Lettre à Gabriel Nadeau-Dubois

Bonjour Gabriel,

 

Hélas, je ne pourrai compter sur Québec solidaire, ni sur toi. Donc, ne compte pas sur moi. Voici pourquoi.

 

Dans un courriel antérieur, j’avais écrit que je ne pouvais devenir membre de Québec solidaire parce que j’avais pris ma carte du Parti québécois afin de voter pour Jean-François Lisée. Je misais sur son verbe et sur son potentiel politique pour contrer le pouvoir libéral et son chef Philippe Couillard. Mes attentes n’ont pas été comblées. Je t’avais aussi notifié que mes valeurs correspondaient plus à celles de Québec solidaire, sauf sur le refus de la convergence prôné par Françoise David. Cette dernière ayant quitté la politique, j’ai perçu une ouverture de la part de QS vers cette avenue. Je m’en réjouissais. Comme nous n’avons pas le système de la proportionnelle lors des élections, la seule issue possible, ce sont des alliances. Faut qu’on s’parle, qu’on s’entende et qu’on conçoive des compromis. Sans cela, impossible de déloger le Parti libéral, impossible d’envisager un gouvernement qui gouvernera pour l’ensemble des citoyens. Ce matin, Philippe Couillard devait léviter. On en connaît la cause : VOUS, Québec solidaire. Mais NON. Le parti Québec solidaire est un parti de purs. Les autres, ce sont des impurs. À écouter une jeune femme portant le foulard, affirmant que Jean-François Lisée « porte deux bêtes : le néolibéralisme et le racisme », donc qu’il serait l’ennemi « double » à abattre par les communautés racisées, il faut en être étonné. J’en suis. Vraiment ! Des images télévisées montrant des intégristes idéologues professant ce genre de propos ont surgi dans ma tête. À tort ou à raison ? Peu me chaut. Elles ont resurgi spontanément. J’ai assisté aux rencontres « Faut qu’on s’parle ». Là, j’ai eu de l’espoir. Hélas, aujourd’hui, après ce qui a été voté en fin de semaine au congrès de QS, je n’ai plus d’espoir puisqu’on se parlera entre nous : le parti Québec solidaire devra s’appeler dorénavant Québec solitaire. J’ai très bien compris, Gabriel. Je n’ai pas confiance dans le fait que Québec solitaire puisse prendre le pouvoir. Vivant à Québec, je souhaitais que QS essaime en région grâce à cette alliance possible des trois partis : QS, PQ, ON. Hélas, QS restera un parti montréalais. Cela confirme davantage le changement nécessaire de la consonne « d » pour la consonne « t » (de solidaire à… solitaire).

 

À un de ces jours, Gabriel.

  • Nadia Alexan - Abonnée 25 mai 2017 01 h 52

    QS a trahi ses racines!

    Je pense que vous n'êtes pas la seule, Madame Poirier, à vous sentir trahi par les membres de Québec solidaire. Cette décision était une déception majeure à tous ceux et celles qui envisager la défaite des libéraux. Cette formation politique doit retourner à ces racines de la sociale-démocratie: la lutte contre le néolibéralisme, l'égalité homme/femme, et sortir l'emprise religieuse de la fonction publique, c'est à dire, promouvoir la laïcité de l'état.

    • Christian Montmarquette - Inscrit 25 mai 2017 09 h 51

      À Nadia Alexan,

      Ce PQ du tout et son contraire..

      Ceux et celles qui quittent QS à cause d'un refus d'alliance entre deux partis diamétralement opposés n'y ont sans doute jamais vraiment adhéré.

      Un parti politique cohérent n'est pas sensé rassembler tout et son contraire comme ce "PQ-du-n'importe-quoi" de gauche ni de droite, mais dans le vent des giourettes des opinions du jour, mais fait pour rassembler des membres autour d'un programme, d'idées, de valeurs et les promouvoir et les défendre sur la place publique afin de convaincre la société d'y adhérer , et ce, peu importe qui gouvernera.

      Quand on sait que le PQ aura même jusqu'à l'indépendance durant plus de 28 ans en 2022 pour avoir des votes..

      Il ne faut pas s'étonner que le PQ se retrouve désormais à 3e avec 23% derrière la CAQ.


      Christian Montmarquette

    • Christian Braen - Abonné 25 mai 2017 11 h 39

      À Christian Montmarquette

      À vous lire, il fait de moins en moins de doute que QS a le vent dans les voiles et qu'il pourrait très bien former le prochain gouvernement. Je veux bien y croire aussi mais, concrètement, comment comptez-vous y parvenir? L'appui à QS a beaucoup progressé récemment, notamment grâce à l'entrée en scène de votre nouveau porte-parole, mais vous n'avez certainement pas la naïveté de croire à la permanence de cet attrait pour la nouveauté et que cet enthousiasme va se poursuivre jusqu'aux prochaines élections, non? Pour faire une réelle percée électorale, QS va nécessairement devoir, au cours de la prochaine année, séduire un électorat essentiellement péquiste. Oubliez l'adhésion des libéraux et des caquistes, ils sont trop à droite et trop fédéralistes pour vous accorder leur soutien. Alors? Quelle stratégie allez-vous adopter pour inciter les électeurs péquistes à migrer vers QS?

      En toute franchise, je doute fort que cette entreprise de séduction soit bien engagée. La culpabilisation, le mépris, voire la haine qui s'expriment à QS à l'égard du PQ et de ses militants devraient s'avérer pour le moins improductifs. Vous-même, M. Montmarquette, ne donnez jamais dans la dentelle à ce chapitre, n'est-ce pas? Mettons que je sois péquiste: vous me considérez manifestement comme un plouc de droite raciste et dépassé. Or, pourquoi diable serais-je tenté d'adopter votre point de vue et vous donner mon appui? Par quelle voie tortueuse mon esprit devrait cheminer pour passer de l'insulte et l'injure à l'envie enthousiaste de me joindre à vous? Expliquez-moi, je ne comprends pas.

    • Patrick Boulanger - Abonné 25 mai 2017 13 h 54

      @ M. Braen

      Intéressant votre commentaire, M. Braen.

    • Jean-Marc Simard - Abonné 25 mai 2017 13 h 58

      La seule stratégie de QS et de Montmarquette est de casser du sucre sur le dos du PQ et d'essayer de détruire l'histoire et l'esprit de ce grand parti...Ça semble être son seul programme...

    • Christian Montmarquette - Inscrit 25 mai 2017 17 h 18

      À Christian Braen,

      "Mettons que je sois péquiste: vous me considérez manifestement comme un plouc de droite raciste et dépassé"-Christian Braen

      Vous me prenez pour une personne à préjugés, M, Braen. Alors que je ne le suis pas.

      Mes critiques s'adressent très généralement, pour ne pas dire presque exclusivement au"parti' PQ, à ses politiques, ses décisions, ses campagnes et non aux électeurs ou aux membres du PQ.

      Ce qui n'empêche pas un paquet de ploucs et de nationalistes de la droite identitaire attisée par leurs leaders d'afficher désormais ouvertement leur xénophobie décomplexée comme on le constate tous les jours sur toutes les tribunes du Web depuis le triste épisode de la Charte du PQ.

      D'ailleurs, où voyez-vous l'insulte à qui que ce soit dans mon commentaire ci-dessus? Tout le commentaire analyse et critique le parti et non ses membres, et encore moins les électeurs du Parti québécois.

      À savoir si QS prendra le pouvoir..

      À mon avis, QS l'est déjà au pouvoir, puisqu'il fait réfléchir et influence toute la société, ce qui constitue déjà en soit un énorme pouvoir.. Et surtout, un énorme espoir.

      À chaque chose en son temps M. Braen.

      Le premier rôle d'un parti politique n'est pas de gagner des votes, mais les coeurs et les intelligences dont le vote et le pouvoir ne sont que la conséquence logique.

      Comme disait si bien Gaston Miron..

      Ça ne pourra pas toujours ne pas arriver.

      Christian Montmarquette

    • Christian Braen - Abonné 25 mai 2017 19 h 21

      À Christian Montmarquette

      Gaston Miron a été un immense poète, mais un bien piètre prophète. Les paroles de lui que vous citez font référence à l'indépendance nationale. Si bien qu'il faille souhaiter, pour vous à tout le moins, qu'elles ne s'appliquent jamais à QS...

      D'autre part, je ne doute pas que QS puisse avoir une certaine influence sur le cours de la politique au Québec, mais il ne faut pas exagérer non plus. La présence de votre parti à l'Assemblée nationale et le traitement favorable que vous offrent les médias en général n'empêchent pas les Québécois d'être soumis depuis quinze ans à des politiques de plus en plus néolibérales. Québec Solidaire ne change rien, non plus, au fait que le prochain gouvernement sera sans doute formé par le PLQ ou la CAQ, deux partis qui, à n'en point douter, vont enfoncer encore davantage le Québec dans le marasme néolibéral. Ne vous faites pas d'illusion M. Montmarquette: tant qu'il ne sera pas au pouvoir, Québec Solidaire est condamné à jouer un rôle tout à fait négligeable sur l'échiquier politique et social du Québec.

      Quant aux insultes, j'évoquais surtout celles qui émaillent la plupart de vos interventions sur ce forum. Je vous le dis en toute sincérité: ces vociférations vous permettent peut-être de déverser votre trop-plein d'amertume, mais elles sont parfaitement improductives si vous cherchez à convaincre vos lecteurs d'adhérer à votre cause et, surtout, elles sont indignes d'un sain débat démocratique.

    • Christian Braen - Abonné 25 mai 2017 19 h 21

      À Christian Montmarquette

      Gaston Miron a été un immense poète, mais un bien piètre prophète. Les paroles de lui que vous citez font référence à l'indépendance nationale. Si bien qu'il faille souhaiter, pour vous à tout le moins, qu'elles ne s'appliquent jamais à QS...

      D'autre part, je ne doute pas que QS puisse avoir une certaine influence sur le cours de la politique au Québec, mais il ne faut pas exagérer non plus. La présence de votre parti à l'Assemblée nationale et le traitement favorable que vous offrent les médias en général n'empêchent pas les Québécois d'être soumis depuis quinze ans à des politiques de plus en plus néolibérales. Québec Solidaire ne change rien, non plus, au fait que le prochain gouvernement sera sans doute formé par le PLQ ou la CAQ, deux partis qui, à n'en point douter, vont enfoncer encore davantage le Québec dans le marasme néolibéral. Ne vous faites pas d'illusion M. Montmarquette: tant qu'il ne sera pas au pouvoir, Québec Solidaire est condamné à jouer un rôle tout à fait négligeable sur l'échiquier politique et social du Québec.

      Quant aux insultes, j'évoquais surtout celles qui émaillent la plupart de vos interventions sur ce forum. Je vous le dis en toute sincérité: ces vociférations vous permettent peut-être de déverser votre trop-plein d'amertume, mais elles sont parfaitement improductives si vous cherchez à convaincre vos lecteurs d'adhérer à votre cause et, surtout, elles sont indignes d'un sain débat démocratique.

  • Josée Duplessis - Abonnée 25 mai 2017 07 h 51

    Bien dit Monsieur.

  • Claude Gélinas - Abonné 25 mai 2017 10 h 16

    Paver la victoire au PLQ !

    Tel est le cadeau offert sur un plateau d'argent au PLQ.

    Mais cette conséquence du rejet d'alliance, les membres de QS trop occupés à détester le PQ ne l'ont pas considéré aveuglés par une remontée artificielle dans les sondages.
    L'euphorie de se voir au pouvoir !

    Plus les informations se succèdent dans les fils de presse plus apparaît une réalité : QS est composé d'un nombre élevé d'intégristes frileux à défendre l'identité québécoise s'identifiant davantage au multuculturalisme canadien.

    À preuve cette intervention de cette jeune femme voilée qui sauf erreur pourfend sans relâche le PQ comme et le qualifie de raciste en s'appuyant sur une Charte qui défendait la laîcité et l'égalité hommes-femmes.

    Mais la grande responsable de ce rejet qui dans l'ombre continuait à tirer les ficelles demeure Françoise David qui sans relâche sur toutes les tribunes à fait son travail de sabotage. Ce dernier legs est signé de sa main.

    • Christian Montmarquette - Inscrit 25 mai 2017 10 h 31

      Paver la victoire au PLQ... - Claude Gélinas

      Revenez-en les PQ.

      Si le Parti québécois est désormais incapable de battre les libéraux alors que même la CAQ semble être en mesure de le faire..

      C'est peut-être le PQ lui-même qui est devenu "le parti de trop" et qui devrait envisager de se saborder.

      Christian Montmarquette

  • Jean Jacques Roy - Abonné 25 mai 2017 10 h 42

    Si j'étais Grabriel Nadeau Dubois je me dirais...

    ... dans le moment cruciaux se dévoilent les vrais ami.es!

    Madame Poirier, laisse entendre à Gabriel qu'elle était une de ses bonnes amies. Elle le salue de "cher", ça dit quelque chose! Son attention (presque maternelle) est si grande, qu'elle ose ingénuement livrer ses sentiments dans un journal ouvert au grand public!

    C'est pas tous les jours qu'on rencontre des personnes qui, comme de rien, aiment se placer en exemple en livrant leur état d'âme en pâturage au grand public!

    • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 25 mai 2017 12 h 58

      La transparence fait mal hein?

    • Jean Jacques Roy - Abonné 27 mai 2017 12 h 31

      Je dirais plutôt que ça fait "victime", comme c'est le cas présentement.

      En ce sens, c'est malheureux que Madame Poirier, qui semble une gentille dame, suive le courant et la cohote des vierges offensées du pq...
      Entre parenthèses, lesquelles d'entre vous auraient été d'accord pour soutenir un ou une candidate solidaire dans un compté... si QS avait accepté de petits pactes avec Lisée?

      ... La transparence c'est aussi être conséquent.