Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Elää: un projet immobilier à l’image de son quartier

    15 octobre 2016 | Laurie Vanhoorne - Collaboration spéciale | Habitation
    Photo: Elää
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial. 
     

    Et si, au lieu de planter un immeuble en copropriété sur le premier terrain vacant, on le dessinait en fonction de la communauté au sein de laquelle on veut l’intégrer ? C’est la question que s’est posée Alexandre Forgues, fondateur et président de la compagnie de développement immobilier District Atwater. De concert avec KnightsBridge — chef de file des constructions LEED dans le Grand Montréal —, le cabinet d’architectes KANVA et l’arrondissement de Verdun, l’entrepreneur a bâti Elää, un projet de développement immobilier organique — le premier du genre au Québec.


    « D’un quartier à l’autre, les gens vivent différemment,souligne Alexandre Forgues. Le quartier qu’est Verdun et sa communauté ont vraiment servi de point de départ et d’inspiration au projet Elää. » Une vaste consultation avec les principaux acteurs de l’arrondissement — commerçants, organismes communautaires, restaurateurs, librairies, etc. — a permis de bâtir un lieu de vie en parfaite adéquation avec son environnement, façonné en fonction de la façon dont les Montréalais vivent aujourd’hui et vivront à l’avenir. « On a conçu un bâtiment qui sera capable d’évoluer, qui répond aux besoins des gens et leur correspond, bref, où ils pourront s’épanouir », résume M. Forgues.

     

    Elää, c’est une configuration fragmentée plutôt qu’en bloc, en face du complexe historique de l’aqueduc Atwater, avec une fenestration abondante, une certification LEED. Mais sa véritable signature, c’est sa cour intérieure. C’est le coeur du projet, un espace communautaire aux murs verts. « On voit souvent, dans les immeubles à condos, des chalets urbains construits sur les toits, explique l’entrepreneur. Mais Verdun, c’est quoi ? C’est un arrondissement où se côtoient beaucoup de familles, très vert, très convivial. On a donc créé des jardins au niveau du rez-de-chaussée, où les familles pourront se rassembler, où les enfants pourront jouer avec leurs voisins. »

     

    Viser l’indépendance énergétique

     

    D’ici quatre à cinq ans, le complexe Elää pourra être équipé de panneaux solaires. Non seulement les entrepreneurs ont visé à ce qu'Elää soit énergétiquement indépendant, mais il pourrait aussi produire des surplus, qu’il pourra revendre à Hydro-Québec. Et la population de Verdun se tournant de plus en plus vers les transports en commun et l’autopartage, des places de stationnement en nombre réduit ont été aménagées autour.

     

    S’inspirant d’une technique utilisée depuis longtemps dans les pays scandinaves, les entrepreneurs ont délaissé la traditionnelle brique, coûteuse énergétiquement tant sur le plan du transport que de l’entretien, au profit d’une technique qui consiste à brûler du cèdre. Grâce à sa couche carbonisée, le cèdre protège des insectes, de la pourriture, et a permis d'intégrer davantage d'isolants, qui permet des économies de chauffage de l’ordre de 50 %.

     

    Implication communautaire

     

    Résidant depuis 17 ans dans le grand sud-ouest de Montréal, Alexandre Forgues constate au quotidien la vitalité de l’arrondissement de Verdun. « C’est vraiment un quartier dynamique, où les gens sont tissés serré, engagés et ont à coeur leur communauté », remarque-t-il. Lui-même collabore étroitement, depuis plus de six ans, avec L’Ancre des Jeunes, un organisme local qui lutte contre le décrochage scolaire et dont fut dans le passé président d’honneur et est présentement l'un des responsables de la campagne de financement majeur.

     

    « C’est important pour toute communauté que ses jeunes aient la chance de faire partie du système éducatif et soient encouragés », soutient M. Forgues, qui rêve de voir le taux de décrochage de plus de 40 % chez les jeunes de l’arrondissement — le plus élevé au Canada — diminuer de moitié d’ici les trois à quatre prochaines années. Pour contribuer aux efforts de l’organisme communautaire, il lui versera, pour chaque unité en copropriété Elää vendue, la somme de 500 $.

     

    Une source d’inspiration pour l’avenir ?

     

    Alexandre Forgues estime que, si le projet immobilier Elää peut inspirer d’autres entrepreneurs, ce pourrait être bénéfique pour tous les quartiers. Un avis que partage Jean-François Parenteau, maire de l’arrondissement de Verdun et conseiller associé au comité exécutif de la Ville de Montréal, qui a reçu, pour le terrain qu’occuperont les copropriétés Elää, beaucoup de propositions… jugées trop traditionnelles.

     

    « On cherchait quelque chose d’original,évoque-t-il. Un milieu de vie, ça ne se résume pas à son condo ou à sa maison, c’est avant tout un environnement. Il faut que les villes s’ouvrent à des projets audacieux, que nos réglementations, qui ont tendance à aseptiser la créativité, s’ajustent afin non seulement de faciliter, mais aussi d’attirer ce genre de développement immobilier, durable. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.