Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Une cuisine unique dans un mouchoir de poche

    19 avril 2013 |Philippe Mollé | Alimentation
    Ils sont trois dans ce petit écrin du Mile-Ex à Montréal, à tout faire, de la plonge à la fabrication des desserts en passant par le service du vin.
    Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Ils sont trois dans ce petit écrin du Mile-Ex à Montréal, à tout faire, de la plonge à la fabrication des desserts en passant par le service du vin.
    Coup de coeur 2013
    Restaurant Mile-Ex 
    6631, rue Jeanne-Mance, Montréal, 514 272-7919

    Quand Rollande Desbois, la Julia Child du Québec, me fait part de ses commentaires sur un restaurant, il est rare qu’el le se trompe. Sa riche expérience témoigne d’une vie d’épicurienne bien remplie.


    D’abord, pour gagner son paradis, qui porte ici le nom de Mile-Ex, il faut passer par le purgatoire des routes, avec ces nids de poule qui se succèdent. Et même une fois arrivé devant le restaurant, l’extérieur ne laisse pas présager une telle fête pour les sens.


    Sitôt à l’intérieur, toutefois, on découvre comment, avec presque rien, on peut, grâce à son talent et en recyclant divers matériaux, faire d’un mouchoir de poche un lieu agréable pour les épicuriens. Planches découpées de palettes de bois aux murs, lon gues tables de cantine en formica jaune, comptoir installé devant la toute petite cuisine et tableau noir où est inscrite, à chacun des services, la cuisine minute du chef. Un génie comme on en trouve rarement dans les cuisines, et qui s’applique à offrir autre chose que les plats retrouvés partout ailleurs.

     

    Pour la nourriture


    Ils sont trois dans ce petit écrin, à tout faire, de la plonge à la fabrication des desserts en passant par le service du vin. De fait, on n’hésite pas ici à servir un verre plus rempli que ce qu’on voit normalement. Les ustensiles sont disposés à même un contenant où tout le monde vient se servir. Pas de serviettes de tissu au restaurant Mile-Ex, on se situe ici entre la cantine haut de gamme et le bistro de quartier, mais cela est parfait pour l’endroit.


    En fait, tout comme pour le paradis, on devrait venir dans ce lieu seulement si on le mérite. Oubliez l’intimité, le charme discret de la bourgeoisie, la lumière tamisée. On va au Mile-Ex pour la nourriture, sa fraîcheur et le talent du chef à concocter son citron confit unique, ses bonnes frites maison ou son petit choco-moelleux avec coulis de framboises épicé.


    Je m’y rends un midi pas com me les autres, car enfin il fait beau. Du coup, tout se prête à la découverte, comme au Jardin des sens et chez les Pourcel à Montpellier, où le jeune et talentueux chef a jadis fait ses classes.


    Avec mon invité, on découvre, dans un style de cuisson à la marinière, des palourdes exceptionnelles. Avec un bouillon au vin blanc, parfumé au persil et à l’huile d’olive, et des lamelles de chorizo, on se régale. Le chef a cette ingénieuse idée de faire griller sur la plaque quelques tranches de pain pour accompagner le tout.


    Puis vint un autre plaisir, celui des accras de crabe servis avec une mayonnaise maison. Bien assaisonnés, ils sont un régal pour les sens, meilleurs encore que les accras de morue en Martinique.


    Après ces petits bonheurs qui ne semblent pas être d’occasion, on fait place à la vraie créativité gourmande. On parle ici d’une cuisine simple, sans artifices. Mme Desbois avait raison de dire que c’est la nourriture qui compte. Cette fois, on nous sert un hot dog unique. Vive la cuisine de rue avec un tel produit ! À quand ce hot dog servi à bord d’un camion, un hot dog où du calmar grillé s’enroule autour d’un merguez, dans un petit pain grillé, lui aussi, avec des zestes de citron confit dans l’huile posés sur le dessus ? Divin !


    C’est sans aucun doute une belle découverte. Point de réservations au Mile-Ex, sauf pour retenir la petite salle au complet, ce qui vaut vraiment la peine. On y offre un bon choix de vins à prix sans concurrence. C’est bon, charmant, pas très cher, et cela devient un vrai coup de coeur en ce début d’année au printemps tardif.



    Ouvert du lundi au mercredi le midi et du mercredi au samedi jusqu’à 22 h.


    Prix payé pour deux personnes le midi, pour trois plats, quatre verres de vin et deux cafés, taxes et service compris : 74,84 $.


    Plus: une cuisine d’excellence, sans artifices et pleine de fraîcheur.


    Moins: un endroit difficile à trouver, où on va sans réservations.

     


    Collaborateur

    Ils sont trois dans ce petit écrin du Mile-Ex à Montréal, à tout faire, de la plonge à la fabrication des desserts en passant par le service du vin. On parle ici d’une cuisine simple, sans artifices.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.