Lawrence L’architecture de la capitale d’Aruba, Oranjestad, trahit les origines néerlandaises de la ville et de l’île où elle est située.
     

    En fait, seuls certains itinéraires ont été redessinés, surtout dans la partie est des Caraïbes, plus touchée. Outre Porto Rico, des escales à Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Tortola (îles Vierges britanniques), St. Thomas et St. John (îles Vierges américaines) ainsi qu’aux îles Turks et Caïcos ont ainsi été supprimées ou retardées. Quant aux hôtels et aux complexes de villégiature, certains se sont vite remis des vents violents, d’autres travaillent encore à réparer les dégâts.

     

    Toujours aux îles Turks et Caïcos, le Beaches rouvrira ainsi en décembre et le Club Med, à la fin de janvier, tous deux ayant subi les assauts d’Irma et de Maria. Dans le pourtour des Caraïbes, en Floride, les Keys ont elles aussi été touchées par Irma, et certaines parties de l’ouest de ces confettis d’îles sont encore lourdement affectées. Néanmoins, même si des établissements demeureront fermés jusqu’au printemps, 90 % des hôtels ont rouvert leurs portes à ce jour.

     

    Pas que des désavantages

     

    Cela dit, la situation est moins pire qu’il n’y paraît. « En 2005, lors du passage de Katrina et des autres ouragans, nous étions moins organisés et nous disposions d’une moins bonne structure de communication. Cette année, nous avons suivi l’évolution de la situation en direct et les hôteliers ont eu plus de temps pour se préparer, ce qui a minimisé les bris », poursuit Guy Marchand.

     

    À quelque chose malheur est même bon car, à Cuba, on a profité des récents « nettoyages climatiques » pour rénover plusieurs hôtels (voir, dans Le Devoir du 4 novembre, le texte « Cuba après Irma »). Mieux : si les ouragans peuvent emporter avec eux des tombereaux de sable loin des plages, ils peuvent aussi en extirper des tonnes du fond des océans et les rejeter hors des eaux. « À Cuba, c’est ce qui est arrivé dans les cayos, où certaines plages sont plus belles que jamais : il y en a qui se sont même élargies de huit mètres de nouveau sable ! » assure Debbie Cabana, qui s’est rendue sur place.

     

    Peu de rabais à l’horizon 2018

     

    Contrairement à ce qu’on serait porté à penser, et en dépit des hôtels affectés ou de l’offre amoindrie de certaines destinations, il ne devrait pas y avoir pénurie de vols ou de chambres au cours de l’hiver qui s’annonce. « Chez nous, la capacité sera la même : nous sommes déjà de retour à Cuba et les gens reprennent confiance et recommencent à réserver, surtout pour les Fêtes et au-delà, lorsque les risques d’ouragan seront évacués », indique Debbie Cabana.

     

    En revanche, plus on avancera dans la saison, moins il y aura de chances d’obtenir des rabais de dernière minute, assure-t-on chez Vacances Air Canada et chez Sunwing. D’autant plus qu’aux Nord-Américains s’ajoute désormais une clientèle qui fréquentait les Caraïbes davantage l’été autrefois.

    Photo: Gary Lawrence Dans la plupart des destinations sud offertes par les voyagistes québécois, le retour à la normale prévalait au début de novembre.
     

    « Depuis trois ans, à cause de la menace terroriste en Europe, un nombre croissant d’Européens mettent le cap sur les Caraïbes pour leurs vacances d’hiver. Et puisque leurs vols sont plus longs, ils demeurent plus longtemps (jusqu’à 14 jours) et monopolisent souvent les meilleures chambres », constate Sam Char. Bref, pour ne pas se retrouver le bec à l’eau ou avec des miettes hôtelières, mieux vaut ne pas attendre trop longtemps pour réserver, assurent les voyagistes à l’unisson.

     

    Qu’en est-il de l’avenir ?

     

    Peut-on imaginer qu’avec des ouragans qui tendent à devenir plus puissants d’année en année les voyagistes vont envisager d’autres destinations, jugées moins « à risque » parce que situées en deçà de la trajectoire habituelle de ces tempêtes monstrueuses ? Il semble que non. « Le triangle Cuba-République dominicaine-Mexique demeure gagnant pour les prix et la proximité du marché québécois. Les gens sont habitués d’y aller depuis 30-40 ans, les tarifs sont plus abordables et la capacité hôtelière plus importante », résume Sam Char.

     

    Il ne reste plus qu’à espérer que la saison des ouragans, qui se termine vers la fin du mois de novembre, n’apportera pas d’autres mauvaises surprises. Des surprises auxquelles on a déjà trouvé des prénoms (Rina, Sean, Tammy, Vince et Whitney) qu’on souhaite ne pas avoir à prononcer sous peu…

    Où les ouragans ont frappé

    Les destinations très touchées : Anguilla, Barbuda, Dominique, îles Vierges britanniques, îles Vierges américaines, Porto Rico, Saint-Barthélémy, Saint-Martin/Sint Maarten, St. Croix, St. John, St. Thomas.

     

    Les destinations moyennement touchées : Antigua, Bahamas, Cuba, Floride, Mexique, République dominicaine, Guadeloupe, St. Kitts Nevis, Turks et Caïcos.

     

    Les destinations non touchées : Aruba, Barbade, Bonaire, îles Caïmans, Curaçao, Grenade, Haïti, Jamaïque, Martinique, Montserrat, Saba, Saint-Eustache, Sainte-Lucie, Saint-Vincent et les Grenadines, Trinité-et-Tobago, Yucatán (Mexique).


    Pour aller plus loin

    L’hebdomadaire du voyage Travel Weekly dresse un état des lieux très détaillé et à jour de chaque destination de la zone caribéenne et de son pourtour. travelweekly.com

     

    Caribbean Tourism Organization : onecaribbean.org

     

    Cruise Line International Association : cruising.org













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.