Un accident de vélo

Samedi 29 juillet aux environs de 14 h 45, alors que je circulais à vélo sur le rang Lepage à Blainville avec trois autres personnes, l’ami qui roulait devant moi a fait une chute causée par le mauvais état de la chaussée. Je n’ai pu l’éviter et j’ai fait une très mauvaise chute en tombant sur la tête alors que nous roulions à plus de 25 km/h.

 

Mon conjoint m’a raconté la suite des événements puisque j’étais sonnée. Un automobiliste, témoin de l’accident, a fait demi-tour pour me porter secours et un autre se serait occupé de composer le 911 et de diriger la circulation sur cette route où l’on peut circuler à 70 km/h.

 

Une infirmière qui passait, malgré le fait qu’elle était accompagnée de deux jeunes enfants, a pris la situation en charge et vérifié mes signes vitaux pour évaluer ma condition. Les policiers sont arrivés dans un délai de dix minutes et ils ont été suivis par l’ambulance cinq minutes plus tard.

 

Les ambulanciers ont pris la relève en se basant sur l’évaluation de l’infirmière. Ils m’ont conduit à l’urgence de l’hôpital de Saint-Jérôme. La propriétaire d’une pension pour chevaux est accourue pour nous offrir de l’eau et un endroit pour laisser nos vélos.

 

Je tiens à remercier tous ces gens qui m’ont si aimablement porté assistance puisque je n’ai pu le faire de vive voix.

 

Merci encore pour votre empathie et votre bonté.

 

P.S. Un mois plus tôt, j’avais fait l’achat d’un casque bien ajusté. Il m’a sûrement sauvé la vie !

  • Fabien Nadeau - Abonné 7 août 2017 07 h 36

    Vive le casque

    Madame Lemire dit qu'elle ne serait sans doute pas en vie sans son casque. J'ai été victime d'un accident aussi, heurté par une camionnette. À voir l'intérieur écrasé de mon casque, je conclus moi aussi que sans lui, je ne serais plus là.

    On ne saurait trop insister: portez un casque à vélo!

  • Sylvain Auclair - Abonné 7 août 2017 09 h 07

    Casque

    En effet, un casque peut aider lors d'une chute. Mais beaucoup moins en cas de collision.