Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Bonne et douce Italie de Saint-Lambert

    27 novembre 2009 |Philippe Mollé | Restaurants
    Le Primi Piatti a un décor moderne et ses petites salles peuvent accommoder de petits groupes.
    Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Le Primi Piatti a un décor moderne et ses petites salles peuvent accommoder de petits groupes.
    • Restaurant Primi Piatti
    • 45, rue Green, Saint-Lambert, 450 671-0080.
    • Prix payé pour deux personnes le soir avec une bouteille de vin, avec taxes mais sans le service: 165,95 $.
    • Plus: une ambiance charmante et une excellente cuisine.
    • Moins: des petits détails comme le beurre et les crémettes; sans cette réserve, ce serait un sans-faute.
    Oui, je l'avoue, depuis quelques semaines j'ai un faible pour l'Italie, qui me comble à merveille. Un pur hasard de rencontre à Saint-Lambert m'a fait découvrir le charme discret d'un bon restaurant italien, le Primi Piatti. Rares sont les restaurants ouverts le dimanche soir, et plus rares encore les bons restaurants ouverts ce même soir.

    Un décor moderne, de petites salles pouvant accommoder de petits groupes et un menu qui surprend le convive juste à sa lecture. Un mélange éclectique de spécialités italiennes toutes confondues, et parfois, au détour, on ne comprend pas trop pourquoi, un sashimi de thon à la japonaise. D'emblée, les serveurs présentent les à-côtés du soir ou, si vous préférez, les plats recommandés par le chef. Côte de veau de lait, pieuvre grillée, agneau. Sur la carte, une table d'hôte qui oscille entre 30 $ et 40 $. Il n'en demeure pas moins, comme le précise le garçon de table, que les prix sont élevés surtout pour les vins, où le multiplicateur de 2 s'applique sur les prix de la SAQ. Résultat, les vins commencent à 40 $ et finissent, pour les plus grands, au sommet de l'Everest. Ici, c'est du haut de gamme, précise le serveur. Dommage que le haut de gamme ne s'applique pas aux coupelles de beurre et aux crémettes servies avec le café.

    Passons sur ces détails, car les nappes sont repassées, le pain est de bonne qualité, tout comme la vaisselle et la verrerie. Mon vieil ami fêtait l'âge du repos mérité et, pour l'occasion, nous avons décidé de partager nos plats. En entrée, calmars et pieuvre grillée; et pour compléter, une escalope de veau milanaise que l'on sert ici avec de petites tomates et du mozarella de bufflonne, le tout accompagné d'un risotto avec cipollini et proscuitto.

    De plus, on propose un choix de garniture, de pâtes ou de légumes, et il est possible de faire des combinaisons. Oui, je sais, je ne fais pas preuve de beaucoup d'imagination quand je vais dans les restaurants grecs ou italiens: la pieuvre grillée et les calamars font souvent partie du menu que je choisis. Cela me permet néanmoins d'établir un classement des meilleurs restos pour la pieuvre grillée et les calamars. Ici, on sert de beaux morceaux de pieuvre préalablement cuits à l'eau salée vinaigrée puis grillés à l'huile d'olive. Rien à redire si ce n'est que les copieuses portions suffisent à combler les féroces appétits. La pieuvre, tendre et bien assaisonnée, était un pur délice. Au risque de me répéter, pour être bons, les calamars doivent être tendres à l'intérieur et croustillants à l'extérieur, cuits dans une friture impeccable. Mon plat était abondamment garni d'anneaux de calamars panés légèrement, à la façon tempura, servis avec une mayonnaise relevée et un demi-citron grillé et arrosé de vinaigre balsamique. Un endroit à retenir pour ceux qui aiment comme moi et mon voisin de table les calamars bien cuisinés.

    Le veau est très prisé dans la cuisine italienne. On le retrouve pratiquement sur tous les menus, et tous les morceaux sont en général utilisés. L'escalope de veau milanaise est aussi un «classique» de la région de Milan. Ici, pour ajouter un plus, on sert le veau légèrement pané avec de la mozarella de bufflonne et des tomates. Rien de la nouvelle cuisine, ni de la cuisine fusion. On demeure — ce qui fait parfois du bien — dans la cuisine de maison et traditionnelle d'Italie.

    L'escalope, bien coupée, bien cuite, répond parfaitement aux exigences requises. L'accompagnement de pâtes au citron, la roquette et les tomates en font à eux seuls un repas complet. J'avais une certaine appréhension à l'égard du risotto. À tort, car celui-ci était moelleux, constitué de riz arborio et garni de petits oignons cipollini étuvés. Une excellente recette, parsemée de copeaux de jambon de Parme qui relèvent l'ensemble.

    Il faut noter que ce restaurant offre aussi de très bonnes pizzas et un cellier avec des vins de garde. Pour les desserts, on a eu la sage idée de proposer, en plus des desserts faits maison, les pâtisseries de chez Rolland pâtissier, à Longueuil. Depuis l'arrivée de Christophe Morel dans cette maison, un nouveau souffle permet de découvrir des entremets extrêmement fins, comme l'excellent gâteau au chocolat que l'on y propose et qui fut servi durant cette soirée.

    Quelle belle découverte sur la Rive-Sud! Une destination gourmande qui requiert quelques billets verts pour un repas presque sans fautes. Un beau cadeau de Noël!

    *****

    Les bonnes fourchettes du mois

    L'Orchidée de Chine

    2017, rue Peel, Montréal, 514 287-1878.

    Un très bon restaurant chinois qui propose à sa clientèle une cuisine sichuanaise dans un cadre fort agréable. On peut apprécier le poisson au gingembre, des crevettes à la sauce Sichuan (relevée) et des plats comme le canard aux épices ou le boeuf à l'orange.

    *

    Restaurant bonaparte

    443, rue Saint-François-Xavier Vieux-Montréal, 514 844-4368

    Une entité, une référence dans le Vieux-Montréal. Un rapport excellent pour la qualité des mets servis et, surtout, une constance unique qui confère à ce restaurant ses lettres gourmandes. À découvrir: la côte de veau rôtie aux champignons, un délice.

    *

    Restaurant laloux

    250, avenue des Pins Est, Montréal, 514 287-9127.

    Enfin Laloux semble retrouver sa lancée de jadis avec le «Grand Besson» sous la houlette d'Éric Gonzalez à la cuisine. La cuisine change au fil des saisons, mais demandez la joue de veau braisée et les petits pots de crème de Patrice Demers, l'ex-pâtissier des lieux.

    *

    Portus Calle

    4281, Saint-Laurent, Montréal, 514 849-2070

    On découvre la vraie couleur du Portugal dans ce restaurant tenu par une main de femme extraordinaire. Les croquettes de morue, les fruits de mer et les poissons qu'Helena fait venir toutes les semaines sont à découvrir, sans oublier les grands vins portugais d'importation privée.
    Le Primi Piatti a un décor moderne et ses petites salles peuvent accommoder de petits groupes. De très bonnes pizzas sont au menu de cette adresse.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.