Libre opinion - Amir Khadir démasqué

Dans une lettre ouverte au Devoir publiée le 14 mai dernier, Amir Khadir se confiait: «Aurais-je voté pour la candidate du NPD si j'avais su que mon député et ami Gilles Duceppe était en danger dans sa circonscription? Sans doute pas.» M. Khadir n'a pas pleuré longtemps. En fait, il n'a pas pleuré du tout. Il s'en est même réjoui dans cette lettre ouverte: «Aujourd'hui, je m'en confesse, je n'ai aucun regret.»

Québec solidaire ne voulait pas d'un tel balayage du Bloc. Non! Il voulait seulement l'affaiblir. Voilà qui confirme non seulement la véritable nature de ce parti, mais aussi, et surtout, les conséquences de sa présence sur la scène politique. Québec solidaire vient de démontrer que la souveraineté est un leurre pour attirer les souverainistes progressistes.

Un vote pour Québec solidaire aux prochaines élections générales, c'est un vote qui pourrait permettre la réélection des libéraux de Jean Charest. Soyons clairs, lors de la prochaine élection générale, la philosophie de Québec solidaire sera: battre un péquiste, c'est primordial, battre un libéral, c'est secondaire. Le danger est bien réel. Les seuls gagnants de la division seront les adversaires de l'émancipation du Québec vers sa souveraineté.

Au Parti québécois, nous sommes souverainistes avant, pendant et après les élections. D'ailleurs, plusieurs milliers de Québécois l'ont compris. En effet, depuis le 2 mai, plus de 5000 personnes ont adhéré à la page Facebook du Parti québécois, doublant ainsi en dix jours le nombre de ses membres. Ces Québécois ont bien compris que le véritable instrument politique pour défendre leurs intérêts, notamment sur le plan de l'identité, c'est bien le Parti québécois.

Sous la gouverne de Pauline Marois, avec une équipe renouvelée de députés de tous les horizons et de quatre générations, les Québécois sont assurés que la souveraineté ne sera pas un vague rêve accessoire, mais un projet politique à réaliser le plus rapidement possible. D'ailleurs, nous invitons les lecteurs à visiter notre site Internet pq.org pour y visionner les vidéos sur l'ABCD de la souveraineté, quatre jeunes députés péquistes qui parlent de la souveraineté en 2011.

Le 2 mai, le Canada anglais a poursuivi sa redéfinition en ignorant le Québec. Les conservateurs ont démontré clairement qu'ils pouvaient obtenir une majorité de sièges à la Chambre des communes sans le Québec. La prochaine fois, il y aura 30 nouveaux sièges au Canada, pas un seul au Québec. Dans le Canada de demain, nous serons contraints à rapetisser encore et encore.

Les prochaines années nous montreront que le Canada des conservateurs s'éloigne de plus en plus des réalités et des préoccupations des Québécois, que ce soit sur le plan de l'environnement, de l'économie ou des programmes sociaux. Le NPD n'y pourra rien. Pour ma part, je compte davantage sur les quatre députés du Bloc québécois pour faire entendre la voix du Québec à la Chambre des communes.

Dans un tel contexte, j'appelle tous les souverainistes à se préparer en vue du prochain rendez-vous électoral au Québec. L'avenir du Québec n'est ni à gauche ni à droite, il est devant nous. Nous sommes une société moderne avec des problèmes et des défis modernes. Le Parti québécois vient de se donner un nouveau programme, une vision à long terme pour le Québec de 2020. Intégrité, identité, efficacité de l'État, indépendance énergétique, enrichissement des Québécois. Nous invitons les Québécois à reprendre le contrôle de leur avenir... de tout notre avenir!

***

Raymond Archambault - Président du conseil exécutif national du Parti québécois
48 commentaires
  • Claude Rompré - Inscrit 20 mai 2011 02 h 49

    Wow, une lettre d'opinion bizarre

    Je pense que l'auteur devrait regretter quelques points de son texte:

    D'une part, M.Archambault nous dit que le fait qu'Amir Khadir ait voté pour un député NPD a fait élire un gouvernement qui n'est pas sensible aux intérêts du Québec. Mais les Québécois ont au contraire tout fait pour ne pas faire élire les conservateurs. Ils n'ont que 5 députés dans la province, même Kamouraska est tombé. Dans l'exemple présent, c'est un vote Bloc qui aurait divisé les voies. Je ne vois vraiment, mais là vraiment pas où il veut en venir. Peut-être qu'il incite les québécois à refaire au niveau provincial ce qu'ils ont fait au fédéral?

    D'autre part, 5000 adhérents sur une pages Facebook? C'est juste pas très impressionnant. A titre d'exemple, Québec Solidaire en a 4000, s'ils dépassent le PQ, est-ce que ce sera un signe que le vote anti-libéral devra se centrer autour de la gauche?

  • Julien Beaupre - Inscrit 20 mai 2011 03 h 18

    L'arrogance de M. Archambault

    Ni le Bloc québécois ni le Parti québécois n'ont le monopole du projet d'indépendance du Québec. Et ceux qui n'ont pas ce projet comme unique priorité ne sont pas des traîtres à la cause. Si on compare les résultats du deux mai et les statistiques affirmant qu'il y aurait toujours plus ou moins 40% de souverainistes, on peut prudemment en déduire que des milliers d'entre eux, tout comme Amir Khadir, ont voté pour le NPD. Ceux-là méritent-ils aussi d'être pourfendus?

    Au jeu de "mon parti est plus souverainiste que le tien", on peut douter que le Parti québécois l'emporte sur Québec solidaire; à moins qu'il ne soit démontré que la "gouvernance souverainiste" de Pauline Marois n'est pas qu'un autonomisme mis en marché sous un autre nom.

    En affirmant que la division du vote ne sert que le parti Libéral, M. Archambault fait l'élégante démonstration du contraire. Quoi de plus pratique qu'un système uninominal à un tour pour inciter les gens à voter pour un vieux parti? Le spectre du vote divisé avantage le PQ, cela est indéniable. Si M. Archambault souhaite que son parti récupère des votes sur son flanc gauche, il devra faire mieux que de prétendre que M. Khadir et Québec solidaire ne sont pas souverainistes ou que la division du vote favorisera les Libéraux.

  • Marc Donati - Abonné 20 mai 2011 06 h 03

    À gauche toutes

    Monsieur,

    Bien sur que nous voulons vous battre. C'est là l'essence même d'une lutte électoral. Nous ne sommes pas dans vos jambes, c'est vous qui êtes dans les nôtres. Nous ne nous contenterons plus d'un seul député à l'Assemblée nationale. Et, de grâce, pour vous éviter tout de suite des défaites cuisantes dans certains comtés, je vous suggère de ne pas refaire les mêmes erreurs que le Bloc, c'est-à-dire de prendre vos électeurs pour acquis en vous présentant comme la seule option valable, ce que vous vous efforcez de faire tout au long de votre lettre.
    Cet énoncé va peut-être vous choquer, mais je ne crois pas que le PQ soit encore indépendantiste. Québec solidaire a promis de se pencher sur la question dès l'accession au pouvoir, tandis que votre parti semble constamment reporter la question aux calendes grecques.
    Que signifie une phrase comme ''l'avenir du Québecn'est ni à gauche ni à droite, il est devant nous'', alors que devant nous, il y a justement ce précipice creusé par des années de virage à droite? L'avenir est vers l'indépendance ET vers la gauche. Québec solidaire est souverrainiste ET à gauche ET indépendantiste ET écologiste ET féministe.
    Je souhaite au Québec une deuxième vague orange dans deux ans.

    Marc Donati, QS Viau

    P.S. Le fait d'être membre de QS ne m'a pas empêché d'être l'un des nombreux signataires du manifeste des artistes inédpendantistes dont parle cette édition du journal.

  • Roy10egen - Abonné 20 mai 2011 06 h 24

    Ne pas confondre..

    Monsieur Archambault, vous tirez sur Amir Khadir et visez QS!  Vous ouvrez un faux débat en laissant entendre que QS ne serait pas souverainiste. 
    Pourquoi attaquer le député Amir, le seul allié sur la gauche sur lequel le PQ peut compter dans l'opposition aux politiques du gouvernement de la droite au pouvoir.
    En vue des prochaines élections, votre parti ferait une grave erreur s'il reprenait la stratégie que le Bloc a adopté... il risquerait d'obtenir un résultat désastreux. 
    Je veux bien comprendre que votre formation politique se retrouve dans une position inconfortable. En effet, il semblerait que votre parti peut compter sur un noyau fidèle... qui continue d'espérer qu'un jour, du haut du ciel, le PQ réalisera la souveraineté... Or, la clientèle électorale sur laquelle vous comptez est actuellement courtisée par 3  formations de droite: PLQ, ADQ et votre ancien partisan Legault.
    Il devient donc évident que votre parti risque de sombrer s'il tente de se tenir en équilibre en flirtant sur sa droite... vous avez là un terrain occupé oú vos adversaires sont prêts à dévorer le cadavre de Charest.
    Sans doutes votre parti et son équipe de parlementaires - gens très respectables - seraient-ils plus à l'aise en traitant avec ceux que plusieurs nomment l'élite et les décideurs! Mais voilà, vous risquez de ne plus être invité par ces lucides et opportunistes et votre Parti n'a pas le choix de  revenir à ses modestes origines, reprendre contact avec les mouvements sociaux et entreprendre résolument un virage á gauche en offrant  un contenu social au projet politique de la souveraineté. Sur ce terrain, si le PQ se démarque sans ambiguité de la droite, au lieu de traiter  QS  comme l'ennemi à abattre il verra en lui un allié solide, armé d'un programme progressiste, pour le combat à mener pour réaliser la souveraineté.
    Jean Jacques Roy

  • Darwin666 - Abonné 20 mai 2011 07 h 03

    Sophisme

    Facile : on fait des affirmations gratuites et fausses sur une personne et ensuite on lui reproche d'être ce qu'elle n'est pas...

    Ce n'est pas clair ? Comme cette opinion !