Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Un cocktail de thalassothérapie, de soleil et de dépaysement

    Malgré des turbulences politiques, les professionnels n’ont jamais baissé les bras. Que les prix!

    11 mars 2017 | Hélène Clément - Collaboratrice à Sousse | Loisirs
    On retrouve des luminaires, des fleurs et des couleurs du désert dans toutes les pièces du centre de thalasso Télès de l’hôtel Royal Kenz, à Sousse.
    Photo: Hélène Clément On retrouve des luminaires, des fleurs et des couleurs du désert dans toutes les pièces du centre de thalasso Télès de l’hôtel Royal Kenz, à Sousse.

    Une cure de thalasso en Tunisie ? Après tout, ce petit pays d’Afrique du Nord a une longue tradition de bien-être. Il n’y a qu’à visiter les ruines des thermes d’Antonin, à Carthage, le plus vaste ensemble thermal romain en sol africain, pour le constater.

     

    Puis, il y a le soleil au rendez-vous 300 jours par année, le charme des habitants, les très bons légumes, un dépaysement assuré et des coûts de séjour alléchants.

     

    En dépit des turbulences politiques qui traversent la Tunisie depuis 2010 et font battre de l’aile l’industrie touristique, les professionnels n’ont jamais baissé les bras. Que les prix ! Dans le but de ramener les touristes qui ont déserté le pays. Le secteur est animé par l’ambition d’une montée de gamme au niveau mondial.

     

    « En matière de thermalisme et d’hydrothérapie, la Tunisie se classe deuxième au monde après la France », précise le Dr Anis Sellem, gérontopsychiatre, gériatre et directeur du centre de thalasso Le Télès, au Kenz Royal Hotel, à Sousse. « Mon pays est parmi les meilleurs en matière de normes, d’architecture et de qualité des services. »

    Photo: Hélène Clément La piscine intérieure à l’eau de mer du centre de thalasso Télès

    Une norme internationale

     

    Et pas question de perdre sa place. Depuis deux ans, l’Office national du thermalisme et de l’hydrothérapie est à mettre en vigueur une norme internationale de qualité en thalasso, l’ISO 17 680, qui sera appliquée dans les 60 centres bordant les 1300 kilomètres de côtes de la Tunisie.

     

    « Cette nouvelle norme, élaborée par des experts et des professionnels, assurera aux curistes des prestations d’excellence, explique Anis Sellem. La griffe ISO contribuera aussi à maintenir et à renforcer le positionnement de la thalassothérapie tunisienne dans le classement mondial, ainsi que sa commercialisation. »

     

    La thalassothérapie est l’utilisation combinée, sous surveillance médicale et dans un but préventif et curatif, des bienfaits du climat marin, de l’eau de mer, des boues marines, des algues, des sables et autres substances extraites du milieu vivant qu’est l’océan.

     

    « Impossible de reproduire ailleurs qu’au bord de la mer ce traitement thérapeutique particulièrement indiqué dans les cas de rhumatismes dégénératifs, de douleurs vertébrales, de troubles du sommeil et de certaines affections dermatologiques », soutient le Dr Anis Sellem.

    Photo: Hélène Clément Partout, la décoration évoque la Tunisie. On reconnaît notamment ici les vases en terre cuite de l’île de Djerba et les briques de Tozeur.

    L’eau de mer est riche en ions négatifs, sels minéraux et oligo-éléments. Toutes ces substances contribuent au bon fonctionnement de l’organisme. Un cocktail antistress assuré ! La cure de découverte expérimentée ce jour-là dure trois heures et demie et comprend le gommage ou l’enveloppement d’algues, le modelage du dos sous pluie marine chaude, le parcours phlébologique pour jambes fatiguées, avec jets sous-marins, la marche à contre-courant sur des galets et dans une eau de mer allant de 32 °C à 17 °C, et un massage traditionnel.

     

    Prévention

     

    Après quelques jours à voyager dans le pays, me voilà donc dans le hammam du Télès, plongée dans un nuage de vapeur au parfum de jasmin, enduite d’un savon noir gras, puis livrée aux mains énergétiques de Reyda qui, avec son gant de crêpe noir, me frotte le corps entier avant d’appliquer le ghassoul pour le nettoyage final. Juré qu’un tel bain remet le facteur sur le vélo !

     

    Le savon noir est un pilier de la cosmétique orientale dont les bienfaits sont reconnus depuis des siècles. Seuls les pays du Maghreb ont choisi de le faire perdurer. Il a des vertus purificatrices et des avantages dermiques, prépare la peau à l’exfoliation des cellules mortes. On l’utilise lors de gommages.

     

    « Ici, on ne guérit pas, on fait de la prévention, explique le médecin. Chaque cure, qu’elle soit minceur, antitabac, fibromyalgie, anti-âge, sommeil… est une mise en marche pour retrouver la forme, reprendre de bonnes habitudes, apaiser un mental survolté et évacuer le stress. »

    Photo: Hélène Clément Un petit espace zen pour la détente. Les luminaires en verre soufflé sont typiques du pays.
     

    La cure

     

    Entre chaque traitement, un moment de détente dans un salon aux couleurs du désert dont la décoration évoque la Tunisie : briques de Tozeur, mosaïque de l’amphithéâtre romain d’El Jem, vases de l’île de Djerba, luminaires à base de bois, verre soufflé et cuivre, écritures berbères, fleurs… Un magnifique mélange entre tradition et modernité qui rappelle le voyage qui se termine.

     

    « Je recommande aux visiteurs venus explorer la Tunisie qui veulent expérimenter nos soins de thalasso une cure de quatre jours minimum, et préférablement en fin de voyage pour soulager maux de dos et de jambes, dit Anis Sellem. On revient plus reposé de son voyage. Et nous offrons une cure spécifiquement pour les golfeurs ! »

    Pour vous aider à préparer votre voyage, contactez Voyages Gama Mirabel.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.