Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Agrotourisme à vélo

    Randonnées d’automne

    Pourquoi ne pas combiner sport et autocueillette ?

    10 octobre 2015 | Takwa Souissi - Collaboratrice | Voyage
    Photo: Tourisme Québec / Jean-François Bergeron Enviro Foto
    Nous sommes en pleine saison des pommes, une occasion de profiter du plein air, de bons produits et des derniers rayons de l’été. Et pourquoi ne pas combiner sport et autocueillette ? De nombreux circuits de vélo sont offerts au Québec pour répondre à la demande. Tour de piste.
     

    Économique, pratique, adapté aux adultes et aux enfants, le vélo comme sport, loisir ou moyen de transport est assurément populaire auprès des Québécois. Les occasions de le pratiquer se multiplient année après année, comme en témoignent les résultats du rapport L’état du vélo au Québec produit par Vélo Québec tous les cinq ans.

     

    Ainsi, on constate que le nombre de personnes utilisant la bicyclette pour se déplacer a doublé entre 2000 et 2010. En fait, on ne dénombrait pas moins de quatre millions de cyclistes au Québec en 2010.

     

    Le grand passionné de cyclisme, Jean-Pierre Huot, l’homme derrière le site ADN du vélo, confirme aisément la tendance à la hausse. « Cette année, nous avons recensé plus de 175 événements à vélo à dans la province. L’an dernier, on parlait seulement d’une centaine », affirme-t-il.

     

    Quant à l’autocueillette, elle demeure une activité incontournable de l’automne avec plusieurs dizaines de producteurs qui sortent leurs échelles pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

     

    Peu de données

     

    Mais si la popularité de l’autocueillette et du vélo n’est plus à prouver, peu de données existent sur le fait de combiner les deux, dit-on du côté de Vélo Québec et du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

     

    « Difficile de dire combien de personnes utilisent notre parcours pour faire de l’autocueillette à vélo. Les gens le font souvent naturellement », confirme Maude Leduc, conseillère en communication chez Tourisme Suroît. La région située dans le Haut-Saint-Laurent regroupe quelque 20 vergers accessibles à vélo à travers des parcours en terrains plats ou en collines.

     

    « Il y a les vergers, mais aussi des vignobles, des cidreries et des restaurants du terroir qui permettent de faire une journée complète, ajoute-t-elle. On remarque que le vélo est hyperpopulaire, tant chez les familles que chez les cyclistes adultes aguerris. Nous avons donc plusieurs parcours qui peuvent être adaptés aux besoins et aux différents niveaux de difficulté. » Par ailleurs, les entreprises d’agrotourisme sont de plus en plus habituées à recevoir des cyclistes et adaptent souvent leurs lieux en conséquence.

     

    Joindre l’agréable… à l’agréable

     

    Les avantages de combiner agrotourisme et vélo sont nombreux. En plus de bénéficier d’une température clémente, on peut admirer une multitude de paysages et goûter à une variété de produits d’ici.

     

    C’est peut-être, d’ailleurs, le principal attrait d’une telle activité. « En une randonnée, on peut passer des pommes du Québec aux oeufs d’autruche, puis aux citrouilles et à la viande biologique », illustre Sabrina Thibault-Legault, de Tourisme Basses-Laurentides, faisant référence au circuit Vélo-Popote. D’Oka à Saint-Eustache, ce parcours de 46 kilomètres propose plus de 10 arrêts gourmands.

     

    « Juste cette année, deux nouvelles pistes ont été créées pour répondre à la demande. De manière générale, le circuit est composé à moitié de pistes cyclables et à moitié de chemins de rangs », explique-t-elle. Si le parcours est ouvert à l’année, c’est sans surprise que les saisons estivale et automnale restent de loin les plus populaires.

     

    Quelques suggestions de circuits à proximité de Montréal et Québec

     

    Certains trajets ont été créés spécifiquement pour l’agrotourisme à vélo, d’autres se découvrent un peu au hasard. Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas une bouteille d’eau et un sac pratique pour transporter des victuailles !

     

    Parc national du Mont-Saint-Bruno

     

    Situé à 25 kilomètres de Montréal, ce parc national permet de combiner cueillette et petite randonnée à vélo.

     

    Avec ses pistes cyclables et ses quelque 10 kilomètres de trajet, c’est une option idéale pour les familles avec enfants. Neuf variétés de pommes sont dans les vergers, dont les populaires McIntosh et Honeycrisp.

     

    Parcours du Moulin

     

    À l’ouest de l’île de Montréal, ce trajet de près de 30 kilomètres adapté aux familles, qui part de la ville de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, suit la ceinture de l’île et offre une belle vue sur l’eau.

     

    En chemin, on longe notamment les vergers Quinn et Labonté qui offrent courges, citrouilles, pommes et activités pour les plus jeunes. Pistes cyclables asphaltées et possibilité de stationnement à plusieurs endroits, afin d’adapter le nombre de kilomètres selon la capacité des enfants.

     

    Le circuit du paysan

     

    Situé dans la vallée du Haut-Saint-Laurent, ce parcours de 194 kilomètres se fait à vélo et combine autocueillette de petits fruits, vergers, vignobles, fromageries, etc.

     

    La vallée de Châteauguay

     

    De niveau intermédiaire, ce parcours de 177 kilomètres à une heure de Montréal, dans la région du Haut-Saint-Laurent, s’adresse plus aux adultes. Entre chemins plats et en collines, une vingtaine de vergers permettent d’y cueillir une grande variété de fruits.

     

    Vélo-Popote

     

    Ce circuit de vélo des Basses-Laurentides a été pensé pour faire le tour de plusieurs vergers et arrêts gourmands répartis sur 46 kilomètres. Les produits du terroir sont à l’honneur et, en fin de parcours, des recettes sont proposées pour cuisiner le tout !

     

    Autour de l’île d’Orléans

     

    Du côté de Québec, pédaler à l’île d’Orléans permet de passer par des vergers, des fermes et des cidreries où l’autocueillette est à l’honneur. Comme le circuit se fait principalement sur l’accotement de la route, il est plus approprié pour les adultes et les cyclistes avertis.

     

    La Côte-de-Beaupré

     

    Près de Québec, sur la Côte-de-Beaupré, le parcours à vélo passe par le vignoble du Domaine de l’Ange-Gardien et la ferme Arthur Cauchon, où il est possible de faire de l’autocueillette de pommes. Le verger de la ferme offre une vue imprenable sur le fleuve Saint-Laurent.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.