Lettres - L'un lit, l'autre pas

Le président Barack Obama a décoré des artistes et des écrivains ayant contribué au rayonnement culturel des États-Unis. Il a alors déclaré: «L'un des grands plaisirs d'être président est d'avoir l'occasion de rendre hommage aux artistes et aux auteurs, aux poètes et aux interprètes qui nous ont touchés [...]. Les livres et la poésie de gens présents ici ont contribué à ce que je suis. J'ai des éditions de ces œuvres, usées d'avoir été lues [...], qui m'ont aidé à traverser des jours difficiles ou à prendre des risques que je n'aurais pas pris autrement.»

Il serait étonnant que le premier ministre Stephen Harper fasse un jour une semblable déclaration sentie, lui qui ne lit ni romans ni poésies, au grand dam de Yann Martel.

Cela est connu, Harper préfère George W. Bush à Obama. Nous savons pourquoi.

***

Sylvio Le Blanc - Montréal, le 4 mars 2011