Lettre - Bouchard et le gaz de schiste

J'ai toujours été un grand admirateur de Lucien Bouchard. Du temps où il mettait son côté engagé et émotif du côté des Québécois, je louais son engagement en apparence toujours sincère. Comme lui, je suis pour le développement des ressources.

Jeudi dernier, en entrevue au 24 heures en 60 minutes avec Anne-Marie Dussault, j'ai fait les frais de l'un de ses emportements émotifs. Monsieur Bouchard, son patron Talisman Energies Inc. et l'industrie gazière sont en apparence très agacés par les trois textes que j'ai mis en ligne (http://www.facebook.com/pages/Marc-Drand-doct-ing-en-géologie-appliquée/188600667838189) et qui remettent en question le plan d'affaires que l'industrie avait concocté discrètement en 2008 et qui maintenant se trouve de plus en plus contesté. Mon analyse d'expert indépendant en géologie de l'ingénieur (dix ans directeur des études avancées, maîtrise et Ph.D. en géologie, consultant pour des tunnels dans les shales de Lorraine et Utica, etc.) met en relief une faille majeure dans ce processus: les coûts énormes dans la gestion des puits abandonnés. L'industrie ne s'est jamais préoccupée de ça. C'est pourtant obligatoire avec le nouveau procédé.

Monsieur Bouchard a eu recours à un procédé tout à fait inacceptable en entrevue: il a inventé des propos ridicules qu'il m'attribue, mais qui ne se retrouvent ni dans mes textes ni dans mes entrevues. Il avait commencé l'entrevue avec Mme Dussault en rappelant l'importance qu'il accordait à bien préserver sa réputation; pourtant, il n'a pas hésité à ridiculiser tout mon travail d'expert, d'une pirouette sans aucune autre forme de commentaire. Son intervention dans le dossier des gaz de schiste n'annonce rien de bon, si c'est le traitement qu'il réserve aux experts qui diffèrent d'opinion avec Talisman.

***

Marc Durand, doct-ing en géologie appliquée et professeur retraité du Département des sciences de la Terre de l'UQAM - Le 1er mars 2011
7 commentaires
  • Jacques Morissette - Abonné 2 mars 2011 03 h 50

    Bravo monsieur Durand pour votre indépendance d'esprit.

    C'est tellement rare de nos jours. Bien que je vois avec les gaz de schiste que de plus en plus de gens se réveillent du fond de leur vrai sens des responsabilités et de leurs convictions personnelles. C'est d'autant plus difficile quand le vis-à-vis n'est pas toujours de bonne foi, au nom de ses intérêts personnels.

  • Marie Mance Vallée - Inscrite 2 mars 2011 06 h 57

    Attitude familiale ?

    Rappelez-vous lors de la commission Bouchard-Taylor, la manière dont Gérard Bouchard, le frère de Lucien, traitait les intervenants qui n'étaient pas de son opinion. Des intervenants qu'on revirait comme des crêpes et avec mépris.

    Je n'oublierai jamais cette attitude hautaine et dictatoriale de celui qui savait tout et surtout voulait imposer de gré ou de force son opinion.

    Il y a des attitudes qui en disent long sur les individus...

  • Fabien Nadeau - Abonné 2 mars 2011 07 h 51

    Page Facebook

    Le lien menant à la page Facebook de M. Durand ne fonctionne pas bien: elle a été sabotée???

    Mais si on insiste, on parvient à lire ses excellents textes. M. Durand, merci.

  • michel lebel - Inscrit 2 mars 2011 08 h 02

    Au royaume de l'émotion!

    Lucien Bouchard carbure à l 'émotion, réelle ou feinte. L'homme ne tolère guère l'opposition quand il défend un dossier. Toute discussion ou débat rationnel au sujet du gaz de schiste sera donc difficile. Pour "gagner", cet avocat d'affaires ne lésinera pas sur les moyens. Il a souvent agi ainsi quand il était en politique: pensons seulement à l'affaire Michaud et comment il a déjà traité Stéphane Dion.

  • Lise Lachance - Inscrit 2 mars 2011 09 h 16

    LE «VRAI» TEST DE LUCIEN BOUCHARD : SA RENCONTRE FACE À LA POPULATION LA PLUS TOUCHÉE …ET FACE À DES «EXPERTS» DE VOTRE CALIBRE DANS LA FOULE !

    En entrevue télévisée, il a été facile à Lucien Bouchard, d'ignorer vos compétences, votre expérience et votre travail, et de s’en sortir, d’une manière très inhabile, …avec un Bof !

    LES EXPERTS

    Cependant, la situation pourrait bien changer quand il sera face à la population ...et face à des experts de votre calibre dans la foule. Pourra-t-il répondre «adéquatement» aux questions des experts? …ou devra-t-il employer la technique du «FAIRE TAIRE LES EXPERTS»?

    LA POPULATION LA PLUS TOUCHÉE DE LA VALLÉE DU SAINT-LAURENT

    Et, outre l’expertise qui est si importante – il y a la population la plus touchée – visée au cœur de ses préoccupations et soucieuse du bien-être de ses enfants et des générations futures.

    Pourra-t-il répondre «adéquatement» à leurs questions? Pourra-t-il tenir compte de leur Droit de vivre en sécurité, conformément à la Charte des droits et libertés, et de leur Droit de vivre dans un environnement sain, conformément à la Loi sur le développement durable ? …ou devra-t-il employer la technique du «FAIRE TAIRE LA POPULATION» de la Vallée du Saint-Laurent ?

    Monsieur Durand, merci de faire profiter la population de vos compétences et de votre expérience.