Participation aux commentaires

Le Devoir 2018

LeDevoir.com encourage la discussion, le dialogue et l’échange d’idées en publiant à certaines conditions les commentaires des internautes à la suite des articles de ses journalistes et collaborateurs. En règle générale, seuls les chroniques et éditoriaux sont ouverts aux commentaires.
 

Tables des matières

  1. Principes généraux
  2. Identification des abonnés
  3. Contenu des commentaires
  4. Hyperliens et contenus externes
  5. Échanges entre internautes
  6. Information en continu
  7. Limite de caractères
  8. Durée d’activation des commentaires
  9. Messages aux modérateurs


1. Principes généraux

Les commentaires sont ouverts à tous. Ils sont lus et approuvés avant publication par les modérateurs de l’équipe numérique du Devoir (et non par les auteurs des articles).

Afin de favoriser un débat de qualité et de permettre une modération de qualité, un nombre restreint d’articles sont ouverts au débat.

L'équipe numérique effectue une modération régulière des commentaires au cours de la journée, mais elle n'est pas en fonction en continu. Aucune réponse ne sera donnée quant aux délais de modération et tout commentaire sur le sujet sera automatiquement supprimé.

Les commentaires doivent être compréhensibles et être en lien avec l'article commenté. Si nous savons qu'un commentaire comporte une information fausse, nous ne le publierons pas.

Le Devoir ne modifie jamais les commentaires reçus. Nous les acceptons tels quels, ou nous les refusons en entier.

2. Identification des commentaires

Les commentaires doivent être signés du nom véritable et complet de leur auteur, avec prénom et nom de famille. Les pseudonymes ne sont pas acceptés. Les internautes qui utilisent des pseudonymes seront bloqués.
 

Les abonnés qui le désirent peuvent lier leur profil du Devoir à leur page Facebook.

Nous invitons les internautes à bien faire attention à leur envoi. Il nous est arrivé de rejeter des commentaires pourtant fort intéressants parce qu'ils comportaient des données personnelles: adresse courriel personnelle, numéro de téléphone, adresse civique.

3. Contenu des commentaires
 

L’équipe numérique se réserve le droit de ne pas publier les commentaires. En s’inscrivant sur notre site, les internautes doivent donc accepter de respecter les règles ici décrites.
 

Nous rappelons aux internautes que les commentaires envoyés sur le site du Devoir sont archivés et conservés. Les internautes doivent donc être conscients du caractère public de leurs propos.
 

Les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les propos discriminatoires basés, entre autres, sur la race, le sexe, la religion, la nationalité ou l’orientation sexuelle, ne seront pas publiés, tout comme ceux incitant à la haine ou à la violence.
 

Un commentaire comportant trop de fautes de français sera rejeté. Les commentaires comportant trop de majuscules ne seront pas publiés. Nous rappelons qu’écrire en majuscules sur le Web s'apparente à crier.
 

Par ailleurs, nous ne publierons pas de commentaires dans une langue autre que le français, même s’il n’est fait usage que partiellement d’une langue étrangère.

4. Hyperliens et contenus externes
 

Les liens externes proposés dans les commentaires ne relèvent pas de la responsabilité du Devoir, et les modérateurs du site ne sont pas tenus de tous les vérifier.
 

Un maximum de trois hyperliens par article est autorisé pour chaque internaute. Au-delà de cette limite, les commentaires seront systématiquement refusés, sans avis.
 

Les hyperliens doivent porter sur le sujet de l’article. Les commentaires contenant des hyperliens non pertinents ou des liens pour des entreprises commerciales, des blogues personnels, des pétitions ou des vidéos de source inconnue pourront être refusés.
 

Les commentaires qui ne font pas état d’une opinion et qui contiennent exclusivement un ou des liens ne seront pas retenus.

5. Échanges entre les internautes
 

Le Devoir souhaite offrir un espace de commentaires respectueux, où la pluralité et la diversité des voix priment.
 

Les commentaires contenant des propos injurieux seront supprimés. Nous encourageons les internautes à faire preuve de respect et de courtoisie.
 

Il est possible de répondre à un autre internaute sur le site. Ces échanges doivent être effectués dans le respect et rester en lien avec le sujet de l’article. Toute attaque personnelle, fondée sur des motifs extérieurs aux propos, sera bloquée.
 

Un maximum de cinq réponses par article par internaute est autorisé. Au-delà de cette limite, les commentaires seront systématiquement refusés, sans avis.
 

Il est possible de voter pour les commentaires les plus appréciés. À l’inverse, un bouton permet de signaler aux modérateurs des commentaires jugés inappropriés.

6. Information en continu
 

Les articles publiés par Le Devoir durant la journée sont constamment mis à jour. Il est possible que les articles changent ou que des portions soient revues par leurs auteurs, particulièrement dans le cas d’une nouvelle en évolution.
 

Les internautes qui souhaitent commenter ces articles doivent comprendre que leurs interventions pourraient faire référence, plus tard en journée, à des portions de texte qui ont subi une mise à jour.

7. Limite de caractères
 

La boîte de commentaires du Devoir a une limite de 2000 caractères.
 

Nous recevons parfois des commentaires auxquels il manque des mots. Nous prions les internautes de soigner leurs envois et d’éviter de copier du texte écrit dans un autre formulaire (Word, TextEdit) afin d’éviter de fausser le calcul des caractères.
 

Nous rejetons la plupart des commentaires tronqués, mais nous publions parfois certains d’entre eux si le propos se tient et qu’il nous semble particulièrement intéressant.
 

Par ailleurs, il ne sert à rien de nous envoyer des commentaires à suivre en plusieurs parties.

Les internautes qui désirent développer plus longuement leur point de vue peuvent soumettre leur propos à la page Idées du Devoir (redaction@ledevoir.com).

8. Durée d'activation des commentaires
 

Nos articles sont ouverts aux commentaires pour une durée de deux jours (48h) après leur mise en ligne. Après cette période, il n’est plus possible de commenter les articles.
 

L'équipe numérique se réserve le droit de fermer un texte aux commentaires en tout temps.

9. Message aux modérateurs
 

L’espace de commentaires n’est pas destiné à écrire à l’équipe du Devoir

Pour communiquer avec Le Devoir, différentes options s’offrent à vous. Veuillez consulter cette page : http://www.ledevoir.com/le-devoir/nous-joindre.

Par ailleurs, les internautes qui insultent les modérateurs seront expulsés du site et ne pourront plus commenter les articles.
 

L'équipe numérique du Devoir