Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Tourisme France - Chambres à part en Provence

    2 mars 2013 |Carolyne Parent | Voyage
    Le repas est servi à la maison d’hôtes Les Remparts, située dans une commune mondialement connue pour son muscat et labellisée « Site remarquable du goût ».
    Photo: Carolyne Parent Le repas est servi à la maison d’hôtes Les Remparts, située dans une commune mondialement connue pour son muscat et labellisée « Site remarquable du goût ».
    Renseignements: provenceguide.com, tourismegard.com

    À lire, le 20 avril prochain: «Autour du vin en Provence», un parcours œnotouristique dans ces mêmes coins de pays.
    Un ancien moulin à l’huile, une ex-magnanerie, des domaines viticoles centenaires, des remparts médiévaux… Réinventés en maisons d’hôtes, ces lieux colorent nos séjours provençaux d’une touche de terroir mémorable. Par ici, la visite !
     
    Provence — Voir Beaumes-de-Venise et dormir dans une banale chambrette ? Mais ce serait bien trop triste, même au temps des amours vives ! Car, on aura beau dire, une chambre n’est pas qu’un endroit où après-tout-on-ne-fait-que-dormir. Logement et destination contribuent pareillement à nos souvenirs de vacances. On pourrait même avancer que, plus cette dernière a du panache, plus notre chez-soi provisoire a intérêt à en être à la hauteur…
     
    Dans le sud de la France, en Vaucluse et en Gard provençal, nous avons repéré cinq maisons d’hôtes pas ordinaires. Elles ont chacune leur histoire, chacune leur style, et à défaut de pouvoir s’y installer à demeure, quels beaux souvenirs on s’y fabrique !
     
    Remparts et Dentelles

    Or, donc, nous voilà à Beau­mes-de-Venise, superbe village du Comtat venaissin (d’où cette Venise tire son nom), et pas question de poser nos pénates n’importe où. Faisons preuve de goût en cette commune mondialement connue pour son muscat et conséquemment labellisée « Site remarquable du goût » : logeons à la maison d’hôtes Les Remparts.
     
    Faisant corps avec les anciennes fortifications du bourg, cette demeure a un cachet unique. Épais murs de pierre à la mode médiévale, espaces communs lumineux, cinq chambres et suites aménagées selon des thèmes originaux (coton, brume, ivoire…) : cette propriété du Parisien Jérôme Thuillier a du « oumph » !
     
    Côté cour glougloute une jolie piscine à débordement. Côté remparts, l’ancien chemin de ronde est aujourd’hui un balcon duquel on a vue sur le mont Ventoux et la formidable forteresse de calcaire que sont les Dentelles de Montmirail. 
     
    Et à deux pas de la maison, une venelle nous invite à une promenade intra muros vers l’église, la grand-place et les bistrots du village.
     
    À faire dans les parages : déguster des muscats à la cave locale Balma Vénitia ; au départ de Lafare (4 km), faire une randonnée dans les Dentelles ; et visiter l’ancienne capitale du Comtat venaissin, Carpentras (10 km).
     
    La Bastide de Brurangère: le grand chic à l’ombre du Ventoux

    Une restauration qui respecte le cachet des bâtiments du XIXe siècle. Un aménagement élégant aux accents vieille Provence. Un rêve réalisé pour Catherine et Jean-Michel Gastaldi, tous deux Savoyards. Elle est décoratrice d’intérieur et fille d’hôteliers ; il est entrepreneur en menuiserie. 
     
    De l’alliance de leurs compétences respectives est née, en 2011, après un an de travaux, cette maison d’hôtes labellisée « 5 Clés », la notation nec plus ultra du réseau français de location Clévacances.
     
    La vaste propriété, qui tire son nom de la contraction de Bruce et Bérangère, les prénoms des enfants du couple, est située au beau milieu d’un vignoble, à Mazan. 
    Idyllique ! Outre ses cinq chambres et suites, elle compte un salon et une salle à manger où l’on a envie de s’éterniser, une courette ombragée où l’on sirote le rosé du domaine, et deux piscines en enfilade.
     
    « C’est une bastide de cœur parce que j’aime recevoir, explique Mme Gastaldi. Je me dis que, si les gens font la démarche de venir ici, je dois faire en sorte qu’ils passent un bon moment. » Et cela inclut d’acheter des croissants au boulanger du village tous les matins plutôt que d’enfourner les imitations du supermarché.
     
    À faire dans les parages : rendre visite aux vignerons du Ventoux et pousser jusqu’à Avignon (35 km). Aussi, dîner au château de Mazan, une ancienne résidence du marquis de Sade. Dans une salle qui aurait servi de théâtre au coquin, le restaurant gastronomique L’Ingénue propose des menus thématiques « décadents ». Du foie gras de l’amuse-bouche à la glace en trompe-l’œil ? On en redemande !
     
    Le Moulin des sources: toute la beauté du Lubéron

    La route serpente jusqu’au hameau Les Gros, où de hauts murs en pierres sèches, typiques de la région, protègent l’intimité des maisonnées. Derrière un portail qui ne laisse rien deviner de l’éden qui nous attend, Geneviève et Gérard Langenstein nous accueillent dans leur chez-soi.
     
    Attiré par la douceur de vivre provençale, le couple lyonnais a acheté il y a six ans ce moulin à l’huile datant de 1658. Il venait d’être restauré et n’avait jamais encore été habité. « À la bonne heure ! », se sont dit les acquéreurs, ignorant qu’une maison qui n’a pas « vécu » peut comporter, surprise !, des défauts. Quelques travaux plus tard, elle n’en réserve plus que de bonnes à ceux qui y séjournent. « La cuisine abrite toujours l’ancien four à pain du hameau où tout le monde se rassemblait autrefois, dit M. Langenstein. Et Pagnol n’est pas loin : dans la cave, il y a une source ! »
     
    Mobilier d’époque, touches contemporaines, frais couvre-lits de boutis à la mode provençale : chambres et suites sont ravissantes. Dans le jardin planté d’oliviers, on fait trempette dans la piscine, bercé par le chant des cigales. Sous la tonnelle, on grignote le butin — fromage, melon de Cavaillon et autres produits du terroir — qu’on a rapporté des marchés environnants. Des moments de bonheur qu’on a envie de consigner dans des lettres de ce moulin.
     
    *À faire dans les parages : découvrir quelques-uns des « Plus beaux villages de France » tels que Gordes, haut perché (6 km) ; le Ménerbes post-Peter Mayle (6 km) ; Roussillon et le parcours féerique de ses anciennes carrières d’ocre (16 km). Le dimanche, à L’Isle-sur-la-Sorgue (15 km), pour le marché provençal et celui de la brocante.
     
    Le Domaine des clos: au calme, en couple ou en famille

    Une fois le Rhône traversé à hauteur de Tarascon, nous voilà en Languedoc-Roussillon, plus précisément dans le Gard et dans cette portion du département dont l’identité est davantage provençale que languedocienne.
     
    Comme un Anglais ne l’a pas vanté en dix volumes, ce Gard provençal est moins fréquenté que son voisin d’outre-fleuve. Sa ruralité est aussi plus rugueuse, ses paysages, plus « libres ». Magog vs Dunham, mettons !
     
    Aux abords de Beaucaire, le Domaine des clos est cerné de vergers. « Il a connu son heure de gloire au début du XXe siècle : on y exploitait alors 200 hectares de vigne, explique le maître des lieux, le Nîmois David Ausset. Plusieurs familles logeaient sur place. Un palefrenier vivait au-dessus des écuries, aujourd’hui réaménagées en salle à manger. Il y avait aussi un forgeron et nous avons préservé sa forge. Et là, devant, c’est un pigeonnier du XVIIIe siècle. »
     
    Aujourd’hui, ce mas magnifique abrite des chambres et des suites, ainsi que de beaux appartements destinés aux familles. Sur la terrasse, au petit-déjeuner, on se régale de la confiture courgette-citron de notre hôtesse, Sandrine Ausset. Au retour d’excursions, on s’allonge sous un arbre du vaste jardin pour relire Frédéric Mistral, ou on se détend dans la piscine avec vue sur une oliveraie. Sainte paix champêtre.
     
    *À faire dans les parages : découvrir Beaucaire, le pont du Gard (20 km), Nîmes et ses arènes romaines (25 km), Uzès et son marché de la Place aux Herbes (34 km). Il faut aussi aller à Bellegarde (13 km) pour déguster la clairette élaborée au vignoble Terre des Chardons
     
    La Magnanerie: salut les copains!

    À Bagard, ce mas en pierre du XVIIIe  siècle est la maison de campagne dont nous rêvons tous : chaleureuse et sans chichi. Elle a conservé un rien de rusticité liée à son ancienne vocation : l’élevage des vers à soie, dont les précieux fils ont fait un temps la fortune de la région comme des soyeux de Lyon. Elle est surtout empreinte de la personnalité de ses propriétaires, deux joyeux lurons : le Nîmois Estebán Diaz et le Cévenol Marc Castejon.
     
    Le ton de l’accueil est donné sur la terrasse avec le partage d’un kir châtaigne, un apéro du cru. Le tour du proprio nous fait ensuite découvrir le jardin, la piscine et la salle de massage, le fief d’Estebán, massothérapeute à votre service. Puis, suivra un dîner méditerranéen préparé par nos hôtes qui, visiblement, s’éclatent en cuisine ! Les plats, joliment présentés, font la part belle aux denrées locales. Le vin coule à flot bien après que la dernière bouchée de pélardon, un fromage des Cévennes, eut été avalée. La conversation est brillante. Bref, on ne se sentirait pas mieux chez des amis !
     
    *À faire dans les parages : se balader à Anduze (7 km), un village éblouissant qui compte Jean Dujardin parmi ses estivants ; visiter l’atelier de poterie Les Enfants de Boisset et emprunter le train à vapeur des Cévennes. Visiter la Bambouseraie, un parc réputé pour son land art, à Générargues (10 km). À la cave de Tornac (12 km), goûter à la cartagène, un vin de liqueur que chaque famille prépare ici depuis toujours, selon sa propre recette. Envie de mer ? Cap sur la plage de l’Espiguette et ses dunes (80 km) : c’est le Cape Cod du Gard.

     
    Collaboratrice
     
    Carolyne Parent était l’invitée de l’Agence départementale du tourisme de Vaucluse, du Comité départemental du Gard et d’Air Transat.
    Le repas est servi à la maison d’hôtes Les Remparts, située dans une commune mondialement connue pour son muscat et labellisée « Site remarquable du goût ». La Bastide de Brurangère, à Mazan Les Remparts (la suite Terre safran), à Beaumes-de-Venise Quelques bouteilles à la Bastide de Brurangè?re, une maison d’hôtes labellisée « 5 Clés », la notation nec plus ultra du réseau français de location Clévacances. <div>
	Délices maison au Domaine des Clos.</div>
La Magnanerie, à Bagard Le Domaine des Clos, à? Beaucaire <div>
	Le Moulin des sources, au hameau Les Gros. </div>












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.