Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Trois des cinq meilleurs restos au pays se trouvent à Montréal

    1 mars 2017 |Magdaline Boutros - La Presse canadienne | Restaurants
    Après avoir été élu meilleur restaurant canadien en 2016, Le Toqué du chef Normand Laprise glisse en deuxième position du palmarès de 2017.
    Photo: François Pesant Archives Le Devoir Après avoir été élu meilleur restaurant canadien en 2016, Le Toqué du chef Normand Laprise glisse en deuxième position du palmarès de 2017.

    Trois des cinq meilleurs restaurants canadiens se trouvent à Montréal, selon le nouveau classement du magazine Canada’s 100 Best Restaurants.

     

    Après avoir été sacré meilleur restaurant canadien en 2015 et 2016, le Toqué ! glisse en deuxième position dans le palmarès 2017.

     

    Le chef Normand Laprise a été détrôné par la sensation de l’heure, Patrick Kriss du restaurant Alo à Toronto, qui a été formé en France et à New York par le légendaire chef Daniel Boulud. Le Alo — un restaurant de cuisine française qui offre un seul menu dégustation par soir — connaît un succès vertigineux depuis son ouverture en 2015.

     

    « Ça ne veut pas dire qu’on est moins bon, tempère d’entrée de jeu Normand Laprise, joint par La Presse canadienne à son retour de Toronto, où se déroulait mardi soir la cérémonie de divulgation du classement. Ça veut juste dire que la gastronomie au Canada s’améliore de plus en plus, on a d’excellents chefs de la côte Est à la côte Ouest. »

     

    Le chef-propriétaire du Toqué !, qui sert une cuisine du marché inspirée des produits du terroir, se dit d’ailleurs « très content d’être encore là », parmi les plus grands.

     

    « On va travailler avec encore plus de rigueur et plus de constance dans la prochaine année, assure-t-il. Mais ce ne sera pas pour être les premiers, le plus important ce sont les gens qui viennent manger ici, d’en prendre soin, de bien les servir et de bien les nourrir. »

     

    La troisième position revient aux chefs David McMillan et Fred Morin du restaurant Joe Beef de Montréal, qui gagne une place depuis l’an dernier, avec ses classiques revisités.

     

    Son petit frère, le restaurant Le Vin papillon du chef Marc-Olivier Frappier — qui propose une cuisine principalement végétarienne et des vins nature —, se hisse au quatrième rang après avoir occupé la cinquième position en 2016.

     

    Le restaurant Edulis de Toronto, des chefs Tobey Nemeth et Michael Caballo, complète le top-5.

     

    Joint à Toronto où il a lui aussi assisté au dévoilement du palmarès, David McMillan, copropriétaire du Joe Beef, du Vin papillon et de la Liverpool House, se réjouit de voir ses trois restaurants classés parmi les 25 meilleures tables du Canada.

     

    Un succès qui est le couronnement d’un travail d’équipe, rappelle-t-il. Bien que cette prestigieuse liste soit dressée par un panel de 82 juges qui sillonnent le Canada à la recherche des meilleures tables, David McMillan est bien conscient qu’un « jeu de popularité » s’immisce dans le processus de sélection.

     

    « Il y a des jeunes qui pourraient se retrouver dans le top-10 ou 20 parce qu’ils sont de très bons travailleurs, mais ils ne sont peut-être pas aussi populaires, aussi connus ou ils ne travaillent peut-être pas les médias sociaux assez fort », croit-il.

     

    Au-delà du rang occupé, cette liste est avant tout « une belle collection de ceux qui foncent et qui travaillent fort », estime-t-il. Du dur labeur, de la passion et de l’originalité permettent de se démarquer.

     

    « On va au marché et on regarde des choux-fleurs [toute l’équipe] ensemble et on pense à ce qu’on peut amener de nouveau à ce chou-fleur quand tout a était fait depuis que les choux-fleurs existent », illustre le chef du Joe Beef.

     

    Une place de choix pour les tables québécoises

     

    Plus du quart des restaurants cités dans le top-100 sont des tables québécoises, se réjouit-il. « Il ne faut pas juste applaudir les chefs, mais surtout le public », croit David McMillan, parlant d’une clientèle hyper stimulante.

     

    « La clientèle québécoise est la clientèle la plus sophistiquée — et de loin — en Amérique du Nord. C’est sûr qu’il y a d’autres villes avec plus d’argent, plus de luxe, plus de marbre, plus de pieds carrés et de gens friqués, mais le Québécois comme client boit du vin nature, mange du foie d’agneau, mange du ris de veau, du lapin, du canard, du fromage au lait cru, aime la bière artisanale, le cidre, fait du gastro-tourisme, est fier de ses produits. »

     

    D’autres chefs québécois ont d’ailleurs été récompensés, mardi soir à Toronto, par le magazine Canada’s 100 Best Restaurants.

     

    Le titre de meilleure chef pâtissière au Canada a été décerné à Claude Guérin de la Maison Boulud, le restaurant de l’hôtel Ritz-Carlton de Montréal, tandis que les chefs Charles-Antoine Crête et Cheryl Johnson, du Montréal Plaza, ont été couronnés « chefs les plus créatifs » de tout le pays. Le Montréal Plaza a d’ailleurs été classé 11e meilleure table du Canada.

     

    Parmi les autres prix décernés, le Kissa Tanto du chef Joel Watanabe, à Vancouver, a été sacré meilleur nouveau restaurant. Et le titre de meilleur chef « de la ferme à la table » a été octroyé à Jason Bangerter du Langdon Hall, de Cambridge en Ontario.

     

    Le chef torontois Susur Lee des restaurants Luckee, Lee et Lee Kitchen a reçu un prix pour l’excellence de l’ensemble de sa carrière.


    Les 10 meilleurs restaurants au Canada en 2017
    1. Alo, Toronto
    2. Toqué!, Montréal
    3. Joe Beef, Montréal
    4. Le Vin papillon, Montréal
    5. Edulis, Toronto
    6. Hawksworth, Vancouver
    7. Buca Osteria Bar, Toronto
    8. Canoe, Toronto
    9. Dandylion, Toronto
    10. Pigeonhole, Calgary












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.