Dépendance aux écrans chez les enfants: pour la règle de la modération

C’est un cri d’alarme que lance Joël Monzée, docteur en neurosciences et psychothérapeute : l’utilisation abusive des écrans peut compromettre le développement du cerveau des très jeunes enfants qui y sont exposés trop tôt et de façon trop fréquente. Parallèlement, divers travaux de recherche dénotent que la surdose d’écrans favorise l’apparition de problèmes, tels le manque de concentration, l’hyperactivité, la dyslexie, la dysorthographie et autres troubles de comportement. Bien qu’il soit difficile de lutter contre les nouvelles technologies qui entourent les jeunes enfants quotidiennement, il m’apparaît primordial que les parents inculquent à leurs jeunes la règle de la modération qui, seule, permettra de rétablir l’équilibre et de lutter contre une dépendance néfaste envers le spectre pervers des écrans. Notre société automatisée est en train d’oublier que c’est le cerveau humain qui l’a conçue et, qu’en ce sens, elle se doit de garder le contrôle sur les méfaits des écrans sur l’évolution de nos enfants, à défaut de quoi nous risquons de les enfermer dans un monde parallèle dans lequel les jeunes seront déconnectés de toute forme de socialisation, essentielle à leur développement équilibré.

1 commentaire
  • Mathieu Gaulin - Abonné 29 mars 2017 08 h 41

    TV Lobotomie

    Le chercheur en neurosciences cognitives Michel Desmurget traite aussi de ce sujet depuis plusieurs années. Ses constats sont affolants; voir sa conférence et son livre "TV Lobotomie".