Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Ici et là

    25 mars 2005 |Julie Carpentier | Loisirs
    Concert

    Les lève-tôt sont invités, à l'aube de ce dimanche, à venir se joindre aux choeurs et aux musiciens à l'église Saint-Jean-Baptiste (rue Rachel, angle Henri-Julien, à Montréal) pour un concert matinal de Pâques offert gratuitement par Espace Musique et CBC Radio Two. La célébration réunit plus de 100 choristes accompagnés d'ensembles musicaux pour offrir des oeuvres, hymnes et chants de Pâques. Les spectateurs seront également invités à entonner avec le choeur des cantiques connus. Le Choeur Saint-Laurent, Concerto Della Donna, le Studio de musique ancienne de Montréal, Musica Orbium, un ensemble de cuivres et deux organistes interpréteront entre autres le Psaume 150 de César Charpentier, le Sanctus et l'Agnus Dei de la Messe solennelle de Jean Langlais, etc. Rendez-vous dès 6h à l'église Saint-Jean-Baptiste. L'entrée est libre. Ce concert de Pâques sera diffusé à 8h sur les ondes d'Espace Musique.

    ***

    Patate en chocolat

    Vous souvenez-vous de la fameuse patate en chocolat que Paillasson aimait tant lécher dans l'émission de télévision culte La Ribouldingue? Depuis le temps qu'on en cherche, voilà qu'elle fait son apparition pour le temps de Pâques à la Chocolaterie Heyez, 16, rue Rabastalière Est, à Saint-Bruno-de-Montarville. Une patate en chocolat au lait ou au chocolat noir constitué de 64 % de cacao. Et il y a même une surprise à l'intérieur! Toutefois, la plus intéressante des surprises ira à la Fondation de l'hôpital Sainte-Justine puisque, pour chaque patate en chocolat vendue, 50 ¢ seront versés pour les enfants malades.

    ***

    Une histoire à soi

    Les villes constituent des ensembles complexes et mouvants. Elles sont tout à la fois des sites de mémoire, de langage et de convoitise emplis de signes, de territoires d'échange et de communication. C'est ainsi que la déambulation quotidienne à travers ces parcours segmentés agit comme stimuli sur l'imaginaire de ceux qui les traversent. Espace de circulation, de pérégrination, d'errance, la ville s'offre comme support d'histoires imperceptibles qui naissent, croissent puis s'étiolent lentement dans l'anonymat. L'expo Une histoire à soi, qui présente les oeuvres de l'artiste montréalaise Josée Pellerin, s'inspire de déplacements dans l'espace urbain comme support où cohabitent des fictions propres à la représentation et à la perception du monde environnant. Ce corpus photographique pose un regard sur l'espace domestique comme expérience inhérente au territoire de la ville. L'exposition a lieu depuis hier à la galerie Sylviane Poirier, art contemporain, 1000, rue Amherst, local 103 (exceptionnellement fermée le dimanche de Pâques). www.sylvianepoirier.com.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.