Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Saveurs

    Québec, une pépinière de bons restaurants

    Philippe Mollé
    28 novembre 2015 | Philippe Mollé - Philippe Mollé est conseiller en alimentation. On peut l’entendre toutes les semaines à l’émission «Samedi et rien d’autre à ICI Radio-Canada Première.» | Alimentation | Chroniques
    L’un des pionniers et sans doute un des meilleurs professionnels de tout le Québec, est le grand chef Relais Châteaux, Yvan Lebrun, avec son restaurant L’Initiale, constant au fil du temps.
    Photo: Yan Doublet Le Devoir L’un des pionniers et sans doute un des meilleurs professionnels de tout le Québec, est le grand chef Relais Châteaux, Yvan Lebrun, avec son restaurant L’Initiale, constant au fil du temps.

    La Vieille Capitale se distingue par sa restauration de qualité. On les connaît bien, les Clocher Penché, Laurie Raphaël, L’Initiale, le Panache de l’auberge Saint-Antoine, Chez Boulay et le Saint-Amour, puis tous les autres qui s’affrontent dans une espèce de joute amicale.

     

    Québec comme référence gastronomique au Canada : pourquoi pas ? Arnaud Marchand, de Chez Boulay, un jeune prodige issu de l’émission Les chefs — qu’animait avec talent à l’époque Daniel Vézina (Laurie Raphaël) —, comme son collègue de Montréal, Guillaume Cantin (Les 400 Coups), est convaincu que la concurrence est une bonne chose pour motiver les troupes. Cette nouvelle fournée de jeunes chefs a grandement fait évoluer la restauration à Québec.

     

    Tout pour les touristes ?

     

    Comme pour le Vieux-Montréal, on a longtemps associé la Grande Allée ou le quartier Petit-Champlain à des lieux dédiés au tourisme. Il est vrai que les visiteurs aiment bien s’y retrouver et même faire le parallèle entre les fortifications de Saint-Malo, en France, et celles près du Château Frontenac. Ils ont même l’impression, comme certains Québécois, qu’avec les différents restaurants Cochon Dingue et compagnie, la restauration de la ville appartient à Jacques Gauthier.

     

    Au fil des années, cet épicurien visionnaire a su adapter la modernité et la mode bistro telle qu’elle existe à Paris avec le Groupe Restos Plaisirs, qui comprend 12 restaurants. Vive le steak frites, le magret de canard et la crème brûlée !

     

    Malgré tout, la bistronomie a évolué, et même se cherche parfois entre le style débridé de la table de bois sans nappe, la petite nappe à carreaux comme dans les bouchons lyonnais et le resto gastronomique nappé de blanc.

     

    L’un des pionniers et sans doute un des meilleurs professionnels de tout le Québec, est le grand chef Relais Châteaux, Yvan Lebrun, avec son restaurant L’Initiale, constant au fil du temps. Un établissement qu’il gère avec sa conjointe, Rolande Leclerc, en vrai étoilé Michelin — si ces étoiles existaient au Québec.

     

    Ils ont su cultiver avec une fidélité exemplaire la notoriété de l’endroit, qui rejaillit inévitablement sur la ville. De quoi faire plaisir au maire Régis Labeaume, qui peut vanter la restauration variée de sa ville.

     

    La réputation hôtelière de Québec est souvent soulignée : le Château Frontenac et de nombreux hôtels-boutiques comme le Pur et l’Auberge Saint-Antoine sont devenus des références incontournables, tant pour la qualité des chambres que de leur table.

     

    La capitale peut se comparer avantageusement à Montréal en matière de restauration de prestige, et même à l’Europe et à l’Asie.

     

    Québec-Montréal

     

    Québec est devenue pour la plupart des Montréalais un exemple à suivre. Selon des citoyens frustrés par les travaux, le manque de stationnement ou le prix de celui-ci, la note devient élevée pour une sortie au resto. Alors qu’à Québec, c’est l’espace et le mélange des genres.

     

    Jean-Luc Boulay, du Saint-Amour, a su vraiment bien s’entourer de son chef et associé dans son bistro Chez Boulay. Arnaud Marchand est de cette génération qui mise tout sur le Québec. Papa de deux enfants, il souhaite construire un avenir alimentaire aux produits d’ici. Parfois, même, il pousse le bouchon un peu loin dans son bistro aux saveurs boréales jusqu’à ne point vouloir utiliser de citron, de vanille ou d’huile d’olive.

     

    La mise en valeur des petits producteurs de la région, comme la pratiquent la grande majorité des chefs réputés du Québec, est devenue chose courante.

     

    Comme Marchand, Frédéric Laplante, un passionné, travaille aussi à promouvoir les produits du Québec dans son restaurant Légende. Le chef a fait sa réputation avec son premier restaurant La Tanière, une grande table qui misait sur le gibier, avec une rigueur exemplaire et un service nappe-blanche-grand-restaurant. Au resto Légende, il a décidé de lâcher du lest et de favoriser le côté brut, rustique et décontracté. Le résultat : plus de couverts, moins de personnel et moins de stress financier au bout du compte.

     

    La concurrence alimentaire se fait entre Montréal et Québec, une joute dans l’attente des Nordiques qui pourrait bien se dérouler hors du nouvel amphithéâtre.

    L’un des pionniers et sans doute un des meilleurs professionnels de tout le Québec, est le grand chef Relais Châteaux, Yvan Lebrun, avec son restaurant L’Initiale, constant au fil du temps. Le bistro Chez Boulay Arnaud Marchand, de Chez Boulay, un jeune prodige issu de l’émission «Les chefs», est convaincu que la concurrence est une bonne chose pour motiver les troupes.
    Le vin snob Propos décapants sur un milieu qui a tendance à se prendre au sérieux
    Jacques Orhon Les éditions de l’Homme 261 pages, 2015












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.