Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    KnightsBridge

    Prêcher par l’exemple

    21 mars 2015 | Émilie Corriveau - Collaboratrice | Habitation
    Pièce à aire ouverte
    Photo: KnightsBridge Pièce à aire ouverte
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    Alors qu’il n’est en activité que depuis trois ans, le promoteur montréalais KnightsBridge a remporté en février dernier, et ce, pour une deuxième année consécutive, l’un des convoités prix Domus remis par l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation. Signe que l’industrie a remarqué la qualité de son offre, cette reconnaissance constitue pour l’entreprise une pierre d’assise du projet qu’elle souhaite construire. Car, si elle se positionne déjà comme un exemple dans son secteur, elle entend bien devenir l’un des joueurs les plus réputés du Grand Montréal.

     

    Cofondée par Charles-Antoine Gosselin, un jeune homme d’affaires déterminé, et Simon Gervais Boyer, un ingénieur à la fois créatif et rigoureux, l’entreprise KnightsBridge se spécialise surtout dans la conception, la construction et la vente d’habitations résidentielles à Montréal. Elle offre également des services de développement immobilier et oeuvre à titre d’entrepreneur général pour mener à bien la construction de projets pour d’autres promoteurs.

     

    Son objectif est ambitieux : parvenir à chambouler les règles de l’industrie de la construction montréalaise ! « Notre lancement en affaires a été motivé par notre désir d’essayer de changer la donne dans le domaine de la construction immobilière à Montréal, explique M. Gosselin. On trouvait que le milieu évoluait peu et ça nous semblait dû au fait que la plupart des constructeurs n’étaient pas intéressés à s’améliorer, vu la vigueur importante du marché. On trouvait qu’il y avait de la place pour faire les choses autrement, avec un plus grand souci de l’environnement et de la clientèle. »

     

    Ainsi, depuis sa création, KnightsBridge s’efforce de proposer des projets de qualité supérieure à un prix raisonnable. Aussi, l’entreprise ne se lance que dans des constructions de taille moyenne qui répondent à la vision du développement durable qu’entretiennent ses fondateurs et employés.

     

    « Ça ne nous intéresse pas d’être le plus gros promoteur en ville ; on ne veut pas non plus offrir les condos les plus haut de gamme ou les plus écolos, dit M. Gosselin. On veut un peu de tout ça en même temps. Ce qui nous intéresse, en fait, ce sont les projets équilibrés. »

     

    Une signature claire

     

    Équilibrés, les bâtiments que propose KnightsBridge le sont de toutes sortes de façons. « Ça commence par le choix des terrains. C’est la base de notre démarche », indique M. Gervais Boyer. Toujours situés à proximité des services et facilement accessibles en transport en commun, les projets que lance l’entreprise doivent permettre à leurs résidants de mener une saine vie urbaine, peu importe le quartier qu’ils habitent.

     

    De qualité supérieure, les bâtiments que construit le promoteur sont également très durables et respectueux de l’environnement. S’ils n’ont pas tous obtenu la qualification LEED platine, visée à tout coup par l’entreprise, ils sont au moins tous certifiés LEED or.

     

    Incidemment, le promoteur porte toujours une attention particulière aux éléments susceptibles d’améliorer ses performances. Par exemple, il veille à ce que l’insonorisation et l’isolation de ses constructions soient de qualité nettement supérieure à ce qu’on retrouve de façon générale sur le marché.

     

    « Une des choses qui sont très importantes lorsqu’on parle d’isolant, c’est l’étanchéité à l’air, précise M. Gervais Boyer. Dans une maison normale, on calcule qu’il y a 4,5 changements d’air à l’heure. Pour obtenir la certification Novoclimat, il faut un rendement de 1,5 changement d’air à l’heure. Dans nos projets, on oscille typiquement entre 0,3 et 1 changement d’air à l’heure. C’est le genre de choses auxquelles on fait toujours attention. »

     

    Dans le même esprit, KnightsBridge porte également un énorme soin à l’érection des structures de ses bâtiments. « La durabilité, pour nous, c’est hyperimportant ! On ne bâtit pas pour les 25 prochaines années, on bâtit pour les 200 prochaines années. Disons que ce n’est pas le cas de tout ce qui est construit en ville », souligne M. Gosselin.

     

    Quant à l’architecture et au design des projets portés par KnightsBridge, ils varient d’un lieu à un autre, mais ils témoignent constamment d’un important souci du détail. La fenestration est toujours imposante, le choix des matériaux, bien pensé, et la finition, distinctive. Pour y parvenir, le promoteur fait appel aux services d’une poignée de firmes d’architectes qu’il considère particulièrement talentueuses, comme La Shed ou Blouin Tardif.

     

    Projets en cours

     

    Ces jours-ci, le promoteur met en vente quatre nouveaux projets, soit Casa Verde dans la Petite Italie, le Treehouse dans le Sud-Ouest, la Géole dans le Plateau Mont-Royal et un bâtiment encore sans nom dans Rosemont. Bon nombre de logements sont encore disponibles, toutefois, vu la singularité des projets et leur intéressant rapport qualité-prix, ils ont tendance à s’envoler rapidement. À deux reprises seulement, des appartements KnightsBridge n’avaient pas encore trouvé preneurs alors que leur construction venait d’être achevée.

     

    Pour avoir davantage d’informations, les intéressés peuvent prendre un rendez-vous avec l’équipe de KnightsBridge ou encore participer aux journées portes ouvertes qu’organise l’entreprise, les 28 et 29 mars prochains. Pour ce faire, on recommande tout de même de signaler sa participation à l’événement en envoyant un courriel à info@devkb.ca.

    Pièce à aire ouverte Terrasse arrière












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.