Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Banc-de-pêche-de-Paspébiac- Au coeur de l'empire morutier

    18 août 2007 |Claude Morin | Voyage
    Barques, goélettes, voiliers, bricks et brigantins étaient construits dans la charpenterie du Banc-de-Pêche-de-Paspébiac, maison mère de l'empire Robin et Le Boutillier Brothers.
    Photo: Barques, goélettes, voiliers, bricks et brigantins étaient construits dans la charpenterie du Banc-de-Pêche-de-Paspébiac, maison mère de l'empire Robin et Le Boutillier Brothers.
    Un grand pan de l'histoire de la Gaspésie passe par Paspébiac, surtout si le visiteur souhaite en savoir un peu plus sur cette grande région aux dimensions territoriales identiques à celles de la Belgique.

    Sur le barachois de Paspébiac, au coeur de la Baie-des-Chaleurs, le site historique du Banc-de-Pêche présente huit bâtiments, réaménagés et animés, qui racontent l'histoire de la pêche commerciale à la morue. De 1766 jusqu'au début du XXe siècle, deux entreprises anglo-normandes, la Charles Robin Company et la Le Boutillier Brothers, ont fait de Paspébiac la capitale gaspésienne du commerce morutier ou, plus précisément, de la morue salée-séchée. Les goélettes de ces deux entreprises sillonnent les côtes de la Baie-des-Chaleurs et de la Côte-Nord pour recueillir la morue. En ces temps de générosité des eaux du golfe Saint-Laurent, la morue séchée et salée est mise en tonneaux aux fins d'exportation vers les ports de la Méditerranée, de la péninsule ibérique, du Brésil ou des Antilles. À leur retour, les grands voiliers des Robin ou des Le Boutillier Brothers ramènent des produits de première nécessité en provenance d'Espagne, du Portugal, d'Italie ou d'Angleterre.

    Le journal L'Écho du golfe du 29 octobre 1885 décrit ainsi Paspébiac: «C'est une véritable ville où tous les métiers sont exercés avec beaucoup d'intelligence et de perfection. Vous y rencontrerez des constructeurs de navires, des forgerons, des menuisiers, des cordonniers, une foule de tailleurs [...] de morue...» Le Banc-de-Pêche-de-Paspébiac représente avec justesse l'ampleur de l'empire de ces deux sociétés jersiaises, spécialistes du commerce international et leur importance pour le peuplement et le développement économique de toute la péninsule gaspésienne. Classé comme site historique par le gouvernement du Québec en 1981 et par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada en 2003, le Banc-de-Pêche-de-Paspébiac symbolise une grande époque de la pêche côtière, mais aussi les sérieuses contraintes subies par les familles de pêcheurs soumises à une dépendance totale envers les empires Robin et Le Boutillier. «[...] Ce site rappelle l'importance du contrôle des pêcheries gaspésiennes exercé par les marchands anglo-normands à partir de 1766. Dès lors et pendant plus de 150 ans, le dur labeur des travailleurs de la mer fut régi par les pratiques commerciales contraignantes des compagnies morutières qui marquèrent la société et l'économie de la région.» En fait, pêcheurs et ouvriers étaient sous-payés en produits de première nécessité de façon à demeurer sous l'emprise perpétuelle des deux sociétés marchandes. Les principaux bâtiments aménagés aux fins touristiques sont: le cook-room, le hangar Le Boutillier, l'office, l'entrepôt Le Boutillier, la charpenterie, la forge, la tonnellerie et le complexe, où l'on retrouve aujourd'hui une salle de spectacle. Des guides-démonstrateurs animent le site du mois de juin jusqu'à la fin septembre.

    - Renseignements utiles:

    Site historique du Banc-de-Pêche-de-Paspébiac, 3e Rue, Paspébiac (Québec) www.shbp.ca, tél: 418 752-6229

    Collaborateur du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.