Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les Copains d'abord

    26 janvier 2007 |Philippe Mollé | Alimentation
    Le chef du restaurant Les Copains gourmands dans le Vieux-Longueuil, Jean-François Hogue.
    Photo: Jacques Grenier Le chef du restaurant Les Copains gourmands dans le Vieux-Longueuil, Jean-François Hogue.
    Malgré sa proximité de Montréal, Longueuil n'a jamais été une ville recherchée pour la typicité de sa restauration. Dans la plupart des cas, les restaurants y sont des lieux pour se restaurer puis, parfois, pour en oublier l'adresse, jusqu'au jour où la boucle recommence. Le chef Jean-François Hogue et Éric Courchesne sont deux copains qui, après avoir travaillé pour les autres, ont décidé de créer ce qu'ils appellent leur cantine.

    La rue Saint-Jean fait partie du charmant Vieux-Longueuil avec de belles maisons victoriennes et canadiennes dotées de mansardes et de jolis pignons. Bien que les alentours du restaurant soient sans intérêt, celui-ci se trouve dans une vieille maison qui compte une quarantaine de places assises. Murs de brique, bois, tableaux noirs: tout indique la nature du restaurant et la cuisine qu'on y sert. Il s'agit en fait d'un bistro français avec soupe à l'oignon, bière Boréale, bavette, confit de canard et crème brûlée, entre autres.

    À part la verrerie, rien n'attire l'oeil sur la table. Le tout est souligné par des nappes et des serviettes de papier, du beurre servi dans des coupelles de plastique et des chandelles rouges.

    Tant le midi que le soir, outre la carte, on propose une table d'hôte où tout se paye à la pièce, ce qui peut occasionner des surprises.

    J'avais donné rendez-vous à Marie, avocate de métier qui navigue régulièrement d'un restaurant à un autre. Arrivée la première, elle avait déjà choisi son menu bien avant que je ne commande le mien. Sur la table d'hôte, on proposait un foie gras poêlé (14 $) et de l'autruche avec une sauce au vin (29 $), ce que mon invitée a choisi.

    Pour ma part, une salade César (7 $) et un filet de boeuf (28 $) en plat principal allaient être les plats élus et testés de cette soirée sur la Rive-Sud. Le foie gras de canard n'est plus un plat rare ou d'exception dans les restaurants. On en trouve partout, tant dans les bistros que dans les restaurants gastronomiques à travers le Québec. Une belle escalope de foie de canard poêlée et dressée sur une purée de panais, le tout complété par un filet d'huile d'olive, a été présentée à Marie. Bien cuit (rosé), caramélisé sur les surfaces et bien assaisonné, le foie était tendre et goûteux. L'ensemble purée et huile d'olive complétait ce mélange à merveille.

    La salade César demeure un plat simple mais facile à rater ou à falsifier. Une belle portion de salade romaine, bien assaisonnée et garnie d'anchois, de copeaux de fromage et de petits croûtons, s'est laissé déguster avec délectation. Cette rare et très bonne César nous a quelque peu fait oublier la proximité des autres tables et la conversation bruyante de nos voisines.

    Dans ce restaurant presque nouveau, on propose une carte des vins plus que correcte, tant au chapitre des prix qu'en matière de choix proposé. Un Madiran (Torus) à 32 $ avec beaucoup de caractère et chargé d'arômes a fort bien comblé nos attentes avec l'autruche et le filet de boeuf qui nous ont été servis.

    Deux beaux morceaux de filet d'autruche (29 $) nous ont été servis rosés et accompagnés d'une purée de pommes de terre maison, de haricots verts et jaunes ainsi que juste ce qu'il faut d'une bonne sauce au vin rouge. Cette viande tendre et juteuse, presque effacée dans ma mémoire olfactive, a ravi mon invitée. Pour ma part, le filet de boeuf (28 $), servi avec la même garniture que celle de ma voisine, était parfaitement cuit, mais il y manquait la touche de l'assaisonnement approprié et réussi.

    Les desserts offerts sur la carte ne font pas partie de la table d'hôte et s'ajoutent à l'addition. Pourquoi ne pas proposer une table d'hôte où tout serait compris? La tarte à la lime (5,50 $) n'a rien de la kilime pie classique. Il s'agit ici d'une pâte sablée à laquelle on a ajouté une crème pâtissière ordinaire parfumée à la lime. La crème, trop liquide, fuyait de la croûte et se répandait comme un jaune d'oeuf dans l'assiette.

    Le gâteau au fromage (6 $) choisi par Marie est une version revisitée du gâteau au fromage classique. On le sert en étages et sous forme de mousse, dans un petit pot de verre. Un étagé de biscuits Graham s'intercale entre la mousse qui se termine par un coulis au café. Marie a semblé apprécier un tel arrangement et a terminé le petit pot de crème sans se faire prier.

    Dans ce nouveau bistro que les propriétaires souhaitent simple et convivial, les prix peuvent surprendre. L'addition, aussi appelée familièrement la douloureuse, pourrait mieux se digérer avec de petites attentions toutes simples: nappes et serviettes de tissu le soir, choix de pains, beurre servi en contenant de grès, etc. Au moins, on a la franchise de vous dire que la terrine provient de la Maison du gibier. Les Copains devraient toutefois demander conseil à leurs copines pour que la fête soit complète.

    - Prix payé pour deux personnes avec taxes, cafés et service non compris: 144,71 $.

    - Plus: un petit bistro de quartier dans le Vieux-Longueuil et une table qui devrait grandir.

    - Moins: l'absence d'une «vraie» table d'hôte et les prix élevés.

    Les Copains gourmands

    352, rue Guillaume

    (angle Saint-Jean)

    Longueuil

    Tél: (450) 928-1433
    Le chef du restaurant Les Copains gourmands dans le Vieux-Longueuil, Jean-François Hogue. Le gâteau au fromage est une version revisitée du gâteau au fromage classique. On le sert en étages et sous forme de mousse, dans un petit pot de verre.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.