Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Balade à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire

    À Québec, la Promenade des écrivains propose des incursions à pied dans le monde littéraire

    La Promenade des écrivains propose une série de balades d’environ deux heures chacune qui prennent racine dans les différents quartiers de la ville.
    Photo: Jacqueline Bouchard La Promenade des écrivains propose une série de balades d’environ deux heures chacune qui prennent racine dans les différents quartiers de la ville.
    Sur la piste de Maud Graham - Promenades & gourmandises
    Chrystine Brouillet et Marie-Ève Sévigny
    Parfum d’encre
    Québec, 2014, 226 pages

    La Promenade des écrivains
    Jusqu’au 26 octobre, tous les samedis et dimanches
    Points de départ variables et réservations suggérées
    Information : 418 641-6798 et www.promenade-ecrivains.qc.ca

    Quand on demande à l’auteure Chrystine Brouillet de décrire Québec, ses mots s’arrêtent un instant, comme s’ils étaient suspendus dans le temps. Un peu comme si figer cette ville en une phrase, alors qu’elle y plante son univers littéraire depuis plus de 25 ans, relevait de l’impossible. « Je dirais que c’est le berceau de l’Amérique, dit-elle en pesant ses mots. C’est cliché, je sais, mais tout part de là. C’est une ville lumineuse qui prend sa respiration avec le fleuve. » L’écrivaine, qu’on connaît surtout pour les aventures de sa policière Maud Graham, se nourrit donc depuis un bon moment de la capitale pour donner vie à ses personnages.

     

    Marie-Ève Sévigny connaît bien l’univers de la célèbre détective de Chrystine Brouillet. Avec la Promenade des écrivains, « un organisme dédié à la promotion du patrimoine littéraire de Québec », elle le déloge depuis 2008 de son carcan de papier et le transpose sur les pavés de la capitale, dans les détours des rues du quartier Saint-Jean-Baptiste, au rythme du Saint-Laurent.

     

    Cette année, les deux auteures se sont associées pour élaborer un recueil de balades à partir du corpus littéraire dans lequel évolue Maud Graham. Un peu parce que le monde imaginaire de ce personnage est d’une richesse palpable et surtout pour donner l’occasion aux lieux qui le peuplent de vivre en tout temps. Publié en juin dernier aux éditions Parfum d’encre, le guide Sur la piste de Maud Graham.Promenades gourmandises propose huit balades inédites où s’entremêlent extraits de romans, recettes originales imaginées par Chrystine Brouillet et capsules historiques. De quoi satisfaire la soif insatiable de mots des lecteurs et l’appétit des gourmands.

     

    Au fil des pages, ce sont non seulement les rues et les places qui défilent et que l’on foule, mais un peu le temps qui passe aussi. « Ce ne sont pas que les traces de Maud Graham que l’on suit, affirme Chrystine Brouillet, un sourire dans la voix. Nous sommes aussi sur celles de Québec elle-même. » Ainsi, à mesure qu’on plonge dans l’univers un peu macabre de la détective, on reconnaît les lieux qu’elle a habités au fil des ans, mais on constate aussi les différentes tournures que la ville a prises avec les années.

     

    Les cent visages de la ville

     

    Pour sa part, la Promenade des écrivains propose jusqu’aux limites d’octobre une série de balades d’environ deux heures chacune qui prennent racine dans les différents quartiers de la ville.

     

    Construites en deux temps, elles invitent d’abord à l’écoute, voire au recueillement, le temps de se plonger dans l’univers de l’auteur choisi à travers la lecture d’extraits. « C’est toujours intéressant d’enfiler les lunettes des écrivains et d’entendre leurs mots dans le décor qui les ont inspirés, explique-t-elle. Parfois il est resté le même, souvent il a changé. » Ces transformations lui permettent ensuite d’aborder le contexte historique dans lequel a évolué le lieu et d’interagir avec les marcheurs. « C’est une promenade entre le réel et l’imaginaire, lance-t-elle avec sérieux. Parfois, je lis des extraits et l’endroit en question a tellement changé qu’il n’est plus reconnaissable. Ça suscite des questions, c’est vivant… Une ville qui change est une ville vivante. »

     

    Québec n’a finalement rien à envier aux grands centres du monde littéraire comme Paris ou Londres, puisque les auteurs ayant puisé leur inspiration sur les rives de son fleuve foisonnent. D’Albert Camus à Roger Lemelin, à qui on doit Les Plouffe, en passant par la poésie silencieuse d’Anne Hébert, les références à la vieille ville semblent parfois infinies. Et s’il n’en tient qu’à elle, Marie-Ève Sévigny veillera encore longtemps à ce que les univers imaginés par les auteurs amoureux de Québec prennent vie dans les rues de sa ville.

    La Promenade des écrivains propose une série de balades d’environ deux heures chacune qui prennent racine dans les différents quartiers de la ville. Chrystine Brouillet et Marie-Ève Sévigny, au cœur de la capitale
    Sur la piste de Maud Graham
    Chrystine Brouillet et Marie-Ève Sévigny
    Promenades gourmandises
    Parfum d’encre
    La Promenade des écrivains
    Québec, 2014, 226 pages












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.