Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Acheter avec ou sans courtier immobilier

    Un prêt préautorisé avant de se lancer

    22 février 2014 |Martine Letarte | Habitation
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    Avant de commencer à magasiner votre propriété, l’idéal est d’obtenir un prêt préautorisé auprès d’un établissement financier. On ne parle pas ici de la simple détermination du montant maximal que vous pourriez obtenir en prêt selon vos revenus et vos dettes. Le prêt préautorisé confirme, après la vérification de votre dossier de crédit notamment, qu’un établissement financier vous prêtera un montant donné et définit les conditions du prêt.

     

    « Si le vendeur reçoit plus d’une offre, il pourrait choisir l’acheteur qui a un prêt préautorisé, pour éviter de voir la vente tomber à l’eau parce que l’acheteur ne passe pas au crédit », explique Claude Charron, courtier immobilier, franchisé RE/MAX.

     

    Vous pouvez l’obtenir auprès de votre établissement financier ou d’un courtier hypothécaire qui travaille avec plusieurs établissements financiers et qui est rémunéré selon un pourcentage du montant de l’emprunt.

     

    « Nous commençons par regarder le projet avec le client : veut-il acheter un condo, mais vendre rapidement par la suite pour s’acheter une maison ?, questionne Denis Doucet, directeur, Multi-Prêts Hypothèques. Veut-il faire d’importantes rénovations ? Ces éléments peuvent influencer le choix du prêteur. »

     

    Ensuite, on analyse la situation financière de la personne ou du couple.

     

    « Est-ce que ce sont des employés stables, précaires, ou des travailleurs autonomes ? Ces éléments aussi peuvent influencer le choix du prêteur », affirme Denis Doucet.

     

    Les actifs et les passifs seront ensuite passés au peigne fin, de même que le style de vie de la personne.

     

    « L’objectif, c’est d’arriver à établir un budget pour permettre à la personne de faire des paiements acceptables pour sa propriété, tout en continuant à vivre », affirme M. Doucet.

     

    Il faut aussi regarder les différents frais liés à l’achat de la propriété, comme les frais de notaire et la taxe de bienvenue.

     

    Le propriétaire occupant doit aussi verser un minimum de 5 % du prix de la propriété en mise de fonds, en assurant son prêt auprès de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

     

    « On regardera avec le client les différentes sources possibles pour la mise de fonds, comme le Régime d’accession à la propriété (RAP) », indique M. Doucet.

     

    Celui qui a peu ou pas de sous dans son régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pourrait emprunter une certaine somme pour utiliser le RAP.

     

    « Toutefois, la somme empruntée doit rester au moins 90 jours dans le REER avant le RAP », affirme Denis Doucet.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.