Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Vision de Soir dans l’est

    L’équipe du jeune festival pluridisciplinaire présente son parcours d’expositions en arts visuels dans Hochelaga

    10 novembre 2017 |Sophie Chartier | Loisirs
    L’idée d’encan en ligne a plu aux organisateurs, qui l’ont reprise pour l’exposition de Mephisto Bates, peintre expressionniste, qui se déroulera au café Le Dîner.
    Photo: Mephisto Bates L’idée d’encan en ligne a plu aux organisateurs, qui l’ont reprise pour l’exposition de Mephisto Bates, peintre expressionniste, qui se déroulera au café Le Dîner.

    Après la tenue de deux festivals réunissant différentes formes d’expressions artistiques sur la rue Beaubien et un sur la rue Ontario, dans Hochelaga-Maisonneuve, l’équipe derrière le concept de foire éphémère nocturne Soir poursuit ce mois-ci son exploration de l’est de la ville, avec un parcours d’expositions en arts visuels sur la rue Sainte-Catherine Est.


    « Sur Sainte-Catherine Est, il y a tellement de projets en cours, tellement de gens à connaître, c’est hallucinant ! » s’exclame Catherine Bilodeau, moitié du duo derrière le micro-empire contre-culturel Soir. Installée bien au chaud au fond de la sympathique librairie indépendante La Flèche rouge, récemment déménagée sur la rue Sainte-Catherine, la jeune femme parle avec des étoiles dans les yeux des différents créateurs inspirants qu’elle a appris à connaître en arpentant la rue. « Évidemment, on a adoré travailler avec La Flèche rouge, alors nous voici ! »

     

    Depuis jeudi, l’espace atelier de la librairie est donc l’hôte d’une exposition de l’artiste Jereme Matala, qui s’inscrit dans le nouveau bébé de Catherine Bilodeau et son complice Thomas Bourdon, un parcours d’expos sur la rue Sainte-Catherine Est. Tout le mois de novembre, ce rassemblement d’artistes et d’oeuvres donnera de plus à voir des pièces signées Sofie Lareau, Mephisto Bates, une exposition collective de graffitis et une exposition collective d’étudiants en arts de l’UQAM. En tout, six stations qui composent un parcours d’ouest en est pour découvrir ce secteur artistique en foisonnement. Un trajet qui vise à célébrer les artistes nouveaux et les créateurs du quartier, tels qu’ils sont.

     

    « Notre philosophie, c’est de ne pas changer le quotidien des gens qui vivent où on s’installe, commente Thomas Bourdon. On préfère proposer des choses, comme ça, qui font voir le quartier, plutôt que fermer complètement une rue, par exemple. On se dit : nous, on est qui pour “commissarier” tout ? » L’idée, dit Catherine, n’est jamais d’imposer une identité visuelle, mais de laisser les lieux parler d’eux-mêmes.

     

    La culture comme champ de bataille

     

    Pascale André, propriétaire de la librairie où se déroule l’entrevue — qui a d’ailleurs quitté ses pénates initiales de la rue Ontario à cause d’enjeux autour du loyer —, est d’accord avec les deux organisateurs : cette partie de la ville regorge d’idées et de réflexions qui germent. Moins connue que la colorée promenade plus au nord, la Sainte-Catherine Est couve un bouillonnement culturel. « Surtout que les enjeux entourant la gentrification dans Hochelaga-Maisonneuve sont vraiment visibles, ajoute Catherine. Ça donne lieu à une belle solidarité entre les organismes, qui sont si nombreux et dynamiques ici. »

    Photo: La Flèche Rouge L’espace atelier de la librairie La Flèche rouge est l’hôte d’une exposition de l’artiste Jereme Matala.
     

    Dans le contexte politique qui caractérise le quartier, la culture est toujours bienvenue, renchérit Pascale André. « On vit dans un climat de lutte, précise la libraire. Mais c’est très délicat, car il y a plus d’acteurs que les gens croient. Il n’y a pas que deux adversaires qui s’affrontent. »

     

    Il semble d’ailleurs particulièrement intéressant de proposer une programmation artistique dans « Hochelag » au lendemain d’élections municipales qui auront imposé un changement administratif dans l’arrondissement. « Notre ancien maire niait complètement les enjeux d’embourgeoisement dans Hochelaga, c’était du déni complet », ajoute Pascale.

     

    Un nouveau commissariat ?

     

    Les expos auront bel et bien lieu dans le vrai monde, mais un volet encan en ligne sera mis à la disposition des acheteurs potentiels. C’est un concept adapté par Alexandra Tremblay, qui aide à la programmation culturelle de l’espace atelier de La Flèche rouge. « Je voulais que les gens qui ne peuvent pas assister au vernissage aient une chance de miser aussi », explique la programmatrice. L’idée a plu aux organisateurs, qui l’ont reprise pour l’exposition de Mephisto Bates, peintre expressionniste, qui se déroulera au café Le Dîner.

     

    Ils sont comme ça chez Soir, prêts à s’adapter. D’ailleurs, en parallèle à son mandat événementiel, l’organisation s’est créé une nouvelle vocation qui n’existait pas : celle du booking d’arts visuels. En quoi cela consiste-t-il ? « On propose de faire le pont entre des événements ou des organismes et des artistes visuels qui n’ont peut-être pas encore d’agent et de galeriste. » Selon Thomas, il s’agit seulement de décliner la mission que lui et Catherine se sont donnée, poussée à un autre niveau. « On prend un peu une nouvelle direction, mais on continue à avoir une approche dans laquelle on apporte l’art et les artistes » dans des lieux plus difficiles d’accès pour eux.

     

    Selon Mephisto, également présent lors de l’entrevue, il y a effectivement un vide à combler dans ce champ d’action. Pour commencer à faire leur marque, les jeunes artistes gagnent réellement à se lier à des gens qui ont les bonnes relations.

     

    « Différents événements nous approchent pour apporter cette touche à leur programmation. La musique ne suffit plus, par exemple, dit Catherine. Les gens veulent créer un univers qui vient avec un visuel. »

    Parcours d’expositions Sainte-Catherine
    Sur Sainte-Catherine Est, entre Davidson et Létourneux, jusqu’au 30 novembre, gratuit. Lieux d’exposition : Galerie GHAM DAFE, Atelier-galerie Marc Gosselin, L’imprimerie centre d’artiste, Le Dîner, Café Graffiti et La Flèche rouge.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.